Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Argent > Banque > Choisissez le meilleur pour votre PEA

Choisissez le meilleur pour votre PEA

Choisissez le meilleur pour votre PEA
Juin 2014
Le Particulier n° 1098, article complet.
Auteur : FERRON (Aurélien)

Pour la 3e année consécutive, nous vous proposons notre sélection de sicav et de fonds communs de placement (FCP) pour dynamiser votre plan d’épargne en actions, banque par banque.

Les Bourses européennes ont repris de belles couleurs depuis l’été 2011 où avait éclaté la crise de la dette des États. À plus de 4 000 points depuis l’automne dernier, le CAC 40, l’indice phare de la Bourse de Paris, se retrouve à un niveau qu’il n’avait plus atteint depuis 2008. Et ce n’est sans doute pas terminé si l’on se fie au redémarrage progressif de la croissance économique, attendue à + 1 % en zone euro en 2014, contre - 0,4 % en 2013, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). « À la différence de ses homologues américaines et japonaises, la Banque centrale européenne dispose encore de marges de manœuvre, et pourrait agir pour accompagner la reprise et lutter contre l’euro fort (qui pénalise les entreprises européennes à l’exportation, Ndlr) », ajoute Isaac Chebar, gérant chez DNCA Finance.
Pour en profiter, le PEA est sans aucun doute l’enveloppe la mieux adaptée en raison de sa fiscalité particulièrement favorable (voir Imposition et conséquences de retraits sur un pea). Encore faut-il être en mesure d’identifier les actions, les sicav ou FCP les plus prometteurs.

Selon votre banque, répliquez notre portefeuille modèle

Si vous êtes en quête de conseils, vous trouverez en complément, des portefeuilles clés en main qu’il est possible de répliquer dans le PEA des 12 principaux établissements bancaires. Pour cela, nous avons fait appel à Quantalys (quantalys.com), une société d’analyse financière spécialisée dans la recherche des meilleurs sicav et FCP du marché qui se valorisent sans prise de risque excessive. Quantalys les associe entre eux pour obtenir les portefeuilles les plus performants. Le Particulier vous propose de répliquer sa sélection de portefeuilles clés en main. Il vous suffit de communiquer à votre conseiller – ou sur le site de votre banque – le code d’achat (appelé code Isin) de chaque fonds et de répartir votre investissement en proportion du poids de chacun d’entre eux. Attention, cependant, à ne pas investir en Bourse plus de 20 à 30 % de votre épargne, surtout si vous pensez en avoir besoin dans les mois à venir, dans la mesure où il s’agit d’un placement à moyen/long terme (au moins 5 ans).

Préférez les fonds « maison » moins coûteux à l’achat

Pour les portefeuilles des banques traditionnelles, nous n’avons retenu que des sicav ou des FCP « maison », gérés par la banque elle-même. Si vous êtes client de l’une d’entre elles, cela vous permet d’abord d’optimiser les frais. Vous n’aurez alors à payer que les droits d’entrée propres à chaque fonds (de 1 à 3 %, en général), auxquels s’ajoutent parfois des frais de tenue de compte annuels (10,03 € au Crédit agricole Île-de-France, 17 € chez BNP Paribas…). A contrario, souscrire des fonds gérés par la concurrence est, bien entendu, possible, mais entraîne systématiquement le versement, en plus, de frais de transactions compris entre 20 et 40 €, ainsi que de droits de garde de l’ordre de 50 € par an, en moyenne, pour 20 000 € d’épargne investie dans 5 fonds différents.
Autre avantage des fonds maison : la plupart d’entre eux peuvent être achetés au moyen de versements programmés. En consacrant un minimum de 15 à 75 € par mois et par sicav, il est ainsi possible d’investir progressivement en Bourse, sans épargne préalable, tout en limitant les risques d’un placement à contretemps.
Outre les banques traditionnelles, nous vous présentons également 3 portefeuilles à souscrire auprès de courtiers en ligne spécialisés dans l’achat de sicav et FCP (voir Placements boursiers : les courtiers en ligne au banc d’essai). Leurs atouts ? Proposer plusieurs centaines de sicav et FCP de diverses sociétés de gestion éligibles au PEA, à prix cassé puisque sans frais d’entrée ou de transaction, ni droit de garde.

Privilégiez les marchés européens

Les portefeuilles que nous mettons en avant tiennent compte, bien sûr, de la conjoncture. Ce qui nous conduit à faire évoluer nos préconisations de l’an dernier (voir Placements boursiers : les solutions pour se constituer un PEA performant), en privilégiant les marchés européens, là où les perspectives boursières sont les plus prometteuses. Les places européennes n’ont, en effet, toujours pas comblé leur retard par rapport aux États-Unis. L’Eurostoxx 50, représentatif des Bourses européennes, a ainsi progressé 4 fois moins vite que le Dow Jones, son homologue américain, sur les 3 dernières années. En revanche, vous ne trouverez aucun fonds investi au Japon ou dans les pays émergents, parce que ceux-ci sont plus risqués. Et vous ne trouverez que 20 % au plus de fonds investis en Amérique du Nord ou ailleurs dans le monde. En effet, même si le PEA ne peut accueillir que des actions européennes, il existe malgré tout des sicav et FCP répliquant la performance des marchés américains, asiatiques ou émergents, éligibles au PEA.

Par ailleurs, tous comportent de 20 à 30 % de sicav et FCP investis dans les actions de sociétés de taille moyenne. Même si elles sont plus risquées que les valeurs des entreprises de plus grande taille (elles ont tendance à amplifier les mouvements de baisse et de hausse), elles sont très souvent bien plus dynamiques et historiquement plus performantes. Y figurent aussi (dans la limite de 20 %) des fonds dits « sectoriels » relevant souvent de secteurs comme la santé (LBPAM Actions Santé à la Banque postale, EdR Global Healthcare chez Boursorama Banque…), l’agroalimentaire (AAA Actions Agro Alimentaire aux Banques populaires) ou portés par le vieillissement de la population (CPR Silver Age au Crédit agricole).
Si vous aviez suivi nos conseils l’an dernier, pensez à faire évoluer la composition de votre PEA selon nos nouvelles recommandations.

Vous pouvez placer 75 000 € supplémentaires sur un PEA-PME

Si vous avez atteint le plafond de 150 000 € de versement sur votre PEA, vous pouvez avoir intérêt à ouvrir un PEA-PME. Doté de la même fiscalité que son aîné, ce nouveau produit d’épargne permet d’investir jusqu’à 75 000 € dans des sociétés de taille moyenne, ou dans des Sicav et FCP au moins investis à 75 % dans ce type d’actions. Plus de 70 fonds y sont d’ores et déjà éligibles. Vous en trouverez la liste sur quantalys.com.

Aurélien Ferron


Mots-clés :

BANQUE , BOURSE , FCP , PEA , PLACEMENT BOURSIER , PLAN D'EPARGNE EN ACTIONS , PME




Outils pratiques :

 

Bannière Choix patrimoniaux

bannier la lettre des placements

Forum bannière

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Simulateur Assurance vie 300*250

Bannière e-Particulier