Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Automobile > 1 vente sur 2 de voitures d'occasion par un professionnel est irrégulière

1 vente sur 2 de voitures d'occasion par un professionnel est irrégulière

1 vente sur 2 de voitures d'occasion par un professionnel est irrégulière
10/05/16 à 15:50 par BERNARD (Renaud)

L'achat d'un véhicule auprès d'un professionnel n'est pas une garantie puisque près de la moitié des ventes de voitures d'occasion présentent des irrégularités.

Plus de 5 millions de voitures d'occasion se sont vendues en 2015. Le marché de seconde main représente trois ventes de véhicules sur quatre, ce qui attire les vendeurs professionnels sur le secteur. Dans l'inconscient collectif, acheter auprès d'un professionnel est moins risqué qu'auprès d'un particulier. Une enquête diligentée par la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) auprès de concessionnaires, négociants, centre autos, mandataires... révèle pourtant que près de la moitié des ventes de voitures d'occasion réalisées par un professionnel présentent des anomalies.

La répression des fraudes alerte sur l'absence ou l'insuffisance d'informations délivrée par les professionnels sur les caractéristiques essentielles des automobiles vendues, c'est-à-dire des dénominations imprécises sur la marque, le modèle, la version, ou l'absence de date de première mise en circulation. Dans d'autres cas, le prix est mentionné hors taxe ou l'étiquetage n'est pas conforme. Par exemple, le prix d'un véhicule affiché en magasin est supérieur à celui annoncé sur le site internet. De fausses allégations sur la mention "1ère main" ont également été découvertes. Certains vendeurs mentionnent ainsi que la voiture vendue n'a appartenue qu'à un seul propriétaire, sans même avoir contrôlé l'historique du véhicule.

La pratique des compteurs falsifiés est monnaie courante

Un casseur a vendu une voiture avec 55 000 kms au compteur alors qu'après vérification, le kilométrage réel était de 347 000 kms. Il faut préciser que lorsque les véhicules d'occasion proviennent d'autres pays européens, le contrôle de ces éventuelles falsifications est pratiquement impossible car il n'y a pas d'accès à leur historique.

Par ailleurs, l'obligation de remettre un contrôle technique à l'acheteur avant la vente n'est globalement jamais respectée par les revendeurs professionnels. Un taux élevé de contre-visite est même constaté.

La DGCCRF avertit qu'une attention toute particulière doit être portée aux ventes réalisées par internet. Certains vendeurs professionnels se font passer pour de faux particuliers. Ces reventes illicites masquent souvent d'autres activités parallèles souterraines, telles qu'escroquerie, abus de biens sociaux,  ou usurpation d'identité.

Renaud Bernard

Lire aussi : Liens externes :
  • Bilan d'enquête 2015 de la DGCCRF : Information du consommateur et loyauté des pratiques commerciales dans le secteur de la vente de véhicules automobiles d’occasion (09/05/2016) Contenu accessible uniquement aux abonnés

Mots-clés :

AUTOMOBILE , ESCROQUERIE , FRAUDE , VENTE , VENTE D OCCASION




Outils pratiques :
Formalités et démarches


Vous aimerez aussi
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier