Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Travaux > Utiliser les nouveaux effets déco du carrelage

Utiliser les nouveaux effets déco du carrelage

Utiliser les nouveaux effets déco du carrelage
Octobre 2007
Le Particulier pratique n° 328, article complet.
Auteur : BARRON (Edwige)

Autrefois réservé aux pièces fonctionnelles que sont la cuisine et la salle de bains, le carrelage investit dorénavant les lieux de réception, comme le salon, et parfois la chambre à coucher. Avec des modèles qui prennent l'aspect d'un tissu (toile de jute ou coco tressé), d'un cuir (cobra pour Roca, lézard pour Tau Ceramica) ou d'une épaisse moquette, dont la douceur, d'abord visuelle, ensuite tactile, est très surprenante. “Au dernier Cersaie, le salon spécialisé italien, les visiteurs passaient leur temps à tâter les échantillons exposés, c'était très étonnant”, remarque un expert. Signe de cette avancée, il existe même des carreaux de céramique qui permettent aux malvoyants de se repérer et de circuler facilement dans leur appartement.

Nouveaux formats, nouveaux décors

On relève, cette année, plusieurs tendances. Tout d'abord, le développement de très grands formats (avec des dalles de 3 x 1 m pour Cotta d'Este) ou, au contraire, de très petits, dont les tesselles de 2 x 2 cm, qui s'avèrent de plus en plus appréciées, comme l'explique Marie-Armelle Selenas, chez Raboni. Les décors changent aussi. On avait jusqu'ici des décors à l'ancienne, en terre cuite ou en ciment, ou exotiques ; apparaissent maintenant des carreaux très tendance suivant la mode du moment : aujourd'hui, baroque. Les carreaux monochromes eux-mêmes évoluent. Ils sont travaillés dans la masse par des pastillages, des gravures qui les font ressembler à des velours dévorés (Cipria chez Raboni, 50 €/m2). Le relief obtenu est particulièrement frappant sur les modèles blancs : ils peuvent présenter une surface cannelée, comme les ustensiles de salle de bains en porcelaine 1930 (Opalina Bianca Righe chez Raboni, 37 €/m2), ou évoquer les carreaux biseautés du métro (Mugat blanc, 32 €/m2 chez Raboni, ou en taille plus petite, 10 x 20 cm, Kimberley, 22,90 €/m2 chez Lapeyre). Autre grande tendance, l'imitation des matières naturelles telles que le bois ou l'ardoise, qui, en premiers prix, demeure encore très grossière, mais apparaît vraiment bluffante dans le haut de gamme.

Faïence, grès ou céramique

“Carrelage” est un terme générique. Il désigne aussi bien la fragile faïence, biscuit recouvert d'émail qui ne doit pas se poser sur le sol, sauf dans les salles d'eau, que la terre cuite (de Beauvais ou de Marseille, mais aussi exotique, entre autres mexicaine) à base d'argile, restant poreuse quand elle n'est pas émaillée. Le grès, quant à lui, issu de terres spéciales, est d'autant plus inaltérable que sa température de cuisson a été poussée et qu'on y a mêlé d'autres éléments durcisseurs. Le grès cérame, auquel on a mélangé du feldspath, est encore plus résistant que le grès tout court. Pour obtenir des effets décoratifs, on l'émaille afin d'avoir une plus grande variété de coloris (grès émaillé), ou on le vitrifie (grès vitrifié). Ce grès peut être étiré comme du caramel, pressé, ou même compressé pour lui donner un relief bombé. Enfin, certaines mosaïques sont des pâtes de verre (Bisazza). Quant aux émaux de Briare, ils sont composés de silice, d'alumine et d'oxydes métalliques.

Edwige Barron


Mots-clés :

BRICOLAGE , CARRELAGE DE SOL , CERAMIQUE , REVETEMENT DE SOL , REVETEMENT MURAL , TRAVAUX




Outils pratiques :

Bannière Choix patrimoniaux

Réduisez vos impôts
Faites appel à un expert pour bénéficier des meilleurs conseils

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier