Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Téléphone-Internet > Petites annonces ou e-mails frauduleux : déjouer les arnaques du Web

Petites annonces ou e-mails frauduleux : déjouer les arnaques du Web

Petites annonces ou e-mails frauduleux : déjouer les arnaques du Web
Janvier 2014
Le Particulier Pratique n° 397, article complet.
Auteur : HENRI (Benoit)

Internet offre aux escrocs un nouveau terrain de jeu : petite annonce ou faux e-mail personnalisé, ils ont plus d’un tour dans leur sac. Voici comment ne pas se laisser embobiner.

Sur internet, ou ailleurs, il existera toujours des individus prêts à abuser de la confiance de personnes de bonne foi. Il y a les pirates informatiques, qui subtilisent nos coordonnées bancaires ou nos informations personnelles directement sur nos ordinateurs, nos tablettes ou nos smartphones, et les utilisent ensuite à notre insu. Des parades permettent de se protéger des méfaits de ces hackers (voir : Stopper la contagion des virus à tout l’Internet nomade ). Il y a les multiples tentatives de phishing sous le nom de grandes sociétés. Enfin, il y a les fraudes au coup par coup, qui se révèlent tout aussi redoutables. Les petites annonces et les e-mails en sont les principaux vecteurs. Nous en avons relevé quelques-unes. Décryptage.

Des billets de spectacles en rupture

Décryptage de l’arnaque

Les fraudeurs jouent sur la rareté et, surtout, sur le désir des acheteurs d’assister à un concert de leur chanteur préféré ou à un match de leur équipe sportive favorite. Il s’agit, d’une certaine façon, d’un achat impulsif, et les acheteurs oublient la prudence. Grâce à l’utilisation du mandat cash, les escrocs sont assurés de récupérer facilement l’argent, une carte d’identité (généralement volée) et le numéro d’identification étant suffisants. Sur son site internet, La Banque postale met, d’ailleurs, en garde contre les agissements frauduleux sur ce type de paiement. Soyez vigilant, car cette pratique prolifère sur les sites de petites annonces et ne concerne pas uniquement les billets de spectacle. Un gang spécialisé dans cette arnaque a été démantelé récemment par la brigade des fraudes aux moyens de paiement (BFMP). Le montant de ses larcins a été estimé à plus de 200 000 €.

Très souvent, les places pour un spectacle, un concert ou un événement sportif se vendent extrêmement vite. Lorsqu’on n’a pas pu s’en procurer en passant par une billetterie classique, on tente sa chance sur les sites internet de petites annonces, où des revendeurs en proposent au prix fort. Bien qu’illégale, cette pratique est très courante sur le Web, même si les sites qui hébergent ce type d’annonces font leur possible pour les supprimer.
Pendant que des petits malins font monter les enchères pour céder les billets aux plus offrants, sur ebay ou leboncoin par exemple, des filous profitent de la hausse des prix pour publier une annonce alléchante. Une fois l’acheteur appâté, on lui explique pourquoi on cède ces billets. On brode pour le mettre en confiance et on va même jusqu’à lui envoyer des photos des places. On lui communique spontanément un numéro, valide, de téléphone mobile, auquel le vendeur répond s’il prend l’envie à l’acheteur de vérifier. Rassuré, ce dernier donne donc son accord pour la transaction. Il reçoit alors un nouveau courrier électronique l’informant que, malheureusement, le vendeur ne peut lui faire parvenir les billets commandés, car il est en déplacement professionnel. Un proche, dont une copie de la carte d’identité est jointe à l’e-mail, se chargera de l’opération, à condition de payer l’achat par le biais d’un mandat cash urgent et d’en fournir le numéro d’identification. L’acheteur se rend à la poste pour accomplir les démarches : il lui suffit de remplir un imprimé et de présenter une pièce d’identité. Le paiement est encaissé par le vendeur, mais l’acheteur ne reçoit jamais ses places.

Nos conseils

• Privilégiez la remise en main propre, dans un lieu public si possible, de vos achats faits sur les sites internet de petites annonces.
• Ne réglez jamais par mandat cash. Si le vendeur exige ce mode de paiement, vous pouvez conclure qu’il s’agit d’une arnaque.
• Saisissez l’adresse électronique ou le nom du vendeur dans Google. Si c’est un fraudeur, il sera peut-être signalé par des internautes qui auront déjà eu affaire à lui.

La fausse annonce immobilière

Décryptage de l’arnaque

Une annonce immobilière qui sort du lot retient l’attention et suscite un intérêt parfois démesuré. Le faux vendeur use de toute une série de subterfuges pour mettre l’acheteur potentiel en confiance : une adresse existante, des photos flatteuses des lieux, des justificatifs… En y regardant de plus près, les documents sont faux, ils ont été retouchés pour changer les noms, et le bien n’existe pas. Les photos proviennent d’une ancienne annonce, qui n’est plus publiée, et sont utilisées pour en illustrer d’autres. Nous avons retrouvé sur plusieurs sites d’annonces les images d’un appartement situé dans le VIIIe arrondissement de Paris servant à présenter un logement dans une dizaine de villes françaises.

Vous recherchez un bien sur les sites internet d’annonces immobilières – pap, leboncoin, vivastreet… –, et vous êtes tombé sur une offre dont le prix de vente est bien inférieur à ceux généralement constatés. Vous prenez immédiatement contact avec le vendeur pour en savoir plus, car vous ne voulez surtout pas passer à côté d’une telle occasion. La réponse ne se fait pas attendre. Le vendeur vous envoie par e-mail un descriptif complet du bien. Il y joint de très nombreuses photos, et même des documents, comme le compte rendu d’une assemblée générale de copropriétaires ou un titre de propriété. Confiant, vous lui demandez un rendez-vous afin de visiter les lieux. Vous recevez alors un nouveau message, un peu plus flou. Il n’y a évidemment pas de problème pour effectuer une visite, seulement le propriétaire se trouve à l’étranger pour des raisons professionnelles. Il est prêt à écourter son voyage d’affaires pour vous rencontrer, à condition que vous acceptiez de verser des arrhes (un pourcentage du prix de vente) afin de bloquer les autres visites, de façon que vous en ayez l’exclusivité jusqu’à son retour. Bien entendu, si à la suite de la visite le logement ne vous convient pas, la somme vous sera immédiatement restituée. Il vous suffit de faire parvenir votre versement par mandat à son notaire américain.

Nos conseils

• Méfiez-vous d’une trop bonne affaire, surtout sur internet. Des prix très alléchants cachent souvent des arnaques.
• Refusez de payer pour visiter un logement, surtout par mandat. La visite d’un bien immobilier est gratuite.
• Si vous avez un doute concernant une annonce, vérifiez si les photos utilisées correspondent au bien en question. Lorsque vous êtes sur l’annonce, faites un clic droit sur l’image et sélectionnez copier l’adresse de l’image. Rendez-vous ensuite sur la page d’accueil de Google et cliquez, en haut à droite, sur images, puis sur l’icône représentant un appareil photo. Dans le champ de recherche qui apparaît alors, faites un clic droit et sélectionnez coller. Lancez la recherche par image. Si la photo est utilisée sur d’autres sites, vous vous en rendrez compte immédiatement.

L'e-mail d'un ami en détresse

Décryptage de l’arnaque

Les fraudeurs parviennent à utiliser l’adresse électronique d’un de vos contacts tout simplement en pénétrant dans son compte webmail (Gmail, Yahoo!…). Ils envoient alors le même message de demande d’aide à l’ensemble du carnet d’adresses associé. Dans le lot, il y aura bien une âme charitable qui donnera un coup de main.

“Nous sommes vraiment désolés de vous demander un tel service, mais on nous a volé nos bagages, nos papiers d’identité et, surtout, nos moyens de paiement. Nous sommes coincés à l’étranger et ne pouvons plus rentrer. Pouvez-vous nous faire parvenir 2 000 € pour nous sortir de cette situation, nous nous empresserons de vous rembourser à notre retour. Pouvez-vous faire parvenir un mandat Western Union à M. X, il nous remettra l’argent ensuite.”
Hors contexte, un tel message semble vraiment suspect, mais lorsqu’il vous est adressé personnellement et qu’il provient de l’adresse électronique d’un proche ou d’un ami, le piège est moins évident.

Nos conseils

• Ne répondez pas aveuglément à un appel à l’aide dès lors que l’on vous demande de faire parvenir l’argent par un mandat Western Union.
• Essayez avant tout de joindre la personne ou l’un de ses proches par un autre biais afin de savoir si elle se trouve bien à l’étranger et si elle est réellement en difficulté.
• S’il s’agit d’une arnaque, informez la personne concernée que son compte webmail a été détourné afin qu’elle prévienne ses contacts.

Le faux compte Paypal

Décryptage de l’arnaque

L’e-mail émanant de PayPal est un faux. Bien que le logo de la société y soit reproduit, il n’a jamais été envoyé par cette dernière, mais par des escrocs dont le but est de vous soutirer le numéro d’expédition de votre colis afin de le récupérer sans payer. Souvent, la personne qui vous a contacté vous demande de l’adresser à un autre nom, celui figurant sur une carte d’identité volée. Ces pseudo-acheteurs ciblent plus particulièrement les ventes de produits de marque ou de luxe (vêtements, chaussures, sacs…) ou le matériel high-tech (tablettes, smartphones, appareils photo…). Certains vont même, dans leur faux message PayPal, jusqu’à vous extorquer vos coordonnées bancaires, et, là, c’est votre compte qui risque d’être vidé, comme dans une vraie tentative de phishing. Devant la recrudescence de ce type d’arnaques, Paypal explique très clairement sur son site comment reconnaître un e-mail frauduleux.

Vous venez de faire le tri dans vos placards et vous avez décidé de vendre quelques “trésors” sur internet. Un internaute se manifeste, qui semble très intéressé par votre offre. Mieux, il vous propose un prix supérieur à celui que vous réclamiez, car c’est exactement ce qu’il recherche. Il précise même dans son message qu’il prend les frais de livraison à sa charge. Pour vous, c’est une aubaine : vous vous débarrassez de votre manteau de fourrure ou de votre ancien appareil photo et, en prime, vous gagnez davantage que prévu. Pour plus de sécurité, l’acheteur vous demande de pouvoir régler son achat par le biais de PayPal. Ce service de paiement en ligne est transparent et, surtout, l’acheteur vous donne ainsi une nouvelle preuve de sa bonne foi. Vous acceptez et, quelque temps plus tard, vous recevez un e-mail à l’entête de PayPal vous informant que le virement de l’acheteur a bien été effectué, mais que pour débloquer la somme vous devez communiquer le numéro d’envoi Colissimo. Vous vous empressez donc de vous rendre au bureau de poste pour envoyer le colis et obtenir le sésame qui vous permettra de récupérer votre argent. Malheureusement, vous pouvez faire une croix dessus, comme sur l’objet que vous venez d’expédier.

Nos conseils

• Méfiez-vous des acheteurs qui proposent un montant plus élevé que le prix de vente. Sur les sites internet d’annonces, la tendance est plutôt de le faire baisser.
• Privilégiez la remise en main propre. Dans le cas contraire, n’envoyez le colis qu’après avoir reçu le règlement. Sachez que jamais PayPal ne bloquera un paiement ou vous demandera le numéro d’un Colissimo.
• Vérifiez l’adresse électronique ou le nom du vendeur dans Google.

Benoit Henri


Mots-clés :

COURRIER ELECTRONIQUE , ESCROQUERIE , INTERNET , PAIEMENT ELECTRONIQUE , VENTE D'OCCASION




Outils pratiques :
Papiers à conserver

Vous aimerez aussi
Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier