Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Traiter ses meubles anciens contre les insectes

Traiter ses meubles anciens contre les insectes

Traiter ses meubles anciens contre les insectes
Juillet-Août 2007
Le Particulier pratique n° 326, article complet.
Auteur : BARRON (Edwige)

Imaginons le mobilier élégant d'un appartement bourgeois s'effondrant soudain, comme des barres d'HLM dynamitées, rongé de l'intérieur par de redoutables xylophages. La réalité n'est pas aussi spectaculaire, mais découvrir un meuble précieux piqué des vers est une expérience courante.

Quelquefois, c'est un vilain petit insecte noir, une femelle fécondée qui s'introduit subrepticement par la fenêtre et vient pondre ses œufs au creux des fentes, à l'arrière ou en dessous de vos belles commodes. Parfois, vous vous êtes laissé séduire par un meuble en salle des ventes, sans penser faire entrer ainsi le loup dans la bergerie. Ou bien, stockés dans une cave humide, mal aérée et froide, lors d'un héritage qui s'éternise, la bonnetière, le bonheur-du-jour ou la console Louis XV sont attaqués par des locataires indésirables.

Des ennemis qui œuvrent en toute discrétion

Les dégâts causés à vos meubles sont souvent, pour un temps, totalement invisibles, car l'assaillant sait se faire discret et ne se signale pas toujours par un bruyant grignotage. Il s'agit rarement de termites, qui craignent la lumière et détestent paraître en surface, préférant l'action souterraine. La plupart du temps, l'attaquant se nomme lyctus, petite ou grosse vrillette, ou encore capricorne. Il cherche dans le meuble un microclimat, une bonne hygrométrie pour ses basses œuvres, la ponte. Le bois est souvent infesté par des micro-organismes qui ont préparé le festin, transformant la cellulose indigeste en sucres, eux aisément assimilables. Les œufs deviennent larves, puis nymphes, pupes, et enfin imago (l'insecte adulte). Ces bestioles adorent le tilleul et le chêne trop jeune, dont l'aubier était d'ailleurs interdit autrefois par les guildes.

Trois bonnes raisons d'avoir recours à un spécialiste

D'abord, la toxicité des produits vendus dans le commerce. Les substances moins toxiques (perméthrine) ne font pas de miracle ; elles protègent beaucoup moins bien le bois contre les insectes, s'altèrent vite. Mieux vaut faire appel à un professionnel, équipé d'un matériel protecteur élaboré. Ensuite, les procédés destinés aux traitements domestiques, comme les seringues et les canules, ne permettent pas d'aller dans les canaux coudés creusés par certains insectes ni d'atteindre le cœur des zones épaisses. Quand on sait qu'une larve peut dormir dix ans dans le bois avant de se réveiller, on comprend mieux pourquoi l'apparente sécurité que donnent les produits est souvent trompeuse. Seuls les meubles très fins peuvent être correctement traités par ces moyens. Enfin, sur les modèles anciens précieux, il faut éviter d'appliquer des produits liquides qui vont les blanchir, changer leur matité, les décoller. C'est tout à fait exclu pour les laques, la marqueterie, la polychromie par exemple.

Une solution radicale pour éradiquer les bestioles, les étouffer

Depuis les années 1980, les restaurateurs et les ébénistes qui travaillent pour les meilleurs antiquaires et pour les monuments historiques donnent les meubles à traiter à des spécialistes de la désinsectisation par anoxie. Ce procédé, validé par l'Institut de conservation du musée Getty, consiste à tuer les insectes en leur enlevant tout oxygène. On enferme le meuble dans une enceinte de plastique parfaitement étanche, et l'on remplace progressivement l'oxygène par de l'azote. Aucune toxicité, et une efficacité totale. L'opération prend environ trois semaines, imposant le maintien d'une température très précise, mesurée par des appareils laissés à demeure dans cette cabine.

Traiter une commode ancienne de 1 m3 revient, avec Hygiène Office, à 239 € (puis 215 € par mètre cube supplémentaire). Mais il faut compter les frais de transport en plus, sauf si vous pouvez apporter vous-même le mobilier. “Les gens viennent souvent avec leur objet, montent à Paris avec leur statue en bois doré sous le bras par exemple, et repartent avec sa bulle étanche et les bandelettes de contrôle, car pour de petites pièces il n'y a pas de problèmes d'étanchéité”, explique cette entreprise renommée. Si le meuble est intransportable, un clavecin ancien par exemple, et que l'on doive l'entourer d'une bulle statique, le prix est de 500 €/m3. S'il est très précieux, et vaut plus de 15 000 €, il faut ajouter une assurance de 158 € par tranche de 15 000 € supplémentaires. Démonter les meubles, quand c'est possible, permet de réduire le coût : au lieu de payer 4 m3 pour une armoire sur pied, vous ne devrez plus que 1 m3 pour les planches.

Le budget est donc important. Et plus encore si plusieurs meubles sont atteints. Les faire tous désinsectiser lors d'un déménagement – une option que l'on retient de plus en plus fréquemment – évite la réinfestation par le “mouton noir”. “Il m'est arrivé de placer tout le mobilier d'un château normand dans une immense poche pour le traiter d'un coup”, raconte le patron de Stop Worm. Coût de l'opération effectuée sur place, 12 000 €. Comme le prix est le même pour une bulle de 25 ou de 200 m3, on a intérêt à se grouper à plusieurs familles afin de faire baisser la note de chacun : 25 m3 correspondent à 10 gros meubles ou à 25 à 30 petits ; 90 m3 équivalent à la contenance d'un semi-remorque.

Appliquer un traitement préventif empêchera une nouvelle attaque

L'anoxie n'ayant qu'une fonction curative, il faudra ensuite faire traiter le mobilier par un ébéniste. Une mesure importante lorsqu'il s'agit de pièces en noyer blanc, en hêtre, ou comportant de l'aubier de chêne. Tous bois dont l'amidon est particulièrement délectable pour les indésirables xylophages. Un traitement au pinceau de l'ensemble des parties cachées du meuble revient à 150 € HT pour une commode, et à 300 € HT pour une armoire chez un très bon ébéniste comme Michel Germond, à Paris, qui utilise des produits présentant le meilleur rapport efficacité/toxicité. Chez un professionnel plus ordinaire, l'application s'élèvera à 70-100 € HT.

Edwige Barron


Mots-clés :

BOIS , BOIS D'OEUVRE , BRICOLAGE , MEUBLE , PARASITE




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier