Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Décryptage : des foires aux vins plombées par la conjoncture

Décryptage : des foires aux vins plombées par la conjoncture

Septembre 2009
Le Particulier pratique n° 349, article complet.
Auteur : SARGIS (Marise)

Une année pour les amateurs de vins du Rhône, du Languedoc-Roussillon et de Corse, pas pour les spéculateurs de grandes étiquettes bordelaises.

Les bordeaux du très spéculatif millésime 2005 ont déjà été vendus et revendus. Arrivent, en cette rentrée dans les foires aux vins, les productions de 2006 et 2007, bien moins affriolantes. Les premières présentent surtout un mauvais rapport qualité/prix, tandis que les secondes sont estimées de médiocre qualité. Il n’empêche que la plupart des enseignes proposent toujours une majorité de références bordelaises dans leur catalogue comme le veut, depuis 29 ans, la tradition en foires aux vins.
Concernant les rouges, les amateurs de bonnes bouteilles se tourneront, en 2007, vers la vallée du Rhône, le Languedoc-Roussillon et la Corse. En blanc, l’Alsace et les vins de Loire offrent de belles cuvées à prix très compétitifs. Les sélectionneurs de la grande distribution ont fait une jolie part à ces régions, mieux exposées en 2007.
Globalement, les tarifs pratiqués en cette année de crise financière n’ont pas vraiment fléchi, du fait de la hausse du prix du verre et des faibles rendements liés aux conditions climatiques. Seuls les bordeaux ont vu leur prix chuter après la folie des 2005. Malgré tout, des bagarres entre concurrents s’annoncent sur les quelques produits d’appel. Ainsi, le château-pape-clément 2006 (rouge) s’affiche à 89,99 € dans les Intermarché du Nord et du Sud-Ouest (Bordeaux) en quantités très limitées (2 000 bouteilles) ; à 99 € dans les Auchan et à 120 € dans les Carrefour. En sachant que le prix d’achat en primeur 2006 appliqué aux professionnels pour ce fleuron de l’appellation Pessac-Léognan avoisinait les 80 €. Les consommateurs ont donc intérêt à comparer les catalogues sur ce type d’étiquettes et à faire leurs achats dès la première heure.
Pour le reste, les enseignes proposent des cuvées spéciales en exclusivité. Les Magasins U référencent, en bourgogne, une excellente cuvée pinot noir (8,50 € un assemblage de raisins issus de diverses origines, dont Marsannay et Gevrey village). Carrefour poursuit sa politique de fidélisation avec des signatures habituelles comme Henry Marionnet (touraine), Frédéric Magnien (bourgogne) et Jean-Marc Brocard (chablis), au très bon rapport qualité/prix. Certaines enseignes profitent de cette année particulière pour communiquer sur de nouveaux thèmes. Toujours provocateurs, les centres E. Leclerc font la publicité du bouchage à vis. Une dizaine de références sont programmées pour l’occasion. Monoprix met l’accent sur son récent label “Monoprix gourmet”, qui estampille 18 bouteilles, toutes excellentes, sélectionnées à l’unanimité par un jury de consommateurs. Quatre de ces vins sont, en plus, issus des raisins de l’agriculture biologique (riesling 2008 domaine Pierre Frick, 9,90 € ; chablis 2007 Jean-Marc Brocard, 11,90 € ; Languedoc Hecht & Bannier 2007, 5,90 € ; Rhône domaine Montirius, Garrigues 2007, 12,40 €).
Après avoir fait leurs premiers pas, l’an passé, dans quelques enseignes, les vins bio sont partout en 2009, sauf à E. Leclerc. Mais toujours dans la discrétion, à raison d’une dizaine, et sans signalement particulier pour les consommateurs.

Marise Sargis


Mots-clés :

ALIMENTATION , FOIRE , GRANDE SURFACE , VIN




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier