Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Santé > Quand les tiques attaquent

Quand les tiques attaquent

Quand les tiques attaquent
Juillet-Août 2015
Le Particulier Pratique n° 414, article complet.
Auteur : DELFAU (Vincent)

Une tique, c’est un petit acarien dont la taille est inversement proportionnelle au pouvoir de nuisance. Elle est responsable d’environ 30 000 cas de maladie de Lyme chaque année. Pour combattre l’ennemi, mieux vaut bien le connaître.

La tique vit un peu partout en France métropolitaine et sévit particulièrement à la belle saison. Des mesures de prévention vous éviteront d’être la proie de cet acarien. Et si vous êtes piqué, pas de panique : il existe des remèdes simples et efficaces.

Animal et homme peuvent servir d’hôte aux tiques

Au cours de ses 2 années d’existence environ, la tique, dont la taille dépasse rarement quelques millimètres, se contente de 3 repas, un à chacun de ses stades de développement (larve, nymphe, adulte). À son menu, plat unique : du sang de vertébré. "La tique est strictement hématophage, la recherche d’un hôte lui est donc vitale", explique le Dr Nathalie Boulanger, entomologiste médicale à la tête d’une équipe de recherche universitaire sur la maladie de Lyme et membre du Centre national de référence Borrelia, à Strasbourg. Les larves affectionnent surtout les oiseaux et les petits rongeurs, sur lesquels elles font un repas de 3 jours avant de se laisser tomber au sol pour muer. Devenues nymphes, elles se fixent sur un nouvel hôte (oiseau, petit mammifère) pour se nourrir 5 jours. Enfin, adultes, elles cherchent un gros mammifère (cerf, chevreuil, sanglier…), leur ultime souper d’une dizaine de jours, au cours duquel elles peuvent prendre jusqu’à 200 fois leur poids en sang. Mais quand un homme passe à proximité d’une tique à l’affût, l’acarien profite de l’occasion pour y planter son rostre. En fait, la nature de son hôte lui importe peu. C’est la combinaison du mouvement, de la chaleur, de l’odeur et du CO2 dégagé qui attire la tique. Pour éviter les tiques et leurs désagréments, mieux vaut savoir où l’on risque de les rencontrer.

Bois, fourrés, hautes herbes sont les repaires favoris des tiques

Dans les écosystèmes forestiers très humides, ainsi que là où cervidés et rongeurs prolifèrent, les tiques, sont, elles aussi, abondantes. Plus généralement, "elles sont présentes presque partout sur notre territoire, en plaine, en zone périurbaine ou en moyenne montagne jusqu’à 1 300 m d’altitude. En théorie, rien ne s’oppose même à ce qu’un oiseau en dépose quelques-unes dans un parc de centre-ville", reprend le Dr Boulanger. Seul le pourtour méditerranéen leur échappe : il y fait trop sec pour qu’elles y survivent. Du moins celles du genre Ixodes ricinus, qui piquent l’homme et transmettent la maladie de Lyme (ou borréliose). À l’inverse, les tiques se plaisent particulièrement en Alsace, en Franche-Comté, en Lorraine ou dans le Limousin. En région parisienne, la forêt de Sénart est l’un des lieux les plus infestés. C’est là, en effet, qu’ont été relâchés sur le sol français, il y a plus de 30 ans, les premiers écureuils de Corée, ou tamias de Sibérie. Or, ces animaux sont à la fois de bons hôtes (ils servent de plat de résistance aux tiques) et de bons réservoirs (ils hébergent les bactéries et autres agents pathogènes transmis par les tiques). "Les tiques ne sont actives qu’entre mars et novembre, indique le Dr Boulanger. L’hiver, elles hibernent en s’enfouissant dans la couche d’humus." Mais lorsque l’hiver est doux, il n’est pas rare qu’elles soient éveillées et actives. Mieux vaut être vigilant, même en dehors de la saison à risque.

Des gestes simples permettent de limiter les risques

La piqûre de tique peut avoir de graves conséquences, mais il est facile de l’éviter. Tout d’abord, portez une tenue adaptée. Lors d’une balade à la campagne, bannissez short, bermuda et jupe. Préférez-leur un haut à manches longues et un pantalon couvrant, en prenant soin d’en glisser le bas dans les chaussettes. Idéalement, munissez-vous de guêtres, qui protègent bien le bas des jambes. Certaines sont imprégnées de pyréthrine, un produit insecticide et répulsif. Les vêtements clairs permettent de repérer plus facilement les tiques qui ne sont pas encore fixées sur la peau. Vous pouvez également utiliser un répulsif cutané à base de DEET, d’IR 35/35 ou de KBR 3023. Les huiles essentielles sont déconseillées, car trop volatiles, donc peu efficaces, et induisant des risques d’allergie, de photosensibilisation ou d’irritation. Ces mesures de prévention ne doivent pas remplacer une inspection systématique de votre corps au retour de promenade. Scrutez-en minutieusement chaque parcelle, en n’oubliant pas le cuir chevelu, les organes génitaux, le nombril, le creux des genoux, les oreilles et les aisselles. En effet, lorsqu’elle n’est encore qu’une nymphe, la tique a la taille d’un petit grain de beauté, avec lequel elle pourrait être confondue. De plus, sa piqûre est indolore en raison des substances anesthésiantes et anti-inflammatoires que l’acarien injecte par sa salive quand il passe à l’attaque. Par ailleurs, examinez votre chat ou votre chien. Si les tiques déjà fixées sur leur peau et gorgées de sang ne présentent pas de danger pour vous, celles qui sont simplement accrochées au pelage pourraient passer sur votre corps à la moindre caresse.

Les antibiotiques viennent à bout de la borréliose

Si, en dépit des mesures de précaution, vous avez été piqué, inutile de vous précipiter chez le médecin. Aucun traitement n’est nécessaire à ce stade. Cependant, "surveillez attentivement la zone de piqûre pendant quelques semaines, conseille le Pr Éric Caumes, responsable scientifique du service des maladies infectieuses et tropicales de la Pitié Salpêtrière, à Paris. Si vous constatez l’apparition d’une tache cutanée d’au moins 5 cm qui s’étend de façon centrifuge, consultez sans attendre. Cette lésion, appelée érythème migrant, est la première manifestation de la maladie de Lyme". Elle indique que la bactérie Borrelia burgdorferi a pénétré dans votre organisme. Le traitement est simple et efficace : une cure d’antibiotiques pendant 15 à 20 jours fait disparaître la bactérie. La maladie de Lyme se développe parfois sans qu’apparaisse d’érythème migrant. Ce premier stade de la pathologie restant invisible, le diagnostic est plus délicat à établir, surtout si vous n’avez pas remarqué qu’une tique vous a piqué. La borréliose entre alors dans sa 2e phase. Elle se manifeste par divers symptômes, au fur et à mesure de la diffusion de la bactérie dans l’organisme : fièvre, fatigue, paralysie faciale, douleurs articulaires. Au 3e stade de la maladie, les atteintes rhumatologiques (arthrite) et neurologiques (méningo-radiculite [inflammation des méninges et des racines nerveuses], myélite, encéphalites…) se systématisent. "S’il est vrai que des tests manquent de sensibilité, bien rares sont les patients atteints de la maladie de Lyme qui présentent une sérologie négative", assure le Pr Caumes. Lorsqu’elle est détectée, la borréliose se guérit facilement, le traitement antibiotique étant efficace même aux stades avancés de la maladie.

Vincent Delfau


Mots-clés :

MALADIE , PARASITE




Outils pratiques :
Papiers à conserver
Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier