Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > 4 aspirateurs-balais sans sac et sans fil : ils aspirent au ménage quotidien

4 aspirateurs-balais sans sac et sans fil : ils aspirent au ménage quotidien

4 aspirateurs-balais sans sac et sans fil : ils aspirent au ménage quotidien
Mai 2012
Le Particulier Pratique n° 379, article complet.
Auteur : HENRI (Benoit)

Nous avons retenu quatre modèles des marques Dyson, Electrolux, Hoover et Rowenta. Nous avons comparé la manœuvrabilité de ces aspirateurs-balais, y compris leur capacité à se glisser sous les meubles. Notre notation de l’ergonomie prend également en compte leur poids, leur commodité de rangement et le mode de vidage des collecteurs. Concernant leurs performances, nous avons mesuré la capacité d’aspiration, dans les deux modes de puissance (normal et turbo). Pour ce faire, nous avons étalé sur un tapis 50 g de chapelure sur 1 m et fait deux allers-retours avec chaque appareil. Nous avons ensuite pesé ce qui avait été récupéré dans les réservoirs. Notre dernière mesure a porté sur l’émission de bruit, sous les deux modes de puissance à environ 1 m des aspirateurs.

Le ménage quotidien ne nécessite pas toujours de sortir le gros aspirateur du placard. Certains d’entre nous se servent déjà des modèles sans fil à main ou de table pour ramasser les miettes du repas ou réparer un petit accident. Le seul inconvénient de ces appareils est que l’on doit se baisser pour nettoyer le sol. Utiliser un aspirateur-balai sans fil – à mi-chemin entre les aspirateurs traîneaux et les aspirettes – évite cette gymnastique. Simple d’emploi, il fonctionne avec une batterie rechargeable et est dépourvu de sac. Pour ce test, nous avons retenu l’Air Force RH8565 de Rowenta et trois modèles qui se transforment aussi en aspirateurs à main : le DC 35 de Dyson, le Freejet FJ 180 de Hoover et l’Ergorapido ZB2923 d’Electrolux.

Trois modèles toujours prêts sur leur station d’accueil

Avant de pouvoir se servir de son aspirateur-balai, il faut le monter ; une opération relativement facile pour nos quatre modèles. L’assemblage du Hoover et du Dyson, dont les éléments s’emboîtent les uns dans les autres, est des plus simples ; celui de l’Electrolux et du Rowenta exige juste la pose d’une vis afin de solidariser l’ensemble. Ces aspirateurs-balais fonctionnant sur batterie, il est nécessaire de la recharger avant l’emploi. Trois de nos références sont vendues avec une station prévue à cet effet. Celle du Dyson se fixe au mur et permet également de ranger l’aspirateur. Le Freejet FJ 180 de Hoover s’accompagne d’un système de recharge qui reste au sol. Il suffit d’y déposer l’appareil pour qu’il fasse le plein d’énergie. Electrolux vous laisse le choix : au sol ou fixation murale. Seul Rowenta n’a pas pris l’option de la station d’accueil : un transformateur raccorde l’Air Force RH8565 au secteur. Une fois rechargé, l’aspirateur est prêt à être utilisé. Si l’absence de fil apporte une réelle liberté de mouvement, qu’en est-il de l’ergonomie générale des appareils et de leur maniabilité ? 

Le Dyson est le plus aisé à manœuvrer

Dès le premier coup d’œil, le Dyson se démarque de ses trois concurrents. Le moteur et le collecteur se situent dans sa partie haute, la partie basse ne comprenant que le tube et la brosse. Le poids de ­l’aspirateur se concentre donc au niveau de la main, ce qui le rend très maniable. Chez les autres constructeurs, c’est l’inverse. Le corps de l’appareil se trouve dans la partie basse. À l’usage, cela peut être fatigant, d’autant qu’il existe un écart sensible entre le plus léger – le Dyson, qui pèse 2,20 kg – et le plus lourd – le Rowenta, qui accuse 3,60 kg. Il faut également prendre en compte la hauteur de l’aspirateur. Ainsi, le Freejet FJ 180 de Hoover, le plus petit, avec 104 cm, s’avère peu pratique pour un utilisateur de grande taille, tandis que l’Air Force RH8565 de Rowenta, le plus imposant, avec 119 cm, a permis à notre testeur – qui mesure 1,85 m – d’œuvrer en gardant le dos bien droit. De fait, le rapport entre la longueur et le poids de l’aspirateur détermine sa maniabilité : le Dyson (110 cm pour 2,20 kg) et l’Electrolux (108 cm pour 2,40 kg) se révèlent, par conséquent, les plus commodes à manipuler.

L’emplacement du moteur et du collecteur sur le corps de l’aspirateur a aussi son  importance lorsqu’il s’agit d’aspirer dans les zones difficiles d’accès. Par sa conception, le Dyson est le seul à se glisser sous les meubles. Pour les autres, il n’y a que la brosse et une toute petite partie du corps de l’aspirateur qui réussissent à passer.

Peu d’écart de performances

Dans ce domaine, nos tests n’ont révélé qu’un écart minime entre les appareils, et ce quel que soit le mode de puissance utilisé. Sur les 50 g de miettes placés sur le tapis, le poids le plus faible récupéré après les deux passages en aspiration standard avoisine les 46 g (Hoover), contre 48 g (Rowenta) pour le plus élevé. Dès lors que l’on passe au mode supérieur, les résultats sont proches de la perfection : 49 g aspirés par tous les modèles. Les différences sont un peu plus significatives en ce qui concerne les nuisances sonores. Le mode turbo, plus exigeant en termes de puissance moteur, est très bruyant. Pourtant, à plein régime, l’Electrolux émet 75 dB(A), autant que le Rowenta en mode standard. Le Dyson est le moins silencieux.

Nettoyage et rangement font la différence

La poussière aspirée s’accumule dans le collecteur, qu’il faut vider. À nos yeux, cette opération revêt une grande importance : elle doit être simple et propre. Les constructeurs rivalisent d’ingéniosité pour trouver la solution qui répond à ces critères. Avec le Hoover et l’Electrolux, vous devez, tout d’abord, désolidariser le petit aspirateur à main pour accéder au réservoir. Le premier dispose d’une gâchette qui, lorsqu’on l’actionne, ouvre automatiquement une trappe qui libère les saletés. La manœuvre est moins aisée sur l’Electrolux. L’ouverture se fait manuellement et le passage étant très étroit, il faut s’y reprendre à plusieurs fois pour retirer toute la poussière. Sur le Dyson comme sur le Rowenta, un bouton commande l’ouverture du fond du réceptacle, qui se vide alors d’un coup sans salissures. Les filtres sont, en général, lavables.

Dernière étape de notre test, le rangement. Privé de station d’accueil, l’Air Force RH8565 de Rowenta ne peut tenir debout tout seul que grâce à sa position “parking”. Il suffit de pousser le manche vers l’avant pour qu’il se bloque et tienne droit, bien stable. Malgré la présence d’une borne de chargement et de rangement, le Freejet FJ 180 de Hoover offre aussi cette fonctionnalité. Ce n’est pas le cas du Dyson et de l’Electrolux, qui, hors de leur station d’accueil, ne peuvent tenir debout.

Par Benoit Henri

 


Mots-clés :

ASPIRATEUR




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier