Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Retapisser un fauteuil : les ressorts d’une nouvelle assise

Retapisser un fauteuil : les ressorts d’une nouvelle assise

Retapisser un fauteuil : les ressorts d’une nouvelle assise
Septembre 2012
Le Particulier Pratique n° 382, article complet.
Auteur : MARTIN (Claire)

Assise de mousse tassée, ressorts dont on sent la structure sous le tissu, sangles relâchées, dessus élimé, votre fauteuil est fatigué. S’il a de la valeur, vous pouvez lui donner une seconde vie en faisant appel à un tapissier. En règle générale, ce professionnel se déplace à votre domicile pour examiner le siège et vous envoie ensuite un devis.

Lors de ce rendez-vous, il vérifiera l’état du bois et déterminera si des réparations sont nécessaires. Il se chargera d’un simple recollage ou du rebouchage des trous, mais confiera les grosses restaurations à un ébéniste de son choix. De même, si l’assise en paille d’un siège doit être remise en état, il fera appel à un rempailleur avant de refaire le coussin si besoin. L’intervention d’autres artisans augmente, bien sûr, le délai du retapissage. Sachez, toutefois, que cette opération demande toujours beaucoup de patience.

Ressorts et crin végétal, des gages de longévité

La réfection traditionnelle, dite “à l’ancienne”, garantit au fauteuil une durée de vie de 35 ans environ. Cette formule est la meilleure qui soit lorsque l’armature en bois a été conçue pour une garniture à ressorts et en crin, animal ou végétal. L’artisan met la carcasse du siège à nu – il ôte toute la garniture –, la restaure, nettoie la patine ou en réalise une nouvelle. Si le bois est ciré, il le décrasse. Il fixe ensuite des sangles sous la ceinture du siège, les tend très fortement et les entrecroise côte à côte : c’est le sanglage à plein. L’étape suivante, le guindage, consiste à contraindre, au moyen d’une corde à guinder savamment nouée, des ressorts cousus sur les sangles. Il exige une grande précision. En effet, un mauvais guindage crée des déséquilibres de tension et de forme qui affecteront les opérations ultérieures et, au final, le rendu du tissu décoratif.
La forme du guindage et la taille des ressorts diffèrent selon le style du siège. Lorsqu’un modèle est très fragile, on ne pose pas de ressorts afin d’éviter des tractions qui lui seraient fatales. Les fauteuils antérieurs à 1825 ne doivent pas avoir de ressorts, ceux-ci ayant été inventés cette année-là. Avant cette date, on se contentait de sangler. Les ressorts, quand ressorts il y a, sont recouverts d’une toile forte en jute destinée à les isoler de la pelote, c’est-à-dire du crin de cheval – le fin du fin ! – ou, plus habituellement et moins coûteux, du crin végétal, façonné en rouleaux. Toute l’expertise du tapissier est sollicitée dans la confection de la pelote : il doit obtenir une symétrie parfaite, une densité homogène et un bombé harmonieux. Un véritable travail de modelage. L’artisan emballe ensuite le crin dans une toile d’embourrure très souple, fermée par des points de couture spécifiques, et modèle le bourrelet correspondant à chaque style de fauteuil. Il étale une petite couche d’ouate sur cette toile et recouvre le tout d’un textile blanc ordinaire ; on dit que le fauteuil est “mis en blanc”. Il ne reste plus qu’à poser le tissu décoratif.
Le dossier et les manchettes (accoudoirs rembourrés) sont réalisés de la même façon que l’assise, sauf qu’il n’y a pas de ressorts.

Latex ou Bultex, moins durables, mais tout aussi chers

Dans les années 1950, la mousse commence à être utilisée pour garnir aussi bien les sièges courants que ceux de designers, de Le Corbusier par exemple. Le bois a été taillé pour accueillir ce type de garniture. Les sangles sont élastiques et espacées afin de permettre l’aération de la mousse. Le tapissier doit respecter la technique d’origine. Pour un travail de qualité, il emploie du Bultex (mousse synthétique) ou du latex (tiré du caoutchouc de l’hévéa). Ceux-ci se présentent sous forme de plaques de différentes dimensions et épaisseurs. L’artisan en panache des morceaux, préformés ou non, de densités variées et les ajuste de manière à optimiser le confort. Le latex et le Bultex offrent à ces sièges une durée de vie de 10 à 15 ans. Sachez que le latex craint l’humidité – il développe parfois des moisissures –, qu’il dégage une légère odeur de caoutchouc et qu’il peut avoir des effets allergisants. Si avec ces deux matières, le garnissage semble assez simple, il demande, néanmoins, un très bon dosage et de la précision.
Qu’il s’agisse de latex, de Bultex – tous deux coûtent relativement cher – ou d’une garniture traditionnelle, les prix d’un garnissage sont, en définitive, presque identiques. À moins d’opter pour de la mousse polyéther, meilleur marché mais dont la durée de vie est de 5 à 6 ans seulement : au fur et à mesure que la mousse se désagrège, l’assise se déforme et se tasse.

Ne pas se contenter de changer le tissu

Un professionnel refusera de faire du cache-misère en changeant le tissu seul sous prétexte de redonner un coup de neuf, sauf si la garniture est en excellent état. En effet, des tiraillements anarchiques sur l’étoffe dus à des ressorts déplacés ou à une pelote avachie fatigueront votre tissu en 1 ou 2 ans. Compte tenu du prix des textiles d’ameublement – entre 60 et 280 € le mètre linéaire, parfois plus –, ce n’est pas un bon calcul. Un autre (mauvais) compromis consiste à réutiliser l’ancienne garniture en la remettant sur des sangles neuves. On gagne ainsi plusieurs heures de main-d’œuvre, mais l’assise n’aura pas le beau bombé que donnent une pelotte et des ressorts neufs. Pour vérifier si le travail a été effectué correctement, examinez le sanglage sous le siège : il doit être parfaitement tendu et plat, ce qui se sent sous les doigts – un sanglage arrondi trahit un garnissage bâclé –, et l’assise doit être ferme.
La résistance du tissu détermine la longévité d’un siège. Il est donc impératif d’utiliser un textile “qualité siège”. Vous le reconnaîtrez au symbole, apposé au dos de l’échantillon, représentant un fauteuil suivi d’un chiffre qui correspond au test Martindale de résistance à l’abrasion. Plus le chiffre est élevé, plus la résistance est grande ; il ne doit jamais être inférieur à 20 000 tours. Si vous le souhaitez, le tapissier peut appliquer un traitement antitache au tissu. Sachez, par ailleurs, que l’artisan a accès à de nombreuses collections d’éditeurs. Il ne vous vendra pas le tissu plus cher que si vous l’achetez vous-même et le lui fournissez. En effet, les éditeurs lui concèdent un rabais qui constitue une petite marge pour l’artisan, ce qui ramène le prix qu’il vous facture pour l’étoffe à celui du marché. Si vous choisissez une toile à motifs, il est nécessaire de faire un plan de coupe pour calculer leur emplacement suivant la forme du siège, sa taille et le raccord des dessins. Lorsque le tissu est imprimé de grands motifs, il en faut davantage que s’il est uni, ce qui va gonfler substantiellement l’addition. Si dans les échantillons que l’artisan vous présente rien ne vous séduit, vous pouvez aller faire un repérage chez les éditeurs de tissus d’ameublement. Le tapissier commandera ensuite la référence chez le fabricant de votre choix. Tenez compte des délais demandés par l’éditeur : parfois plusieurs semaines quand le textile que vous avez sélectionné n’est pas en stock et doit être refabriqué.
Dernière étape du retapissage d’un fauteuil, la finition. L’artisan recouvre le dessous de l’assise de jaconas – une toile fine gris bleuté – pour masquer le sanglage. Il agrémente le pourtour du siège de clous bombés, d’un passepoil (petit bourrelet) double ou simple, en tissu ou en cuir, assorti au tissu ou contrastant avec celui-ci, ou d’un ruban de passementerie.

Claire Martin


Mots-clés :

ARTISAN , DEVIS , MEUBLE , REPARATION




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi

Réduisez vos impôts
Faites appel à un expert pour bénéficier des meilleurs conseils

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier