Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Argent > Banque > La Banque de France dénonce les risques de Bitcoin

La Banque de France dénonce les risques de Bitcoin

La Banque de France dénonce les risques de Bitcoin
05/12/13 à 16:45 par ALEXANDRE (Stéphanie)

La Banque de France alerte le public contre l'utilisation du Bitcoin, une monnaie virtuelle dont la popularité ne cesse d'augmenter.

Le "Bitcoin", monnaie virtuelle créée en 2009, a déjà séduit des milliers d'internautes. Cette "cybermonnaie" peut être utilisée pour acheter des biens et des services sur internet auprès des commerçants qui l'acceptent. En moins de trois ans, la valeur du Bitcoin s'est envolée, passant de moins d'un dollar, en février 2011, à 1 000 dollars (735 €), fin novembre 2013.

En dépit de ce succès grandissant, la Banque de France met en garde contre son utilisation, car elle estime que cette devise est dépourvue de statut légal. En effet, contrairement à la monnaie électronique, "le bitcoin n'est pas assorti d'une garantie légale de remboursement à tout moment" souligne l'Institution. Elle indique également qu'offrant un anonymat absolu lors de la conversion en monnaie réelle, le Bitcoin constitue "un risque d'utilisation à des fins criminelles, de blanchiment ou de financement du terrorisme". Et ce alors même que n'étant ni une monnaie légale, ni un moyen de paiement couvert par la directive sur les services de paiement au niveau européen, "ces monnaies virtuelles n'entrent pas directement dans le champ d'exercice de la supervision et de la surveillance des autorités compétentes en matière de paiement". Dans ce contexte, la Banque de France réclame une action des forces de l'ordre pour prévenir et faire cesser les éventuelles activités illicites. 

Enfin, partant du constat qu'aucun organisme n'assure la conversion du Bitcoin et qu'un investisseur peut se retrouver dans l'impossibilité de récupérer sa mise dans une monnaie ayant un cours légal, la Banque de France insiste sur le fait que cette activité doit s'analyser comme un service de paiement nécessitant un agrément officiel. En France, ce sésame est délivré par l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (APCR).

Stéphanie Alexandre 

Lire aussi : Liens externes :
  • Communiqué de presse de la Banque de France du 05/12/2013 : Les dangers liés à l'essor des monnaies virtuelles - l'exemple du Bitcoin Contenu accessible uniquement aux abonnés

Mots-clés :

INTERNET , PAIEMENT ELECTRONIQUE , PORTE MONNAIE ELECTRONIQUE




Outils pratiques :
Papiers à conserver

 

Bannière Choix patrimoniaux

bannier la lettre des placements

Forum bannière

Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Simulateur Assurance vie 300*250

Bannière e-Particulier

  • RSS
  • Imprimer Envoyer par mail