Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Copropriété > Copropriété : moins de charges dans les immeubles parisiens ?

Copropriété : moins de charges dans les immeubles parisiens ?

Copropriété : moins de charges dans les immeubles parisiens ?
Février 2015
Le Particulier Immobilier n° 316, article complet.

À en croire la Fnaim Ile-de-France, une baisse de 6,7 % des principaux postes de charges de copropriété a été enregistrée à Paris intra-muros au 1er semestre 2014. Un résultat qui a de quoi surprendre.

L’annonce ne devrait pas laisser indifférents les copropriétaires, dans un contexte inflationniste… « L’augmentation des charges de copropriété n’est plus une fatalité », assène l’observatoire, dans sa troisième édition, dévoilant ses chiffres portant sur 3 350 immeubles de la capitale. Ont été passées au crible 75 % des charges payées par les copropriétaires. En affinant poste par poste, il apparaît que les frais de chauffage – première source de dépenses – sont ainsi en baisse de 15 % dans les immeubles pourvus d’une chaudière collective, frisant les 8 €/m2. Logiquement, plus la copropriété est jeune, plus les économies s’avèrent conséquentes : les constructions postérieures à 1970 voient ainsi leur facture s’alléger de 19 points, tandis que celles datant d’avant la Première Guerre mondiale doivent se contenter d’un gain de 6 %. Quant au budget eau, il est en repli de 5 %. « C’est d’autant plus significatif que le mètre cube a gagné en un an 3,8 %. Le résultat est révélateur d’une gestion plus efficace dans les copropriétés et d’efforts d’aménagements des circuits et de réparation des réseaux », souligne Pierre-Hervé Léturmy, secrétaire général de la Fnaim Grand Paris. Autre poste sensible, les honoraires du syndic : à en croire l’observatoire, ils demeurent stables, à 107,80 € par lot (3,14 €/m2). Plus exactement, la hausse des honoraires forfaitaires, qui est de 5 %, est neutralisée par la baisse de ceux qui ne le sont pas (mutations, vacations…).

Embellie en trompe-l’œil

Autant de résultats encourageants qu’il faut toutefois relativiser, si l’on en croit les deux autres observatoires existants, celui du Particulier* et Oscar, réalisé sous l’égide de l’Association des responsables de copropriétés (ARC ). Et, comme le reconnaît la Fnaim elle-même, l’année 2014 – la plus chaude du siècle – a forcément tiré la facture de chauffage vers le bas… Par ailleurs, il faudra attendre mai pour disposer d’informations plus précises : les chiffres de l’observatoire reposent en effet sur une « extrapolation », faute de données précises sur le 1er semestre 2013, l’outil se mettant tout juste en place à l’époque… De surcroît, les calculs effectués n’intègrent ni les impôts et taxes, ni les travaux exceptionnels. Enfin, les chiffres de la Fnaim se basent sur un prix au mètre carré de surface développée – utilisée en matière d’assurance de l’immeuble et intégrant les parties communes –, et non de surface habitable.

*Le Particulier n° 1103 p. 32 et s.


Mots-clés :

CHARGE DE COPROPRIETE , COPROPRIETE




Outils pratiques :

Bannière Choix patrimoniaux

Réduisez vos impôts
Faites appel à un expert pour bénéficier des meilleurs conseils

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier