Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Téléphone-Internet > Smartphones et tablettes, les bonnes occasions du Net

Smartphones et tablettes, les bonnes occasions du Net

Smartphones et tablettes, les bonnes occasions du Net
Mai 2013
Le Particulier n°1085, article complet.
Auteur : EBRAN (Michel)

Avec la multiplication des forfaits sans fourniture de téléphone et le renouvellement rapide des modèles, le marché des appareils d’occasion se développe sur internet. Voici les meilleurs sites des professionnels pour acheter sans risque un smartphone ou une tablette de seconde main.

Les forfaits mobiles illimités n’ont jamais été aussi bon marché, à 20 € par mois en moyenne (voir Téléphone portable : trouvez votre forfait idéal à moindre coût). Et pour cause : en contrepartie des offres à bas coût, les opérateurs ne proposent plus de téléphone à prix subventionné. Les abonnés à ces forfaits doivent donc maintenant acheter leur téléphone portable au prix fort, alors que cette dépense était, depuis une quinzaine d’années, noyée dans le prix des forfaits. Les chiffres publiés en février par la société d’études et de conseil GfK l’attestent : 15 % des téléphones portables se sont vendus sans abonnement en 2012, année de lancement de Free Mobile, contre 3 % seulement en 2011. Au total, près de 20 millions de mobiles neufs ont été achetés sans abonnement en 2012. Et ces appareils dernier cri coûtent cher. Il faut compter de 600 à 900 € pour les smartphones à la mode (iPhone 5 d’Apple ou Galaxy S3 4G de Samsung) ou les tablettes les plus perfectionnées (iPad 4 et Galaxy Tab2).

Cependant, l’engouement des ménages pour les tablettes numériques ne tarit pas. Toujours d’après GfK, il s’en est vendu 140 % de plus en 2012 que l’année précédente. Ainsi, près de 3,6 millions de tablettes ont déjà investi les foyers. Sur ce marché en essor, les nouveautés se succèdent à un rythme effréné. La nouvelle star d’Apple, l’iPad 4, a remplacé la version 3 au bout de 6 mois de commercialisation à peine. Pour les smartphones, l’obsolescence sera encore plus rapide. Le déploiement en cours de la technologie 4G en Europe va obliger tous les utilisateurs souhaitant bénéficier du très haut débit de l’internet mobile à remplacer leur terminal. La fréquence de renouvellement des téléphones portables est en train de passer de 18 à 15 mois en France (et même à 12 mois chez les 15-24 ans). Conséquence de cette frénésie : les smartphones et tablettes deviennent très vite démodés. Mais ils ne sont pas pour autant bons pour la retraite. Un consommateur averti peut faire d’excellentes affaires avec des appareils de seconde main, révisés et garantis.

N’achetez que sur un site professionnel

Bien entendu, les sites de petites annonces regorgent d’appareils d’occasion. Mais ce canal d’approvisionnement sans garantie est risqué. D’une part, les contrefaçons grossières y pullulent autant que les appareils volés. D’autre part, des escrocs exploitent le filon. Un smartphone sacrifié à 50 % de sa valeur pour cause de « double emploi » ou de « besoin d’argent urgent » cache une arnaque classique qui consiste à exiger de l’acheteur un paiement par mandat cash via Western Union. Une fois l’argent empoché auprès d’un bureau étranger peu regardant sur l’identité du destinataire, l’escroc n’enverra jamais ledit smartphone. L’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTI) ne compte plus les plaintes de consommateurs abusés de la sorte. 

Des appareils de seconde main ou des neufs abîmés

Heureusement, depuis 3 ans, des sites professionnels se sont spécialisés sur le créneau de l’occasion. Mobilorama, Magic Recyle, Ecofone, Phone and Phone jouissent d’une bonne réputation sur le Web et écoulent des milliers de téléphones et de plus en plus de tablettes. Ces prestataires fournissent aussi les sites de certains distributeurs (Fnac, Amazon et Cdiscount). Les opérateurs eux-mêmes ne sont pas restés insensibles à ce nouveau business. Bouygues Telecom a été le premier à s’adjoindre les services du prestataire Recommerce Solutions pour ouvrir, dès 2011, une boutique d’occasions en ligne, aujourd’hui sous les couleurs de la marque B&You. Orange a également copié l’initiative pour créer ce service sur le site de sa filiale low cost, Sosh. SFR n’a pas encore intégré d’offre comparable, mais propose des téléphones et tablettes d’occasion en ligne, associés à un forfait. Sur les boutiques en ligne de ces professionnels, vous pouvez réaliser de 20 à 30 % d’économies sur les appareils les plus demandés et jusqu’à 60 % sur des smartphones de plus ancienne génération.

Ces sites vendent aussi bien des appareils d’occasion que reconditionnés. Les premiers ont déjà appartenu au moins 3 mois à un ou ­plusieurs ­propriétaires. L’âge moyen des mobiles d’occasion est d’un an. Les seconds ont été utilisés moins de 3 mois. En pratique, il s’agit, la plupart du temps, d’appareils ayant été abîmés durant leur transport. Ils peuvent avoir subi une fissure ou une rayure. Parfois, c’est simplement l’emballage qui a été écrasé ou déchiré. Ce qui rend le téléphone invendable neuf. Il est alors « reconditionné », c’est-à-dire remis en état. On trouve aussi sur ces sites les modèles d’exposition des boutiques ainsi que les appareils prêtés aux clients le temps que leur téléphone cassé soit réparé. Plus rarement, sont vendus des téléphones achetés, puis rapportés par des clients insatisfaits.

Il n’existe aucune classification officielle pour déterminer l’état de ces appareils d’occasion. Chaque site possède sa propre nomenclature. Et elles ne correspondent pas toujours d’un professionnel à l’autre. Par exemple, Bouygues Telecom propose trois catégories de téléphones d’occasion : « comme neuf », « très bon état » ou « bon état ». Sur la boutique en ligne de son concurrent Sosh, on n’en trouve que deux : « bon état » et « état fonctionnel ». Mobilorama n’affiche, quant à lui, qu’un seul niveau de qualité (« remis à neuf »), alors que Magic Recycle, en a jusqu’à cinq. Mieux, chez Ecofone, chaque terminal est présenté en photos sous toutes les coutures ! Bref, il est difficile de comparer les appareils d’un site à l’autre. D’autant qu’un écran couvert de microrayures réduit à peine le confort de vision, alors que des « pixels morts » (des zones de l’écran qui ne s’allument plus) peuvent être très gênants à l’utilisation.

Chaque terminal est réinitialisé et passe un contrôle technique

La remise en état des smartphones et tablettes nécessite d’abord un nettoyage complet de leur mémoire. Ces appareils contiennent des pans entiers de nos vies privées : photos, vidéos, courriers électroniques, SMS, identifiants et mots de passe de connexions internet. Bref, de quoi pénétrer dans l’intimité d’autrui si toutes ces informations ne sont pas effacées. Cette suppression des données personnelles est effectuée par la société chargée de son reconditionnement. Sur les modèles les plus courus, elle procède également à une mise à jour systématique et radicale des systèmes d’exploitation (le « moteur » de la machine) et fait ainsi table rase du passé. En revanche, tous les téléphones ne sont pas désimlockés. Autrement dit, certains modèles restent bloqués sur le réseau de l’opérateur qui les a vendus neufs. En préférant ces modèles, vous économiserez environ 20 € supplémentaires par rapport à un modèle débloqué. Mais attention, ils doivent être compatibles avec votre forfait. De plus, pour pouvoir débloquer gratuitement un terminal « simlocké », il faut contacter le service client de l’opérateur ayant vendu ce téléphone subventionné, lui communiquer le numéro de ligne auquel il était lié ainsi que les coordonnées du premier propriétaire. Si vous ignorez ces informations, seule une boutique spécialisée pourra débloquer votre mobile et l’opération vous coûtera de 10 à 20 € selon les modèles. Ce qui annule l’économie à l’achat.

Les appareils réinitialisés passent ensuite au banc d’essai. La batterie est l’un des points faibles de ces objets. Lorsqu’elle n’atteint plus 70 % de ses capacités ou que ses contacts sont oxydés, elle est remplacée par une neuve de marque générique. L’écran tactile, les connexions, les haut-parleurs et les micros ainsi que la capacité à capter les réseaux mobiles et le wi-fi sont, à leur tour, vérifiés. Si le modèle ne nécessite aucune réparation, il est habillé de nouvelles coques, emballé, assorti d’accessoires génériques neufs (chargeur, écouteurs) et d’une notice d’utilisation. Vous pouvez espérer conserver un téléphone d’occasion de 5 à 6 ans : un smartphone neuf a une espérance de vie de 7 à 8 ans et l’âge moyen des appareils remis en vente excède rarement 2 ans. Idem pour les tablettes.

Vous avez un délai de rétractation de 7 jours, et de 3 mois à 1 an de garantie

Bien entendu, acheter à un professionnel permet aussi de bénéficier d’une sécurité supplémentaire : les sites garantissent gratuitement les appareils revendus, pour une durée minimale de 3 mois (à l’exception notable de Mobilorama, qui la propose en option payante à 10 € pour 6 mois). La plupart offrent 6 mois de couverture. Les garanties d’un an sont, elles, le plus souvent réservées aux appareils reconditionnés, autrement dit quasi neufs. Prudence toutefois, les clauses d’exclusion de garantie listées dans les conditions générales des contrats déchargent parfois les sites de toute responsabilité en cas de défaillance des pièces maîtresses : batterie, écran tactile et logiciel ! Mais sachez que, comme pour tout autre achat à distance auprès d’un professionnel, si le téléphone ou la tablette que vous avez acheté d’occasion souffre d’un défaut quelconque, vous pouvez utiliser votre faculté de rétractation. Vous disposez de 7 jours (si le délai expire un samedi, un dimanche ou un jour férié, il est prolongé jusqu’au premier jour ouvrable suivant), à compter de la date de livraison du colis, pour exercer votre droit de renoncer à l’achat, sans avoir à en justifier le motif ni à payer des pénalités (art. L. 121-20 du code de la consommation). Le prix du téléphone ainsi que les frais d’envoi vous seront remboursés dans les 30 jours qui suivent. Seul le coût du retour du téléphone restera, dans la plupart des cas, à votre charge. Mettez à profit ces 7 jours (portés à 15 sur le site Fnac.com) pour tester votre achat dans toutes les conditions et configurations possibles, et n’hésitez pas à y renoncer au moindre doute. L’offre étant pléthorique, vous retrouverez un modèle similaire en quelques clics.

Michel Ebran

 


Mots-clés :

ACHAT-VENTE , INTERNET , ORDINATEUR , TABLETTE , TELEPHONE PORTABLE




Outils pratiques :
Papiers à conserver

Vous aimerez aussi
Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier