Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Copropriété > Entretenir la ventilation : la bonne conduite

Entretenir la ventilation : la bonne conduite

Entretenir la ventilation : la bonne conduite
Septembre 2009
Le Particulier pratique n° 349, article complet.
Auteur : COUNE (Isabelle)

Trop souvent négligée, la qualité de la ventilation est primordiale pour assurer la bonne santé d’un bâtiment et de ses occupants (voir LPP n° 345).

Le principe consiste à faire entrer l’air par les pièces sèches et à le faire circuler vers les pièces humides, où il est évacué. “Si la ventilation s’effectue mal, elle peut être à l’origine d’une dégradation de l’environnement intérieur. Lorsque les bouches sont encrassées, le débit d’air diminue et les polluants s’accumulent à l’intérieur. En outre, si le circuit est engorgé, le ventilateur consomme plus d’énergie”, explique Muriel Barbat, ingénieur projet au Centre d’études et de formation pour le génie climatique (Costic).
Il existe deux grands types de ventilation : la ventilation naturelle classique, qui ­comprend une grille d’entrée d’air frais et une grille de sortie d’air vicié, ainsi que, éventuellement, des boisseaux ; la ventilation mécanisée (VMC), qui équipe les ­logements construits après 1969 et pour laquelle un motoventilateur centralise les bouches d’évacuation installées sur la toiture. 
L’entretien courant est à la charge de l’occupant. Il concerne les entrées d’air, telles que les barrettes des huisseries de fenêtres, qui doivent être nettoyées une fois par an afin que le balayage de l’air s’effectue correctement. Elles permettent, en effet, de faire entrer 30 m3 d’air/h par pièce sèche. De même, il faut décrasser les bouches d’extraction deux à trois fois par an – veillez à ce qu’elles ne soient pas cachées derrière des meubles, une pile de valises… Sachez que le détalonnage des portes doit être de 1 à 2 cm – faites attention qu’il ne soit pas réduit par la pose de moquettes épaisses ou de faux planchers – et qu’il est absolument interdit de raccorder la hotte de cuisine à la VMC.
Un test simple permet de s’assurer du bon fonctionnement de l’installation : placez une feuille de papier toilette devant la bouche d’aération ; si elle reste plaquée, il n’y a pas de problème. En collectif, l’arrêté du 31 janvier 1986 contre l’incendie impose une vérification du système de ventilation une fois par an.
Faites vérifier régulièrement votre installation par un spécialiste. Le système de ventilation doit être contrôlé et nettoyé tous les 5 ans. Méfiez-vous des démarcheurs qui se prétendent envoyés par le syndic et qui proposent de ramoner, en même temps, vos conduits de cheminée et d’aération ! En immeuble, les sociétés mandatées par le syndic procèdent par voie d’affichage, doublé d’une lettre individuelle, dans laquelle sont indiquées les coordonnées des intervenants pour fixer un rendez-vous. Les techniciens doivent pouvoir présenter leur carte professionnelle. Avant le nettoyage, ils viendront obturer les bouches des appartements. Après l’intervention sur la bouche principale, ils désobstrueront les bouches, les nettoieront et les remettront en place. Ces sociétés proposent également aux copropriétés des contrats pour l’entretien préventif des motoventilateurs. 
Des techniques différentes en habitat collectif et en pavillon. Pour nettoyer les conduits de VMC, il faut créer une dépression avec une centrale d’aspiration. Dans un système de ventilation naturelle, le nettoyage consiste à faire passer dans les conduits une tête réactive, sorte de boule qui contient de l’air comprimé. La boule, mise en mouvement lors de son déplacement, expulse de l’air qui désincruste la saleté. Cet appareil est couplé avec un aspirateur étanche pour que les poussières ne refluent pas dans la pièce où donne la bouche d’aération. En pavillon, le nettoyage des bouches s’effectue par l’intérieur. Dans les immeubles, où le système comprend une colonne verticale sur laquelle s’embranchent les conduits débouchant dans les logements, “le nettoyage s’effectue par le haut. La bouche principale est souvent très colmatée. L’accès aux parties privatives est indispensable, car les saletés décollées peuvent être refoulées dans les bouches à l’intérieur des appartements”, précise Patrice Weill, président du groupement des hygiénistes des réseaux de ventilation.
La ventilation des chaudières à gaz constitue un cas à part. Tous les ans, la vacuité des conduits, l’état des bouches d’entrée et d’extraction d’air doivent être contrôlés et les pâles du ventilateur nettoyées. Il faut vérifier l’ensemble de l’installation tous les 5 ans. L’entreprise de nettoyage doit intervenir en même temps que le chauffagiste.

Isabelle Coune


Mots-clés :

ENTRETIEN , VENTILATION MECANIQUE CONTROLEE , VMC




Outils pratiques :

Bannière Choix patrimoniaux

Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier