Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Maison individuelle > Expulser... les rongeurs

Expulser... les rongeurs

Février 2014
Le Particulier Pratique n° 398, article complet.
Auteur : COUNE (Isabelle)
  • Supprimer toutes les sources de nourriture
  • Cibler les appâts
  • Bloquer les passages

Rats et souris sont à l’origine de nombreux dégâts matériels. Ils représentent également un risque pour la santé. En effet,  les rongeurs et les parasites qu’ils ont sur le dos (puces, poux, acariens, etc.) véhiculent une cinquantaine de maladies potentiellement transmissibles à l’homme et aux animaux domestiques : tétanos, streptobacillose, pasteurellose, leptospirose (maladie des égoutiers, transmise par le ragondin), leishmaniose (qui resurgit)…

Supprimer toutes les sources de nourriture

Les rongeurs souillent par leurs déjections les réserves de nourriture dans les cuisines. Ils causent de gros dégâts, car leurs dents à croissance continue les obligent à ronger en permanence pour éviter qu’elles ne traversent leur palais. En outre, ils se reproduisent très rapidement : en un an, une femelle donne naissance à 50 souriceaux, en moyenne, et un couple engendre un millier de descendants. Enfin, ces animaux ont une excellente faculté d’adaptation à leur environnement : une population de souris détruite à 90 % revient à son effectif initial en moins de 3 mois.

Des colonies de souris

En ville, les souris sont présentes principalement dans les structures des habitations. De petite taille (de 6 à 9 cm), elles se faufilent partout – une souris peut passer dans un trou de 6 à 8 mm. Elles font leur nid sur des surfaces réduites et difficilement accessibles – sous les parquets, dans les faux plafonds, les fissures des murs, les doubles cloisons, etc. –, à proximité d’une source abondante de nourriture (placards, caves, etc.).
Les souris s’attaquent aussi aux matériaux isolants, câbles, gaines et fils électriques, occasionnant parfois des pannes, des courts-circuits, et même des incendies. Les dégradations qu’elles causent et la présence de crottes trahissent leur présence. Vous pouvez aussi les entendre gratter, en particulier pendant la nuit. Si vous apercevez une souris, cela signifie qu’une colonie est déjà installée.

Rat, campagnol, mulot…

Le rat brun (rat d’égout) est une des espèces présentes en France. Omnivore, il vit à nos dépens, et sa gestation dure seulement 21 jours. Il ne craint pas de sortir en plein jour ; on peut en apercevoir, par exemple, lorsque les éboueurs sont en grève. Le rat noir, appelé aussi rat des greniers, est rare en France. Il se rencontre surtout en milieu agricole et dans les parties hautes des maisons. Il se nourrit de céréales. Le campagnol terrestre, confondu quelquefois avec les taupes, attaque le système racinaire des plantes et cause de gros dégâts aux jeunes arbres. Il fréquente les prairies d’altitude. Le campagnol des champs vit au milieu des grandes cultures (luzerne, colza et maïs), sur la frange atlantique et jusqu’à Orléans. Il sort en surface et mange la partie végétative des plantes (carottes, poireaux…). Le mulot est plutôt une espèce de bordure forestière.

Cibler les appâts

Pour vous débarrasser des rongeurs, il faut mettre toutes les sources de nourriture dans des boîtes hermétiques, puis poser des appâts. Vous trouverez dans le commerce différents ­produits : contre les rats ou les souris, si vous savez à quel rongeur vous avez affaire ; mixtes, si vous n’avez pas réussi à déterminer de quel animal il s’agit ; conçus spécifiquement pour éliminer mulots ou campagnols.
La directive européenne concernant la mise sur le marché des produits biocides impose aux détenteurs de matière active (c’est-à-dire les fabricants) de fournir des études prouvant l’innocuité des substances pour l’environnement et pour l’homme. Si l’Allemagne interdit la vente de certains produits au consommateur, la France exige simplement que les boîtes d’appâts soient sécurisées. Les boîtiers proposés par Bayer Jardin et Myriad ferment à clé, ce qui permet de les mettre hors d’atteinte des enfants et des animaux domestiques, et évite que les rongeurs ne déplacent les appâts. Ils attirent les souris, qui se sentent à l’abri dans les endroits confinés.

Le poison foudroyant est inefficace

Parmi les moyens de lutte chimiques seuls sont efficaces les anticoagulants, un toxique différé qui tue en 4 jours. Ces substances permettent de contourner le phénomène d’aversion alimentaire chez le rat. Cet animal intelligent est, en effet, capable d’associer la prise alimentaire et la mort si ces deux événements ne sont pas suffisamment espacés dans le temps. Si un individu meurt peu après avoir ingéré du poison, les autres ne toucheront jamais à l’appât.
Ces matières actives se présentent sous différentes formes. Les grains, enfermés dans des sachets, sont plutôt destinés aux zones rurales, où les rongeurs sont habitués à se nourrir de céréales. Les blocs sont surtout adaptés aux lieux humides ou aux résidences secondaires. La pâte, un nouvel appât, est à utiliser en cas de forte infestation. L’inconvénient de ces substances est le risque d’empoisonnement de votre animal domestique s’il mange un rongeur en ayant absorbé (intoxication secondaire). Sachez qu’il existe un antidote, la vitamine K1. Le traitement dure 3 ou 4 semaines.

Les formules des professionnels sont renforcées

Si ces appâts se révèlent inefficaces, vous pouvez faire appel à un dératiseur. Ce professionnel inspecte les lieux, détermine l’espèce en présence et applique un traitement adapté. Il dispose de matières actives qui ne sont pas dans le commerce, fabriquées selon de nouvelles formulations, car les rongeurs ont développé des résistances, et en grande quantité. Les tarifs varient en fonction de la superficie de votre habitation et du degré de l’infestation.

Bloquer les passages

Certaines entreprises proposent des mesures de prévention appelées rat proofing, qui consistent à bloquer tous les points par lesquels les rongeurs peuvent pénétrer dans le bâtiment afin de leur en interdire l’accès. Il faut colmater les trous et les fissures, calfeutrer les bas de portes, poser des grilles anti-intrusion à l’entrée des gaines techniques et des tampons hermétiques sur les canalisations… Passer par un professionnel permet d’obtenir un diagnostic portant à la fois sur les rongeurs et les insectes. Vous trouverez les coordonnées des entreprises spécialisées sur le site de la Chambre syndicale désinfection, désinsectisation, dératisation (cs3d.info).


Mots-clés :

BOIS , DIAGNOSTIC TECHNIQUE , PARASITE , TERMITE




Outils pratiques :

Bannière Choix patrimoniaux

Réduisez vos impôts
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier