Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Librairie et hors-séries > Divers > Le Particulier pratique n° 432

Le Particulier pratique n° 432

Le Particulier pratique n° 432
Parution : Mars 2017
61 pages
VERSION IMPRIMÉE :
6,90 €
VERSION NUMÉRIQUE :
4,99 €
ABONNEMENT :
49,00 €


Et le désert avance

Je viens de finir la lecture du tout récent rapport publié par l’association Générations futures*. Loin de moi l’idée de vous affoler, mais, franchement, ça donne froid dans le dos… Qui aurait pu penser que sur la tête de la grande navigatrice Isabelle Autissier (que j’imaginais « purifiée » par les vents du large), on pouvait trouver pas moins de 68 perturbateurs endocriniens ? Comme 6 autres personnalités « écolos », la navigatrice avait confié une mèche de ses cheveux à l’association pour analyse. L’objectif : rechercher quelque 200 perturbateurs endocriniens (PE). Grosso modo, les glandes endocriniennes sécrètent des hormones jouant le rôle de messagers dans notre organisme. Les PE, des substances chimiques naturelles ou artificielles, interfèrent sur leur bon fonctionnement, avec à la clé cancers, obésité, diabète, infertilité, troubles du comportement… Pire, il faut compter avec leur effet transgénérationnel (les PE affectent la personne exposée et se répercutent sur 2 ou 3 générations) et leur effet « cocktail » (2 substances isolées peuvent être faiblement actives, mais devenir plus toxiques une fois mélangées). Les substances recherchées sur la tête de nos personnalités pullulent dans notre environnement. Le bisphénol A (interdit depuis 2012 dans les contenants alimentaires) entre dans la composition des plastiques rigides ; les S et F, dans celle des résines époxy et du papier thermique ; les phtalates permettent d’assouplir les plastiques ; les PCB (interdits depuis 1987), massivement utilisés autrefois dans les transformateurs électriques et comme fluide caloporteur, sont si persistants qu’ils sont encore présents aujourd’hui dans notre alimentation ; quant aux pesticides (insecticides, fongicides, herbicides), les plus fréquents dans les échantillons testés étaient ceux provenant d’un usage domestique (non agricole)… Et on ne peut même pas compter sur l’Europe pour nous tirer de là. Générations futures pointe ainsi des propositions de la Commission européenne (qui discute actuellement de la définition des PE à proscrire) prévoyant justement des dérogations pour des produits destinés à agir sur la croissance des organismes… par le biais de leur système endocrinien !

Bénédicte Dubreuil, Rédactrice en chef

*Exposition aux perturbateurs endocriniens, 23 février 2017

Le Particulier pratique n° 432 vous est proposé en version imprimée et en version numérique (consultez la définition d'un produit numérique).

Articles au sommaire de ce numéro :






85