Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Rubrique essai : appareil photo 3D et cadre photo numérique 3D de Fujifilm, quand la photo prend du relief

Rubrique essai : appareil photo 3D et cadre photo numérique 3D de Fujifilm, quand la photo prend du relief

Avril 2010
Le Particulier Pratique n° 356, article complet.
Auteur : HENRI (Benoit)

Prise en main de l’appareil. Essai des différents modes de réglage des menus. Prises de vue en mode 2D et 3D. Appréciation de l’effet 3D sur l’écran de l’appareil, sur le cadre photo numérique et sur les tirages papier.

Capteur : 10 millions de pixels
Zoom : 2 zooms optique 3X
Écran : 2,80 pouces de diagonale (environ 7 cm)
Mémoire : 42 Mo en interne et compatible carte SD et SDHC (haute capacité)
Alimentation : batterie rechargeable (chargeur livré)
Poids : 260 g
Fujifilm :  0825.89.32.08, www.fujifilm.fr

Les images en relief sont très en vogue ces derniers temps : ce procédé a investi les salles de cinéma, tandis que les fabricants de téléviseurs se lancent dans l’aventure et sortent de nouveaux postes. Pour profiter de l’effet escompté, le spectateur doit chausser une paire de lunettes spéciales, pas toujours très confortables. La prouesse de Fujifilm avec cet appareil photo est, précisément, de proposer des images en relief visibles à l’œil nu.

Véritable révolution ou simple gadget ?

Un peu des deux, à vrai dire. D’un point de vue technologique, le produit développé par Fujifilm est une réussite. Maintenant, est-il très intéressant de pouvoir regarder ses clichés en relief ? Le rendu est, certes, impressionnant, du moins sur l’écran de l’appareil photo ou celui, plus grand, du cadre photo numérique. Et davantage encore quand il s’agit de vidéo. Mais si ce n’est pour épater ses amis le temps d’une démonstration, les utilisations de ces appareils sont assez limitées, les tirages papier étant, eux, décevants.

Jamais sans le cadre

Le FinePix Real 3D W1 est, aujourd’hui, le seul modèle de ce type sur le marché (Samsung a tout de même présenté un prototype lors du dernier salon Consumer Electronic Show). Aussi est-il difficile d’avoir du recul sur son emploi futur, d’autant que le format adopté pour l’enregistrement des images, le MPO, n’est lu que par le cadre photo numérique conçu par Fujifilm. Vous devez donc débourser 349 € pour cet écran de visualisation, en plus des 499 € que coûte l’appareil. à moins de n’utiliser ce fleuron de la firme nipponne que comme un compact classique, en mode 2D… mais il est alors cher pour un modèle de milieu de gamme.

Un appareil qui voit double

Pour créer un effet de relief, il suffit de prendre un même sujet sous deux angles de vue différents, puis de réunir les deux clichés en un seul : c’est le principe de la stéréoscopie (voir p. 10). Fujifilm a donc conçu un appareil photo qui voit double : un objectif à gauche et un second à droite, comme pour la vision humaine. Cela peut paraître simple, mais construire ensuite une seule et unique photographie relève de la prouesse technologique. À noter que tous les sujets ne sont pas propices à la 3D : quand il s’agit de photos de paysage, de vues en mouvement ou de macrophotographie, il faut prendre les deux vues en déplaçant l’appareil.

Visionnage jubilatoire sur écran

L’écran de 2,80 pouces (environ 7 cm de diagonale) donne un bon aperçu de l’effet de relief. Pour plus de confort, il faut passer les photos sur le cadre photo numérique vendu en complément, qui dispose, lui, d’une diagonale d’écran de 8 pouces, soit un peu plus de 20 cm. On procède par transfert de carte mémoire ou par copie du fichier sur la mémoire interne (512 Mo, soit une cinquantaine de clichés en 3D ; le double en 2D) via un ordinateur. Transfert également possible par liaison sans fil infrarouge à haute vitesse IrSimple TM/MC IRSS.

Décevant sur papier

Il est possible d’imprimer les images en relief. Cette opération, qui nécessite une technologie particulière, ne peut se faire sur une imprimante personnelle. Fujifilm a mis en place un service spécifique sur le site fujifilmreal3d.com. Deux formats sont disponibles : le 15,20 x 10,20 cm à 4,39 € et le 17,90 x 12,70 cm à 4,69 €. Il faut ajouter à cela des frais de port d’un montant de 5,49 €, et une bonne dose de patience, car les clichés ne sont livrés que dans un délai de 20 jours. Un coût élevé, pour un résultat décevant : l’effet de relief est assez limité et les photos ressemblent aux images que l’on trouve en cadeau dans les paquets de céréales…

Le poids de la technologie

L’intégration des deux lentilles se répercute sur les dimensions et le poids de l’appareil, assez imposant pour un compact. La prise en main du boîtier est plutôt naturelle, mais attention tout de même à ne pas mettre un doigt devant l’un des objectifs, celui de gauche étant placé très près du bord de l’appareil. Les commandes principales sont disposées autour de l’écran, et il n’est pas toujours aisé de s’y retrouver (plusieurs fonctions pour une même touche).

Par Benoît Henri


Mots-clés :

APPAREIL PHOTO , CADRE , MATERIEL AUDIOVISUEL , PHOTOGRAPHIE




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier