Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Travaux > FIP et FCPI 

FIP et FCPI

Novembre 2009
Le Particulier n° 1042, article complet.
Auteur : SCHMIDIGER (Frédérique)

Jusqu’à 12 000 € de réduction d’impôt en investissant dans des PME. Un placement risqué, à la rentabilité aléatoire. - Investissement maximal : 48 000 € pour un couple - Avantage fiscal maximal : 12 000 € pour un couple l’année de la souscription - Durée de conservation des parts : de 8 à 10 ans Le plus : l’investissement dans des PME, déconnecté des marchés des actions, est un outil de diversification de votre patrimoine.

Commercialisés de novembre à décembre, les FCPI et les FIP sont les produits défiscalisants parmi les plus accessibles et les plus rapides à souscrire. L’offre s’est considérablement développée. En 2008, 59 fonds ont été commercialisés pour réduire l’impôt sur le revenu, 28 autres l’ont été pour réduire l’impôt de solidarité sur la fortune. Ces fonds ouvrent droit également à une réduction d’impôt sur le revenu, mais de plus faible montant (variant entre 5 et 10 % du montant souscrit).

Une durée d’investissement de 8 à 10 ans, avec, à la clé, une exonération de l’éventuelle plus-value

Un couple peut investir jusqu’à 48 000 € (24 000 € dans les FCPI et autant dans des FIP), et obtenir une réduction d’impôt égale à 25 % des versements effectués, frais d’entrée inclus, ce qui représente une réduction maximale de 12 000 € (24 000 € maximum investis et 6 000 € de réduction d’impôt pour un célibataire).
Ces parts doivent ensuite être conservées un minimum de 5 ans, sous peine de perdre le bénéfice de l’avantage fiscal. Mais la durée de vie du fonds, et donc la durée d’immobilisation des sommes investies, est, elle, de 8 à 10 ans au moins. Dans ce délai, la société de gestion sélectionne les petites et moyennes entreprises (PME) non cotées (ou cotées sur un marché libre comme Alternext), françaises ou européennes, dans lesquelles elle va réinvestir les capitaux collectés, puis elle cédera progressivement ses prises de participation, en dégageant, si tout ce passe bien, une plus-value. Les souscripteurs peuvent ainsi espérer doubler leur mise de départ. La plus-value réalisée est exonérée d’impôt sur le revenu et ne supporte que les prélèvements sociaux (12,1 %). Voilà pour le scénario idéal.

Une rémunération modeste au regard des risques pris par les investisseurs

Mais rien ne garantit que vous retrouverez le capital investi. L’épargne collectée par les FCPI doit être réinvestie à hauteur de 60 % au moins dans des PME innovantes, avec une prédilection de la plupart des fonds pour les secteurs de l’informatique, de la santé, des biotechnologies, des télécoms, ou, plus récemment, dans le développement durable (énergie solaire…) et l’investissement socialement responsable (ISR). Même si une ou deux entreprises, sur la dizaine financées, enregistrent de réels succès, obtenir un bon niveau de rentabilité suppose que le fonds parvienne à céder, dans de bonnes conditions, ces participations, avant sa liquidation. Le contexte économique au moment de la sortie est, à cet égard, déterminant.
Les statistiques ne poussent guère à l’optimisme. Publiée en décembre 2008, une étude du professeur Didier Maillard (de la chaire de banque du Conservatoire national des arts et métiers), Les FCPI sont-ils un bon placement ?, a passé au crible 95 FCPI créés entre 1997 et 2003. De cette étude, il ressort que les FCPI ont fait, en moyenne, « un peu moins bien » que des placements classiques en actions, ou même monétaires, y compris en tenant compte de l’avantage fiscal accordé au souscripteur. La sous-performance de ces fonds serait de l’ordre de – 1 % par an. Derrière ces moyennes, les résultats sont très contrastés. Le fonds Alto Innovation, ouvert en 2001 par la société de gestion Alto Invest, a dégagé à sa clôture une plus-value brute (avant prélèvements sociaux) de 51,9 %, hors réduction d’impôt. Un bon résultat, qui illustre la relative déconnexion des performances des fonds d’investissements d’avec celles du marché des actions cotées, ce qui confirme que les fonds constituent de bons outils de diversification du patrimoine.
Les souscripteurs des fonds de la société de gestion Innoven Partenaires ont eu moins de chance. Plusieurs de ses fonds, après avoir enregistré de bons résultats, ont connu un scénario catastrophe. Au 31 décembre 2008, les fonds ouverts entre 1998 et 2000 affichaient une performance négative de - 97 %. La société canadienne Rock Well Petroleum, qui représente jusqu’à 85 % de l’actif de ces fonds, a, en effet, frôlé le dépôt de bilan. Impossible, dans ces conditions, de céder cette participation, alors que les fonds de 1998, 1999 et 2000 auraient déjà dû être fermés ou devraient l’être courant 2010. La société de gestion se voit ainsi contrainte de retarder la fermeture de ces fonds, et les souscripteurs sont tenus d’accepter ce retard dans l’espoir de limiter leurs pertes.

Répartir les souscriptions sur plusieurs produits pour limiter les risques

Les fonds d’investissement de proximité (FIP) devraient être moins risqués que les FCPI. L’épargne collectée est destinée à accompagner le développement ou la transmission d’entreprises déjà bien implantées en régions (dans un périmètre géographique de quatre régions limitrophes), dans des secteurs d’activité traditionnels. Pour limiter les risques de perte de votre capital, panachez vos souscriptions en investissant à la fois dans des FIP et des FCPI, dans des fonds de différentes sociétés de gestion, en variant d’une année sur l’autre les sociétés retenues. Les performances des fonds ouverts depuis au moins 4 ans par les sociétés peuvent vous guider dans votre sélection. En théorie du moins. Car, comme le relève l’étude du professeur Maillard déjà citée, ces performances varient considérablement d’un millésime sur l’autre : « Il est difficile de se prononcer sur la persistance d’une bonne (et d’une mauvaise) qualité de la gestion de manière statistiquement significative. »
Par ailleurs, l’examen des performances passées est loin d’être facile. Vous pouvez consulter le palmarès proposé par le site Boursorama (www.boursorama.com) ou la base de données Geco sur le site de l’Autorité des marchés financiers (www.amf-france.org, rubriques OPCVM). Les sociétés de gestion ont l’obligation de communiquer, sur cette base officielle, les dernières valeurs liquidatives de leurs fonds. Malheureusement, sur les deux sites, début octobre, certains fonds étaient encore valorisés à la date du 30 juin 2008. Enfin, vous ne retrouverez pas les performances définitives des fonds après leur liquidation, alors que cette performance finale est la seule réellement significative pour les souscripteurs.
Choisissez également vos fonds en fonction de la politique de gestion de la quote-part de l’épargne collectée qui peut être placée librement par les sociétés de capital-risque (au-delà du quota de 60 % investi obligatoirement en PME). Certaines investissent la quasi-totalité des sommes collectées dans des entreprises non cotées, afin de faire jouer pleinement le rôle de diversification du placement. D’autres investissent ce quota libre dans des fonds communs de placement en actions, obligataires ou monétaires, non exposés au risque de défaillance des PME. Vous supportez alors les frais élevés (jusqu’à 10 %) pratiqués dans les FCPI sur ces sommes investies dans ces FCP « classiques ».

Acheter en ligne pour réduire les frais de souscription

Dans tous les cas, limitez à 5 ou 10 % la part totale de vos actifs financiers investis en FIP et FCPI, tous millésimes confondus. Et dans la mesure du possible, négociez les frais de souscription prélevés (entre 3,5 et 5 %). Vous pouvez également acheter vos fonds sur les sites de courtiers tels que Altaprofits, Boursorama, Cortal Consors, Fortuneo ou Sicavonline, qui offrent des frais de souscription réduits ou même nuls (Boursorama). Pour accéder à un plus large choix de fonds, rendez-vous sur les sites de conseillers en gestion de patrimoine (www.best-FCPI.com, www.mes-fcpi.fr, www.123fcpi.com).


Mots-clés :

DEFISCALISATION , DOM-TOM , FCP , FIP , FONDS D'INVESTISSEMENT DE PROXIMITE , GIRARDIN , INVESTISSEMENT LOCATIF




Outils pratiques :

Bannière Choix patrimoniaux

Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier