Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Santé > Cancer du sein : le reste à charge est lourd pour les patients

Cancer du sein : le reste à charge est lourd pour les patients

Cancer du sein : le reste à charge est lourd pour les patients
27/04/15 à 12:09 par ALEXANDRE (Stéphanie)

Outre la douleur physique, le cancer du sein occasionnent des frais très élevés pour les malades notamment pour celles qui se lancent dans la reconstruction mammaire. Face à ce fardeau financier de près de 1 400 €, 14 % des malades renoncent à l'opération.

Le cancer du sein touche près de 48 000 femmes par an. Dans 30 % des cas, ces malades doivent subir une mastectomie, ablation totale d'un sein, une épreuve physique et psychologique. Au-delà de lourdeur du traitement souvent fait de chimiothérapie et de radiothérapie, ces femmes doivent "faire face à des dépenses importantes, parfois récurrentes qui continuent à les pénaliser, même après leur guérison", déplore la Ligue. Si les traitements contre le cancer du sein sont pris en charge à 100 % par l'Assurance maladie, les soins post-opération restent onéreux pour les patientes. Il s'agit notamment de la consultation d'un psychologue, des honoraires des kinésithérapeutes, mais aussi le coût des médicaments pour apaiser la douleur ou de l'achat de prothèses amovibles et de soutiens-gorge adaptés. Pour ces frais supplémentaires, le montant moyen du reste à charge - ce que la Sécurité sociale et la mutuelle ne couvrent pas dans le cadre d'une affection de longue durée -. est de 456 euros après une mastectomie. Face à ce fardeau financier, une femme sur cinq renonce à la reconstruction, un chiffre en hausse depuis sept ans, selon La Ligue contre le cancer.

1 400 € restent à charge après une reconstitution mammaire

Pour celles qui choisissent, malgré tout, la pose d'implant mammaire, la facture des frais non remboursés est bien plus élevée, avec un montant moyen de 1 391 euros à assumer par la malade. Il s'agit principalement des dépassements d'honoraires pratiqués par le chirurgien ou par l'anesthésiste pour l'opération, non pris en charge par les mutuelles. "Je viens de verser 800 € à mon chirurgien pour avoir accès à ce "droit à la reconstruction. Et que dire de l'hypocrisie de nombre de mutuelles qui refusent de considérer tout dépassement d'honoraires. [...] La reconstruction par la méthode de son choix doit être proposée à chaque femme, prise intégralement en charge par la Sécurité sociale et dans des délais normaux !", témoigne une patiente dans l'Observatoire de la Ligue

Si certains assureurs proposent des contrats adaptés aux cancers du sein, le système d'option des complémentaires santé est souvent peu lisible pour les personnes malades : le changement d'un niveau de couverture à un autre n'est pas toujours aisé et l'augmentation des cotisations liées à ce changement d'options est difficile à envisager quand la personne connaît une perte brutale de ses revenus.

Pour aider ces femmes à lutter contre la maladie, la Ligue contre le cancer souhaite que les pouvoirs publics permettent aux malades d'accéder à un soutien psychologique à un forfait minimal de 10 séances de soutien psychologique prises en charge par l'assurance maladie et réduisent le coût financier laissé à la charge des patientes notamment par la mise en place d'un prix plafonné des prothèses mammaires externes. La ligue suggère également qu'un recensement des praticiens proposant une reconstruction mammaire sans dépassement d'honoraires, soit effectué. 

Stéphanie Alexandre

 

Lire aussi :

Mots-clés :

MALADE , MUTUELLE , SOIN PALLIATIF




Outils pratiques :
Papiers à conserver

Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier