Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Guide d'achat : draps et housses de couette

Guide d'achat : draps et housses de couette

Guide d'achat : draps et housses de couette
Mars 2008
Le Particulier pratique n° 333, article complet.
Auteur : BARRON (Edwige)

“Le lit devient un décor”, constate Guy Delorme, qui fabrique du linge de lit de belle qualité sous sa marque, mais aussi pour Desforges, Kenzo et Pierre Frey.

Piles voluptueuses d'oreillers carrés, rectangulaires ou lilliputiens, plaids, boutis, courtepointes ou autres douillettes petites laines jetés négligemment sur nos couches, le lit est dorénavant mis en scène. Car changer son décor coûte moins cher que renouveler tout le mobilier. Le leader mondial du textile, Zara, qui propose depuis peu une ligne de linge de maison dans ses Zara home, va jusqu'au bout de cette logique, et n'hésite pas à vendre la table de nuit, le verre à eau et... les mules assorties

Les Français sont demandeurs, et s'ils ne dépensent pas énormément pour le linge de maison (300 € par an par ménage), c'est un budget en plein boom. Avec des attentes pour des matières plus luxueuses, soignées. Le satin, la percale, la dentelle, les pompons et les broderies envahissent donc nos chambres. Parallèlement, les rayons des grands magasins et les pages des catalogues de vépécistes consacrés au linge de lit augmentent considérablement.

La Camif vient ainsi d'élargir son offre, avec un positionnement plus dépouillé, moins fleuri, plus haut de gamme. “Il y a maintenant une réelle demande du public pour habiller le lit ; nous y répondons en développant la qualité, qui tient à de jolies finitions : bourdon fait d'un vrai galon au lieu d'un simple point de remplissage, jour Venise véritable au lieu d'une dentelle rapportée”, explique Magali Largeaud, l'acheteuse de ce secteur. Alors, belles matières intemporelles aux finitions élaborées ou produits mode conçus pour se renouveler, faisons le tour du marché.

Très classique en grande distribution, le drap petit prix qui remplit sa fonction

En grande distribution ou en VPC, une housse de couette pour deux personnes (240 x 220 cm*) à la marque propre de l'enseigne s'affiche à 50 € au maximum. Le champion des petits prix, Ikea, décline des motifs “jeune habitat”, qui ne plairont pas à tout le monde. Même si l'enseigne a fait des efforts dernièrement pour développer des imprimés inspirés du xviiie (Alvine Skön, 29,95 € la housse et les 2 taies d'oreiller carrées). Dans la grande distribution, Auchan se distingue par la sobriété du look, inhabituelle dans ce secteur (Romy, percale, 35 €, ou Rythme, des rayures basques, 25 €). évidemment, à ces prix-là, les finitions sont rustiques.

Dans les catalogues de VPC, lieu d'achat traditionnel pour ce type d'articles, l'offre reste souvent limitée aux quatre ou cinq lignes maison, où la housse de couette coûte environ 50 €. Ainsi les 3 Suisses développent-ils presque exclusivement leurs lignes (Domia, Sérénade, Tertio), et c'est la même chose à La Redoute. Seule, la Camif se démarque, pour satisfaire une clientèle plus haut de gamme ; à côté de sa marque propre Labelissim', elle affiche des marques nationales (Laura Ashley, Sylvie Thiriez, Sanderson, Anne de Solène...).

Des prix moyens, mais des motifs à la pointe de la mode

Au-dessus de cette catégorie standard à moins de 50 €, on a des enseignes comme Carré blanc, qui joue sur ses imprimés séducteurs avec plusieurs collections par an. Le prix de ses réalisations s'élève, en moyenne, à 90 €, s'étageant de 69 € pour des modèles à l'imprimé simple, des pois par exemple, à 129 € pour des brodés. Alors que la VPC et la grande distribution font fabriquer leurs articles en Asie (Inde et Pakistan surtout), Carré blanc produit au Portugal. En effet, l'enseigne demande beaucoup de réactivité pour ses modèles, qui changent tous les 15 jours. Les trois quarts des consommateurs avouent entrer dans ses boutiques sans nécessité, juste séduits par les imprimés, et 7 sur 10 en ressortent avec un achat.

Dans ce secteur très mode, l'arrivée des grands du textile, Zara home et, bientôt, H & M maison, risque de bousculer prochainement la donne. Pour le moment, l'offre de Zara home, située dans le même créneau de prix (80-90 €), est trop limitée pour créer l'événement.

De belles matières haut de gamme qui offrent une tenue sur la durée

Les marques prestigieuses, celles qui font les trousseaux des familles et les belles armoires à linge parfumées, naviguent plutôt à partir de 150-200 € (Descamps, Desforges, Canovas, Linvosges...). Turpault, spécialiste du lin et du métis haut de gamme, se place aux environs de 120-210 € pour du métis, 250-300 € pour du lin. Mais les prix grimpent jusqu'à 350-400 € pour les parures brodées ou le satin damassé (Delorme, Frey, Kenzo, Ralph Lauren...). Au-dessus, les marques élitistes, Porthault et l'italienne Frette, démarrent à 470 €, et pour le sur-mesure ou la soie, il n'y a pas de limites.

Le Printemps, qui a le choix le plus large en haut de gamme, a intégré l'an dernier, en plus des incontournables Descamps, Desforges et Delorme, des marques comme Ralph Lauren, Missoni, Mia Zia, Porthault et Frette. Quelques nouveaux venus se lancent, tels que Garnier-Thiébaut, spécialiste du linge de table, avec une ligne pour lit confiée à José Lévy, et de belles matières (180 à 360 €).

En ce qui concerne le linge de lit, “le luxe, c'est la qualité d'usage”, explique Guy Delorme. Aspect serré de l'étoffe, douceur du toucher, tenue et nuance des couleurs, finitions élaborées, voilà ce qu'apporte le haut de gamme. Dans tous les cas, vérifiez, sur l'étiquette, le nombre de fils au centimètre carré. Plus le chiffre est élevé, plus serrée sera l'étoffe, et meilleure sera la qualité. La marque collective Cotonflor (créée par des fabricants) a posé comme minimum 57 fils au centimètre carré (soit 30 en chaîne, et 27 en trame).

En grande distribution ou dans les catalogues de VPC, l'absence de précision du nombre de fils doit vous alerter : cela signifie que ce niveau (à notre avis, minimal pour du linge qui s'inscrit dans une certaine durée) n'est pas atteint. On peut même en être très loin, puisque des tissus venant de Chine ou du Pakistan ne font pas plus de 40 fils au centimètre carré. Ce n'est presque plus du tissu que vous avez entre les mains, mais une grossière toile à beurre camouflée sous une épaisse couche d'apprêt, amidon qui lui fournit – provisoirement – un peu de tenue. En revanche, il y a mieux que le 57 fils au centimètre carré : le 260 fils au centimètre carré que propose, notamment, Delorme.

Ici, les couleurs supportent le lave-linge à 60 °C. Dans le bas de gamme, les teintes fragiles ne garderont pas leur fraîcheur avec un traitement à trop haute température ou, mal fixées, elles dégorgeront (c'est le fameux “à laver séparément”). Quant à l'impression, la technique est la même que celle de l'édition. Plus le nombre de couleurs est important, plus l'effet sera nuancé. Ainsi, les très beaux motifs nécessitent au moins 10 à 12 passages de couleurs différentes, et sont imprimés chez le champion européen, l'Italien Macchioni (Carré blanc, Elvé, Designers Guild...).

Edwige Barron


Mots-clés :

COUETTE , EQUIPEMENT DOMESTIQUE , LITERIE




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier