Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Impôts > Impôt sur le revenu > 29 juillet : jour de "libération fiscale" des Français

29 juillet : jour de "libération fiscale" des Français

29 juillet : jour de "libération fiscale" des Français
29/07/15 à 16:08 par ALEXANDRE (Stéphanie)

Les Français ne sont libérés de leurs obligations fiscales qu'à partir du 29 juillet 2015. Autrement dit, c'est à partir de cette date que les contribuables cessent de travailler pour financer le paiement de leurs impôts et recouvrent la liberté d'utiliser leur argent, comme ils le souhaitent, en consommant ou en épargnant.

Le 29 juillet 2015 est une date à marquer d'une pierre blanche ! À partir de cette journée dite de la "libération fiscale", les Français ne travaillent plus pour régler leurs impôts et charges mais pour eux-mêmes, selon la dernière étude menée par l'Institut Molinari. D'après les données calculées par Ernest & Young, l'Organisme a estimé que les Français ont ainsi travaillé près de 208 jours pour la sphère publique.

Pour évaluer la pression fiscale des contribuables, l'Institut a pris en compte les principaux impôts et les charges que supportent, directement ou indirectement, les salariés moyens, tels que l'impôt sur le revenu, la TVA ou les charges sociales. Comme le souligne l'étude, "tous ces prélèvements obligatoires pris au titre du travail effectué par le salarié, sont intégralement financés par les fruits de son activité et réduisent in fine d'autant son pouvoir d'achat réel".

Les Français sont parmi les plus imposés de l'Union européenne

Comme en 2014, les champions de la fiscalisation sont la Belgique et la France. Les prélèvements obligatoires y représentent respectivement 59,47% et 57,53%. Suivent ensuite l'Autriche, la Hongrie, la Grèce et l'Allemagne. Les taux de prélèvements obligatoires y varient de 56,42 % à 52,27% et les jours de libération fiscale s'y échelonnent entre les 10 et 25 juillet.

Le salarié français est, en théorie, parmi les mieux payés de l'UE. Il faut dire que son employeur débourse en moyenne 55 805 euros. Ce montant représente l'addition des charges patronales, versées par l'employeur à la Sécurité sociale au nom du salarié, et du salaire brut figurant sur la feuille de paie. Pourtant, après déduction de l'impôt sur le revenu et de la TVA, il ne reste in fine au salarié moyen que 23 703 euros, "ce qui le met au 11e rang de pouvoir d'achat réel ".

La pression fiscale et sociale française s'étant alourdie en 2015, "en dépit des appels répétés à la pause fiscale", l'employeur français doit désormais débourser 235 euros pour que son salarié moyen dispose de 100 euros de pouvoir d'achat. C'est 5 euros de plus qu'en 2010.

Stéphanie Alexandre

Lire aussi : Liens externes :
  • Etude de l'Institut Molinari du 27/07/2015 sur fardeau-fiscal en Europe pour 2015 Contenu accessible uniquement aux abonnés

Mots-clés :

EUROPE , FRANCE , IMPOT SUR LE REVENU , SALARIE , TVA




Outils pratiques :

Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Choix patrimoniaux

Bannière e-Particulier