Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Retraite > Retraite de base > Marie et Jean : le recours à l'épargne devient nécessaire

Marie et Jean : le recours à l'épargne devient nécessaire

Mars 2008
Le Particulier n° 1023, article complet.

Jean est retraité depuis le 1er janvier 2007. Journaliste, il était aussi profes­seur associé à l'université de Lille 1 et percevait un revenu net mensuel pour ces deux activités de 6 000 € (sur 12 mois). Il touche aujourd'hui 3 750 €. Marie, elle, travaille toujours et perçoit 1 100 € net par mois.

De façon à partir avec une retraite à taux plein, Jean a racheté des trimestres de cotisa­tion pour études supérieures et y a consacré 955 € par mois au cours de sa dernière année d'activité. Le couple, qui habite Paris, est pro­prié­­taire de sa résidence principale et n'a pas de prêt immobilier. Il a choisi d'aider ses deux en­fants à s'instal­ler et a pour cela vendu un bien immobilier fin 2006, dont les reve­nus fonciers représentaient 400 € par mois. Le pro­duit de la vente a été utilisé pour leur faire une donation. Jean dis­pose, par ailleurs, d'un contrat d'assu­rance vie d'environ 270 000 €.

Aujourd'hui, les revenus du couple ont baissé de 38 %. De ce fait, leur imposition a chuté de 2 500 € par an environ. Le couple a également décidé de limiter le recours à une femme de ménage, ce qui leur fait économiser 2 050 € par an. En ce qui concerne le budget alimentation, "je n'ai plus ces dépenses occasionnées par les repas pris dans un quartier très cher du centre de Paris. J'économise environ 200 € par mois", explique Jean. Il en va de même pour les dépenses d'habillement, qui baissent d'environ 1 200 € par an. La fin de l'activité d'enseignement à Lille a permis d'économiser 72 € par mois en moyenne de train. Toutefois, il ne bénéficie plus du remboursement de sa Carte Orange, et doit acheter en moyenne 3 carnets de tickets par mois pour se déplacer à Paris.

Pour les loisirs également, la donne a changé. Le couple tient à son activité sportive favorite, à savoir 1 heure de tennis par semaine. Plus besoin maintenant de louer le terrain de tennis le week-end pour 870 € l'année. Jean et son épouse jouent désormais en semaine et économisent ainsi 250 € par an.

En revanche, côté voyages, pas de changement. Au moins une fois par an, le couple s'offre un périple à l'autre bout du monde. Après l'Asie, l'Europe centrale figure dans les projets à court terme. Le budget livres a fait un bond et génère environ 50 € de dépenses par mois.

Au chapitre santé, le couple a fait le choix de ne pas souscrire à une mutuelle. Il cotisait aupara­vant 75 € par mois, soit à peu près ce que leur coûte aujourd'hui les dépenses de santé à leur charge.

Finalement, pour équilibrer son budget, le couple doit puiser dans le produit de son épargne placée en assurance vie. L'autre poste d'économie serait de se séparer du véhicule qui roule très peu et nécessite la location d'un box (110 € par mois). "J'y pense régulièrement. Mais cette voiture est un plaisir auquel je ne suis pas près de renoncer", tranche Jean.

Mots-clés :

RETRAITE




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier