Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Maitrisez les dates de péremption de vos aliments pour moins gaspiller

Maitrisez les dates de péremption de vos aliments pour moins gaspiller

Maitrisez les dates de péremption de vos aliments pour moins gaspiller
article complet.
Auteur : RISTE (Christine)

Jeter des denrées alimentaires quand ce n’est pas nécessaire, c’est rageant ! Apprenez à distinguer la date limite de consommation et la date de durabilité minimale, et faites ainsi de substantielles économies !

Mai 2016, Paris Normandie num 43.

Jeter des denrées alimentaires quand ce n’est pas nécessaire, c’est rageant ! Apprenez à distinguer la date limite de consommation et la date de durabilité minimale, et faites ainsi de substantielles économies !

 

Jetons-nous toujours les aliments dits « périmés » à bon escient ? Pour en être sûrs, il est important de distinguer ceux qui portent une Date Limite de Consommation (DLC) de ceux qui arborent une Date de Durabilité Minimale (DDM). La DLC concerne les produits emballés et microbiologiquement très périssables. En pratique, cela concerne surtout les aliments non secs comportant des protéines d’origine animale, comme les viandes déjà découpées, le jambon, les yaourts…. La DLC s’exprime par la mention : « à consommer jusqu'au... », ou « à consommer avant le »,suivie de l'indication du jour et du mois. Quand une DLC est dépassée, le produit doit être jeté, car il présente un risque pour la santé. En le consommant, vous risquez d’ingérer des bactéries pathogènes comme des salmonelles, des campylobacters, qui provoquent des gastro-entérites, la listéria ou Escherichia coli, qui, heureusement, se rencontrent moins souvent, mais peuvent être très graves. Une exception, toutefois, à cette règle : les yaourts. Ceux-ci peuvent se consommer plusieurs jours après leur DLC. En effet, même s’ils étaient contaminés par une bactérie pathogène, celle-ci serait détruite par les bactéries lactiques qu’ils contiennent. Toutefois, ne confondez pas les yaourts et desserts lactés, pour lesquels il faut impérativement respecter la DLC.

Si l’aliment porte une DDM, il peut être consommé après cette date, car il ne s’altère pas microbiologiquement avec le temps. Il perd seulement de ses qualités gustatives ou nutritives (baisse de la teneur en vitamines, par exemple). La DDM s’exprime par la mention « à consommer de préférence avant ...» ou « à consommer de préférence jusqu’au… ». Elle concerne les conserves (produits stérilisés), les produits congelés, les biscuits (produits déshydratés), les jus de fruits pasteurisés… Ces produits, bien-sûr, finissent par n’être plus consommables au bout d’un certain temps. Fiez-vous pour cela à votre bon sens : ont-ils une odeur, un goût, un aspect ou une texture particulière qui doit vous alerter ?

 

Le risque zéro n’existe pas

Même si vous respectez la DLC, le risque existe toujours. En effet, la date mentionnée sur vos produits alimentaire n’a plus de valeur si le produit a subi une rupture de la chaine du froid, a été percé, a connu une contamination anormales (au-delà des précautions prises par l’industriel dans le calcul de la DLC). Vous pourrez donc aussi vous intoxiquer avec un aliment qui n’aura pas dépassé sa DLC. Par ailleurs, la DLC est considérée comme atteinte dès que le conditionnement a été ouvert. Il est ainsi impératif, après ouverture, de respecter les précautions de conservation indiquées sur l’emballage. Et ce, qu’il s’agisse de produits porteurs de DLC, ou de DDM. Ces derniers deviennent en effet aussi sensibles aux bactéries que les aliments très périssables, lorsque leur emballage est ouvert.

 

A savoir

 

Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie chaque Français jette en moyenne 20 kg d’aliments par an, dont 7 kg encore emballés. . Pour un foyer de 4 personnes, cela représente une perte moyenne de 400 € par an.

 

A retenir

 

A l’exception des yaourts, un produit dont la DLC est dépassée ne doit plus être consommé. Et ce, même s’il est possible que la DLC ait été volontairement raccourcie par le fabricant, ou que l’aliment n’ait pas été contaminé ou subi des ruptures de la chaine du froid de mêmes niveaux que ceux retenus dans le calcul de la durée de vie du produit. En effet, vous n’avez aucun moyen de vérifier ces informations.


Mots-clés :

ALIMENTATION , PRODUIT ALIMENTAIRE , SECURITE ALIMENTAIRE




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier