Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Achat-Vente > Accession à la propriété : 5 pistes pour acheter son premier logement

Accession à la propriété : 5 pistes pour acheter son premier logement

Accession à la propriété : 5 pistes pour acheter son premier logement
Septembre 2012
Le Particulier n° 1076, article complet.
Auteur : SABARLY (Colette)

Face aux prix élevés de l’immobilier et au durcissement des conditions d’octroi des crédits, les jeunes ménages ont tout intérêt à actionner certains leviers pour acquérir leur premier appartement. Nos conseils.

Les jeunes acquéreurs ont de plus en plus de mal à acheter leur premier logement. En cause, l’envolée des prix. Selon Jacques Friggit, chargé de mission au Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), « les prix de l’immobilier ont, en moyenne nationale, augmenté de 141 % entre 1998 et 2010 ». Ce chiffre cache de fortes disparités d’un département à l’autre. Avec une hausse de 197 % en 12 ans, Paris détient le record, suivi de près par les Bouches-du-Rhône (181 %), les Alpes-Maritimes (178 %), puis le Var et l’Aude (171 %). À l’opposé, la Côte-d’Or, la Moselle ou le Territoire de Belfort affichent, respectivement, 100, 94 et 83 %. Dans le même temps, la progression des revenus a été beaucoup plus lente. « Alors que de 1965 à 2000, le prix des logements et le revenu par ménage avaient progressé au même rythme, de 2000 à 2010, le premier a augmenté de 70 % de plus que le second », poursuit Jacques Friggit. Dans ces conditions, il est difficile aujourd’hui de troquer l’habit de locataire contre celui de propriétaire. En 2000, un emprunteur prêt à débourser 1 000 € de mensualité sur 20 ans, pouvait acheter 90 m2 en moyenne sur l’ensemble du territoire. Actuellement, son pouvoir d’achat ne lui permet d’acquérir que 50 m2. Cet écart entre les prix et les revenus n’est pas la seule raison qui bloque la réalisation des projets d’achat des jeunes ménages. Le durcissement des conditions d’octroi des crédits y est aussi pour beaucoup. Malgré le fléchissement des taux depuis le début de l’année – ils ont perdu de 0,40 à 0,50 point, ce qui ramène le taux moyen sur 20 ans à environ 3,80 ou 3,90 % –, les banques se montrent extrêmement prudentes. Selon Hervé Hatt, directeur général de Meilleurtaux.com, elles exigent, à l’heure actuelle, de 10 à 20 % d’apport, et l’allongement de la durée des prêts au-delà de 20 ans, qui prévalait avant la crise, n’est plus de mise. À cette frilosité des établissements bancaires s’ajoute le durcissement du prêt à taux zéro (PTZ), qui ne s’applique dans l’ancien que si des travaux de grande ampleur sont réalisés. Bref, qui veut acheter son premier logement doit disposer de bons revenus et d’un apport suffisant. Si vous ne remplissez pas ces conditions, ne désespérez pas. Plusieurs pistes à explorer peuvent vous aider à mener à bien votre projet.


Mots-clés :

ACCESSION A LA PROPRIETE , AIDE FAMILIALE , CREDIT IMMOBILIER , INVESTISSEMENT LOCATIF , MARCHE IMMOBILIER , RENOVATION URBAINE , TAUX DU PRET




Outils pratiques :

Bannière Choix patrimoniaux

Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier