Toute l’information juridique et pratique pour agir

Accueil > Vie pratique > Santé > Payer moins cher ses médicaments sans ordonnance

Payer moins cher ses médicaments sans ordonnance

Payer moins cher ses médicaments sans ordonnance
Mars 2012
Le Particulier n° 1071, article complet

En 2010, près de 15 % des médicaments ont été achetés sans prescription médicale. Mais si l’automédication se développe, elle reste encore onéreuse. Voici différents moyens pour se soigner mieux, et moins cher

Irritation de la gorge, maux de tête ou simple coup de fatigue. En cas de symptômes a priori bénins, de plus en plus de Français se rendent directement chez le pharmacien pour se soigner, sans passer par leur médecin. Ainsi, 85 millions de boîtes de médicaments ont été vendues en 2011 hors prescription médicale. Ce marché est estimé à plus de 2 milliards d’euros par la société de conseil Celtipharm. De plus, l’automédication s’est accélérée depuis 2008, avec la possibilité offerte aux pharmacies de placer 433 substances, précisément définies, devant leur comptoir, en libre accès (décret n° 2008-641 du 30.6.08).

80 % des médicaments vendus sans ordonnance sont à prix libre

Deux catégories de médicaments peuvent être achetées sans ordonnance. Ceux à vignette qui auraient été remboursés s’ils avaient été prescrits par un médecin (Dafalgan, Doliprane, Spasfon…). Ils bénéficient d’un taux de TVA réduit à 2,1 % et leur prix, négocié entre les pouvoirs publics et les fabricants, est identique partout en France. Mais plus de 80 % des achats concernent l’autre catégorie de médicaments. Ceux que la Sécurité sociale ne rembourse pas et dont le taux de TVA est de 7 % (Apaisyl, Euphytose, Nurofen…). Pour certains de ces produits, la prise en charge a été refusée par la collectivité, mais pour d’autres, le fabricant n’en a pas fait la demande. Certains intervenants ont, en effet, intérêt à ce que des médicaments ne soient pas remboursés. Le laboratoire peut, dès lors, faire de la publicité (la pratique est interdite pour les médicaments à vignette) et les pharmacies sont autorisées à en fixer librement le prix. Cependant, tout le monde ne peut pas se soigner seul. « L’automédication ne doit concerner que les personnes sans problème de santé important, uniquement pour un symptôme mineur et jamais plus de 5 jours », prévient le professeur Jean-Paul Giroud, pharmacologue. De plus, cette pratique a un coût puisque les médicaments sans ordonnance sont entièrement à la charge du client. Seules certaines mutuelles remboursent quelques dizaines d’euros par an (AG2R La Mondiale, Allianz, GMF, MMA…) sur ces produits, mais uniquement en option ou dans les contrats les plus haut de gamme. Il existe toutefois des moyens pour limiter la facture. Nous les détaillons dans les pages suivantes.  

Lire aussi

Aurélien Ferron


Outils pratiques :

Mots-clés : MALADE , MALADIE , MEDICAMENT , PHARMACIE , PHARMACIEN , PRIX

Bannière Le syndic bénévole

Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Bouygues Immobilier v1

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

Bannière e-Particulier

  • RSS
  • Imprimer Envoyer par mail