Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Bilan : des courses moins chères en comparant les drives

Bilan : des courses moins chères en comparant les drives

Bilan : des courses moins chères en comparant les drives
Novembre 2014
Le Particulier Pratique n° 406, article complet.
Auteur : RISTE (Christine)

Les services de retrait des courses des hypers et des supermarchés permettent au consommateur de gagner du temps. Grâce aux comparateurs de drives, il peut, en plus, faire des économies.

Et un de plus ! Mysupermarche.com vient de rejoindre la liste, déjà longue, des comparateurs de drives. Rien d’étonnant puisque le drive – livraison gratuite dans le coffre de votre voiture des produits commandés sur le site internet du magasin – s’impose comme un nouveau mode de consommation dans l’alimentaire : en 2013, 2 millions de Français l’ont utilisé, selon l’étude publiée en septembre par la direction générale des entreprises du ministère de l’Économie. Les 2 110 drives de l’Hexagone font ainsi gagner du temps aux clients en leur épargnant les allées bondées et l’attente aux caisses. Les produits sont aux mêmes prix que dans le magasin auquel le drive est rattaché. 

Apparus au cours des 18 derniers mois, les comparateurs en ligne de drives – monsieurdrive.com, lebondrive.fr, shoptimise.fr, topdrive.fr, etc. – permettent aux consommateurs de trouver le magasin le moins cher près de chez eux. L’enjeu est de taille : “Localement, les écarts de prix sur un panier de courses peuvent varier jusqu’à 30 %”, annonce Sébastien Thiberge, cofondateur de shoptimise.fr.

La liste de courses au meilleur prix

Le principe de ces comparateurs est simple :  le client y indique son lieu de résidence et commence à remplir un panier de courses sur un des drives proposés. En fonction du panier, le comparateur affiche le drive le moins cher situé près du domicile du client parmi 4 (topdrive.fr), 5 (monsieurdrive.com), 8 (shoptimise.fr) ou 10 propositions (lebondrive.fr). Étant personnalisée en fonction du panier recherché, la comparaison de drives ne vaut que pour une zone de chalandise précise – les enseignes ayant toujours des politiques de prix locales – et se fait sur la base de prix mis à jour quotidiennement. “Nous n’avons pas de contrat avec les enseignes pour obtenir leurs prix de vente. Nous aspirons ces informations publiques par des robots”, explique Karine Brana, directrice générale de monsieurdrive.com.

Le client choisit ensuite le site où il souhaite s’approvisionner, et la commande est transférée automatiquement (sans avoir besoin de ressaisir la liste de courses) et gratuitement au distributeur, qui l’encaissera.

Contrairement aux comparateurs de prix – tels que kelkoo.fr ou twenga.fr –, qui sont rémunérés par les cybermarchands qu’ils référencent au clic ou à l’achat (voir Achat sur Internet : savoir utiliser les comparateurs de prix), les comparateurs de drives dans l’alimentaire ne font pas payer de transfert de panier aux distributeurs. Cela dit, certains monétisent leurs données en leur proposant, par exemple, des informations sur les prix des concurrents ou les comportements des consommateurs. Néanmoins, tous tirent leurs revenus principaux de la publicité (mises en avant de marques, de produits, etc.).

Des limites aux calculs des robots

Quand la référence est présente dans tous les drives en lice, la comparaison des paniers est aisée. Elle est plus délicate lorsque certains articles manquent ou diffèrent (comme les marques de distributeurs, forcément propres à chaque enseigne, ou les promotions, aux formats souvent exclusifs). En fonction de sa table de correspondance, plus ou moins performante, le comparateur propose des “alternatives-produits”. Il ne faut donc pas se fier au prix global du panier, mais vérifier article par article si le comparateur n’a pas comparé des choux et des carottes…

En effet, certains comparateurs remplacent d’office les articles manquants (en l’indiquant), d’autres ne font qu’une suggestion de remplacement : le consommateur doit alors sélectionner la proposition pour qu’elle soit incluse dans son panier. Si aucune référence de substitution n’est retenue, pour ne pas fausser la comparaison, le comparateur reporte parfois sur les autres paniers le prix du produit affiché dans le drive sélectionné au départ. Bref, à chaque comparateur sa manière de gérer les articles de remplacement.

Des idées pour économiser davantage

Les comparateurs peuvent offrir des services complémentaires, qui font gagner du temps ou de l’argent. Par exemple, mémoriser la liste de courses pour les prochaines commandes ; sur topdrive.fr, si le consommateur tape une liste de produits (eau, beurre, huile d’olive, etc.), la page de chaque rayon correspondant s’ouvre automatiquement. Shoptimise.fr propose, lui, une “shoptimisation” : une alternative, avec indication du montant de l’économie réalisée. Par exemple, si le client a sélectionné une bouteille de jus d’orange Tropicana de 1 litre et si la bouteille de marque Joker de même contenance est en promotion et lui reviendrait moins cher, le comparateur le signale.

Reste que la pertinence du comparateur dépend aussi du nombre de drives référencés. Or, toutes les enseignes ne le sont pas encore sur chacun d’eux. Il manque, par exemple, Cora sur monsieurdrive.com, et pour les enseignes référencées, certains drives peuvent être oubliés. Recouper les informations fournies par les différents comparateurs sur la carte des drives peut donc s’avérer utile, surtout lors d’une première utilisation.

Christine Riste


Mots-clés :

COMMERCE ELECTRONIQUE , GRANDE SURFACE , INTERNET




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier