Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Economies d'énergie > Gaz : une énergie encore compétitive, mais la hausse est inéluctable

Gaz : une énergie encore compétitive, mais la hausse est inéluctable

Décembre 2009
Le Particulier n° 1043, article complet.
Auteur : COULAUD (Nathalie)

Le chauffage au gaz naturel est très largement répandu puisqu’il concerne 33 % des particuliers. Le marché français de la fourniture de gaz naturel est ouvert à la concurrence depuis le 1er juillet 2007. Il existe donc un tarif réglementé, proposé par GDF Suez, et des tarifs libres proposés par des fournisseurs alternatifs. Les tarifs réglementés du gaz naturel sont fixés par le gouvernement après avis de la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Ils divergent sur le territoire en fonction des coûts d’approvisionnement (proximité des gazoducs et des grands ports). En outre, le gaz naturel n’est pas accessible partout, seulement les trois quarts de la population environ peuvent se raccorder au réseau. GDF Suez est le principal fournisseur avec 10,5 millions de clients. Parfois, le gaz peut être distribué localement au tarif réglementé par des entreprises ou des régies locales, ce qui explique aussi les variations de tarifs et d’abonnement.

Avec un abonnement au tarif réglementé, les fluctuations du marché sont amorties

Les tarifs réglementés du gaz sont impactés par le prix du pétrole, mais en partie seulement. D’une part, parce que les marchés internationaux du pétrole et du gaz semblent désormais partiellement déconnectés ; d’autre part, parce que la formule choisie par le gouvernement pour calculer le tarif réglementé du gaz vise à amortir et retarder les évolutions, à la hausse comme à la baisse, du prix du marché international du gaz lié à celui du pétrole. Ainsi, alors que, entre le début de l’année 2005 et le début de l’année 2009, le prix du baril de pétrole flambait de 236 % en dollars et de 186 % en euros, le tarif réglementé du gaz naturel n’augmentait que de 50 % pendant la même période. À titre de comparaison, entre janvier 2005 et juillet 2008, le prix moyen du fioul domestique s’envolait, lui, de près de 107 % ! Par ailleurs, le 1er avril 2009, par décision gouvernementale, les tarifs réglementés du gaz ont diminué de 11,3 % en moyenne, afin de répercuter la baisse des prix d’approvisionnement.
Les principaux concurrents de GDF-Suez, Altergaz et Poweo (voir le n° 1037 du Particulier, p. 82) proposent des abonnements au gaz de 4 à 5 % moins chers que ceux du fournisseur historique. Mais il n’est pas forcément prudent de se laisser tenter. En effet, une fois qu’on a souscrit une offre au tarif libre, il n’est plus possible de revenir à un abonnement au tarif réglementé ! Or, nous l’avons vu, seul le tarif réglementé a permis, ces dernières années, d’amortir les fortes fluctuations du prix du gaz.
Cela étant, même le tarif réglementé va être amené à augmenter, d’où nos hypothèses de hausse de 25 à 60 % (voir p. 46). En effet, le gaz et le pétrole vont augmenter inéluctablement et il faudra aussi financer le renforcement des infrastructures du réseau. Ce dernier a d’autant plus besoin d’être renforcé et modernisé qu’il doit, non seulement faire face à la hausse de la consommation de gaz dans le secteur résidentiel, mais aussi répondre à une demande croissante due à la construction de nouvelles centrales thermiques.


Mots-clés :

CHAUFFAGE , ECONOMIE D'ENERGIE , ELECTRICITE , FACTURE , FIOUL DOMESTIQUE , GAZ NATUREL , POLLUTION




Outils pratiques :

Bannière Choix patrimoniaux

Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier