Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Achat-Vente > Des prévisions moroses pour le marché immobilier en 2008

Des prévisions moroses pour le marché immobilier en 2008

Des prévisions moroses pour le marché immobilier en 2008
Mars 2008
Le Particulier n° 1023, article complet.

Selon la dernière étude de conjoncture immobilière de la banque HSBC, les prix des logements devraient perdre environ 3 % en 2008. Le Crédit agricole prévoit lui aussi une légère baisse, sans la chiffrer. Plus optimistes, la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim) et le conseil supérieur du notariat prévoient une hausse de 2 à 3 %.

La période faste de l'immobilier est terminée.

Un indicateur de ce retournement, concernant l'immobilier neuf, est le fait que les promoteurs attendent désormais, pour mettre en construction un programme, que 100 % ou presque des logements soient vendus, alors qu'ils se contentaient auparavant d'un ratio de 60 à 70 %. La première raison de cette dégradation de la conjoncture, selon les professionnels, est la remontée des taux des crédits : ceux sur 15 ans, par exemple, ont grimpé de 0,9 % en 2007 et sont situés autour de 5 % (4 % en 2006). Soit, pour un prêt de 100 000 € sur cette durée, une mensualité accrue de 50 €. Cela a dégradé la solvabilité des emprunteurs, déjà mise à mal par des prix très élevés.

De plus, les ménages risquent d'avoir plus de mal à trouver un prêteur. En effet, affectées par la crise des subprimes, les banques se montrent plus sélectives : selon le courtier Meilleurtaux, les demandes de prêt rejetées sont passées de 3 à 8 %. D'où un tarissement de la demande, qui devrait entraîner une baisse, ou au moins une stagnation des prix.

L'évolution des prix liée à celle des conditions de crédit.

Pour Michel Mouillart, auteur d'une étude sur la conjoncture immobilière pour le Crédit logement, c'est la principale incertitude qui pèse sur l'immobilier en 2008 : l'évolution des prix dépendra du niveau auquel les banques accepteront de financer les acheteurs. Reste que la situation ne devrait pas se transformer en krach puisque la demande de logement demeure forte : nombre de ménages ont simplement différé leur projet en attendant que les taux et/ou les prix baissent un peu.


Mots-clés :

ACCESSION A LA PROPRIETE , CREDIT IMMOBILIER , LOGEMENT , MARCHE IMMOBILIER , PRIX




Outils pratiques :

Bannière Choix patrimoniaux

Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier