Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Travaux > Des vitrages pour maîtriser les flux d'énergie en fonction de l'orientation

Des vitrages pour maîtriser les flux d'énergie en fonction de l'orientation

Juillet-Août 2008
Le Particulier pratique n° 337, article complet.
Auteur : COUNE (Isabelle)

Transmission thermique normalisée ; Isolation thermique renforcée ; Contrôle solaire.

Actuellement, la réglementation thermique de l'habitat existant (RTE) impose des niveaux de performances d'isolation pour les vitrages lors de leur remplacement : le coefficient de transmission thermique Ug doit être inférieur à 2 W/m2.k. De ce fait, le simple vitrage dans les bâtiments chauffés est interdit, car il ne permet pas d'atteindre les valeurs exigées. Les meilleurs doubles vitrages sur le marché aujourd'hui ont un Ug de l'ordre de 1,10 (plus cette valeur est faible, plus le modèle est performant). Plus la lame d'air ou d'argon est large, plus l'isolation thermique est élevée. Mais les doubles vitrages sont plus épais et plus lourds qu'un vitrage simple. En rénovation, il n'y a pas toujours la place pour poser des modèles aussi épais que dans le neuf. On se contente alors souvent des versions à Ug 1,20 ou 1,30, ce qui reste de très bonnes performances.

Les doubles vitrages des années 1980 avaient un Ug d'environ 3. Ils se limitaient surtout à réduire l'effet de paroi froide, et donc la condensation. La nouvelle génération de vitrages à isolation thermique renforcée (VIR) est dotée d'un verre dit à “faible émissivité” comportant une couche transparente composée d'oxydes métalliques déposée sur l'une des faces intérieures du double vitrage (SGG Climaplus N, Pilkington Optitherm S3). Ces vitrages sont cinq à six fois plus performants qu'un simple verre (et aujourd'hui totalement transparents, ce qui n'était pas le cas lors de leur sortie sur le marché). Outre les économies d'énergie qu'ils permettent de réaliser, ils contribuent au confort l'été. Sans surcoût par rapport à un double vitrage classique, les VIR, en passe de devenir le standard, conviennent parfaitement aux façades orientées au nord. Celles-ci ne reçoivent, en effet, presque pas de soleil, et la qualité de la lumière y est constante.

Au sud, l'ensoleillement est maximal en hiver (soleil bas). L'été (soleil haut), il peut facilement être arrêté par un avant-toit ou un auvent. Les vitrages situés à l'est ou à l'ouest reçoivent un maximum d'énergie en été : le matin pour l'est ; le soir pour l'ouest, alors que la température extérieure est élevée, et qu'ouvrir les fenêtres ne suffit pas à rafraîchir la pièce. Le soleil étant bas sur l'horizon, les vitrages à isolation thermique renforcée et à contrôle solaire sont indiqués pour réduire les risques de surchauffe et d'éblouissement (SGG Climaplus 4S, Pilkington Suncool). Ils laissent passer un peu moins de lumière, mais stoppent jusqu'à 60 % de l'énergie solaire.

Mots-clés :

FENETRE , ISOLATION THERMIQUE




Outils pratiques :

Bannière Choix patrimoniaux

Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier