Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Economies d'énergie > Le lave-vaisselle, une économie ?

Le lave-vaisselle, une économie ?

Le lave-vaisselle, une économie ?
Juillet-Août 2009
Le Particulier pratique n° 348, article complet.
Auteur : LABEY (Pierre)

Une consommation d’eau en diminution

Les lave-vaisselle ne consomment plus que quelques litres d’eau : 15 l en moyenne par programme pour un modèle de 12 couverts, et même 10 l pour les plus économes. Alors que ceux d’il y a 30 ans dépensaient environ 60 l, et ceux des années 1990, 22 l. Que donne maintenant la comparaison avec le lavage à la main ?

Une consommation d’énergie plancher

Peu d’eau veut dire aussi peu d’eau à chauffer… la consommation électrique a donc baissé également, avec un peu plus de 1 kWh pour les lave-vaisselle de 12 couverts. A comparer avec le coût de votre eau chaude sanitaire en évier.

Des détergents machine qui n’échappent pas aux phosphates

Le combat mené par les associations de consommateurs pour interdire les phosphates a duré 20 ans. C’est chose faite en France depuis le 1er juillet 2007 dans les lessives, mais pas dans les détergents pour lave-vaisselle.

La question nous vient quelquefois au moment de lancer la machine, surtout quand elle n’est pas remplie… Le lave-vaisselle ne représente-t-il pas un gaspillage des ressources en eau et en énergie ? Les fabricants essaient de nous laver de ces suspicions en vendant cet appareil comme l’arme écologique par excellence par rapport au lavage à la main. Qu’en est-il exactement ? En France, selon le Groupement interprofessionnel des fabricants d’appareils d’équipements ménagers (Gifam), 53,70 % des ménages possèdent un lave-vaisselle. En moyenne, un foyer équipé utilise sa machine 3,3 fois par semaine ; 87 % des personnes interrogées attendent que le lave-vaisselle soit “plein” pour le mettre en route ; 56 % le font fonctionner durant les heures creuses demi-tarif d’EDF ; en revanche, 40 % seulement privilégient le programme “économique”. à la main, un foyer français fait, en moyenne, 11 fois la vaisselle par semaine, pour 3 couverts complets à chacune. Les personnes qui s’en chargent font, ou non, usage d’un bain de lavage, laissent couler l’eau de rinçage en continu ou par intermittence, et 28 % d’entre elles emploient un détergent écologique.

Consomme-t-on moins d’eau à la main qu’en machine ?

Supposons qu’un lave-vaisselle de 12 couverts dépense 12,20 l d’eau (hypothèse très favorable prise par le Gifam), pour faire mieux à la main, il faut deux bacs d’évier de 5 l, l’un servant à laver, l’autre à rincer. Même si l’on rince les verres en premier, force est de constater que, en fin de vaisselle, l’eau ne sera pas nette. Dans la réalité, comme le montre une enquête du laboratoire Eurofins-ATS*, la consommation d’un lavage équivalent à la main varie de 42,10 à 104,60 l en moyenne, suivant qu’on laisse, ou non, le robinet ouvert en continu pour le rinçage. Le coût en eau plaide donc sans conteste en faveur du lave-vaisselle. Sauf si on l’utilise pour 2 ou 3 couverts – cas très fréquent selon nous, les consommateurs estimant alors à tort que la machine est pleine –, auquel cas le lavage à la main reprend nettement le dessus.

Et la consommation d’énergie ?

L’étude Eurofins part de l’hypothèse (là encore très favorable) qu’une machine d’une capacité de 12 couverts consomme 0,84 kWh, tandis que le lavage à la main, avec de 42,10 à 104,60 l d’eau tiède, utilise de 0,75 à 2,70 kWh. Déduction du laboratoire : si vous dépensez beaucoup d’eau, vous ne rivaliserez jamais avec un lave-vaisselle, a fortiori si vous le mettez en marche aux heures creuses d’EDF (difficile de vous engager à vous lever à 1 h du matin pour récurer vos casseroles !).
En revanche, si vous êtes économe en eau, l’avantage s’inverse. Et si votre eau chaude est fournie par une chaudière au fioul ou au gaz, voire un chauffe-eau solaire, dont le kilowattheure consommé revient moins cher que celui facturé par EDF, vous y gagnez encore. Dès lors, pourquoi ne pas raccorder le lave-vaisselle directement à l’eau chaude, sous réserve de ne jamais utiliser les programmes “fragile”, “30 °C” ou “45 °C” ; sinon, adieu aux verres en cristal et aux boîtes en matière plastique ! Ce n’est possible qu’avec les machines haut de gamme (1 000 € et plus), qui affichent alors une consommation, imbattable, de 0,60 kWh. L’idéal serait des modèles qui, comme quelques rares lave-linge, se connectent à l’eau chaude et à l’eau froide et se chargent du mélange ad hoc. Mais cela n’existe pas.
En conclusion, le lavage à la main l’emporte si vous êtes économe en eau ou si vous faites fonctionner votre lave-vaisselle alors qu’il n’est pas plein (pour mémoire, 12 couverts c’est, théoriquement, 3 fois 12 assiettes, et autant de tasses, de verres, etc.).

Les détergents pour lave-vaisselle sont-ils plus polluants ?

La plupart des produits pour lave-vaisselle contiennent des phosphates, donc du phosphore (2,70 g par tablette), une substance particulièrement polluante (voir LPP n° 334). Les phosphates, dotés de propriétés anticalcaire, facilitent à moindre coût le lavage avec des eaux dures et aident les tensioactifs à empêcher la redéposition des salissures. Ils ne sont pas toxiques en eux-mêmes, mais simplement par leur effet nutritif sur les algues, qui favorise l’eutrophisation quand ils sont présents en excès. Dans les lessives, ils ont été remplacés par des zéolites, une argile qui a l’inconvénient de s’accumuler.
Pour le lave-vaisselle, le phosphate reste, pour le moment, l’agent qui permet d’obtenir une vaisselle impeccable, sans traces sur les verres, etc. Il existe des détergents écologiques pour machine (0,10 g de phosphore, soit 98 % de moins par programme), mais le résultat est moins net : ces produits ne viennent pas à bout du gras. à la main, l’utilisation d’un détergent standard (pas de phosphore) ou écologique réclame juste un peu d’huile de coude pour arriver à ses fins.
Quand on ajoute à ce bilan du fonctionnement de l’appareil, l’énergie nécessaire pour le fabriquer et le transporter, voire le recycler en fin de vie, la facture écologique s’alourdit encore. Moralité, chargeons au moins la machine à bloc !

Pierre Labeÿ

* L’enquête, commandée par le Gifam, a porté sur 775 consommateurs, 515 utilisateurs de lave-vaisselle et 260 habitués au lavage à la main. Tous les types de foyers ont été interrogés (de 1 à 4 personnes et plus) selon les pourcentages nationaux.


Mots-clés :

ECONOMIE D'ENERGIE , EQUIPEMENT DOMESTIQUE , LAVE-VAISSELLE




Outils pratiques :
Papiers à conserver

Vous aimerez aussi

Bannière Choix patrimoniaux

Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier