Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Téléphone-Internet > Cnil : un tiers des plaintes vise la protection des données personnelles

Cnil : un tiers des plaintes vise la protection des données personnelles

Cnil : un tiers des plaintes vise la protection des données personnelles
19/05/14 à 13:59 par ALEXANDRE (Stéphanie)

La Commission nationale de l'informatique et des libertés a reçu près de 2 000 plaintes liées à la difficulté des internautes d'obtenir de Google, Facebook, ou d'autres sites internet, l’effacement de leurs données personnelles.

Soucieux de protéger leurs données personnelles, les particuliers n'hésitent plus à saisir la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés) pour exercer leur droit d'opposition à figurer dans un fichier, notamment en cas d'atteintes à leur e-réputation. Et pour cause, dans 99 % des cas, l'internaute obtient gain de cause. En effet, rares sont les sites internet qui ne s'exécutent pas après avoir reçu un premier courrier d'avertissement (voir : Google doit respecter le droit à l’oubli des internautes). En 2013, sur près de 5 600 plaintes déposées auprès de la Cnil (Commission nationale d'informatique et des libertés), un tiers concerne la suppression de textes, de photographies, vidéos, coordonnées, commentaires, faux profils en ligne.

Les autres dossiers portent notamment sur les cas de surveillance excessive des salariés par les entreprises (géolocalisation,  vidéosurveillance, accès au dossier professionnel) et des contestations de l'inscription au FICP (Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers.

Autre sujet de préoccupation : la "mort numérique". Il s'agit de la possibilité pour les héritiers d'accéder au compte d'un réseau social(Facecook, twitter, google +) d'un membre de leur famille décédé ou de faire fermer le compte sur présentation d'un justificatif de lien de parenté (voir : Les morts ont aussi un droit à l’oubli sur internet). La famille ne peut en revanche avoir accès aux données contenues sur le compte. Sur ce dernier point, la CNIL a engagé une réflexion sur ce sujet en 2014.

Enfin, les Français n'ont jamais autant sollicité la Cnil pour consulter le Fichier national des comptes bancaires et assimilés (Ficoba), qui permet à un héritier d'obtenir le recensement des comptes détenus par le défunt. Sur un an, les demandes d'accès ont enregistré une hausse de 17 %.

 Stéphanie Alexandre

Lire aussi : Liens externes :
  • Dossier de presse de la CNIL du 19/05/2014 : rapport d'activité 2013 Contenu accessible uniquement aux abonnés

Mots-clés :

BASE DE DONNEES , CNIL , INTERNET , PROTECTION DE LA VIE PRIVEE




Outils pratiques :
Papiers à conserver

Bannière Prospect 1 landing page 666x300 version 2


Vous aimerez aussi
Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier

  • RSS
  • Imprimer Envoyer par mail