Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Une vitre voilant la vue... d’origine ou avec un film

Une vitre voilant la vue... d’origine ou avec un film

Novembre 2013
Le Particulier Pratique n° 395, article complet.
Auteur : COUNE (Isabelle)
  • Verre imprimé, dépoli ou sérigraphié
  • Le charme du (faux) vitrail
  • Le film adhésif, une solution économique

À l’occasion d’un changement de fenêtre, il peut être opportun d’opter pour un vitrage dit décoratif, imprimé, dépoli ou sérigraphié, voire à effet vitrail, à moins de se contenter d’un film.

Verre imprimé, dépoli ou sérigraphié

Le verre imprimé laisse passer la lumière tout en empêchant que les occupants ne soient vus de l’extérieur. Il existe une vaste palette de motifs (géométriques, végétaux…), du plus classique au plus contemporain, convenant à tous les styles de décoration intérieure. Le dernier-né de la gamme SGG Decorglass de Saint-Gobain Glass, le verre translucide SGG Pixarena, apporte autant de lumière naturelle qu’un vitrage clair et ne permet pas de voir à l’intérieur de l’habitation. Il peut être monté en double vitrage avec un verre à couche performant. AGC Glass Europe a fait appel au designer italien Michele De Lucchi pour donner un petit coup de jeune au verre imprimé. Les modèles de sa collection Oltreluce animent l’intérieur d’une pièce grâce aux jeux de lumière qu’ils produisent : des ombres ondulant et se poursuivant avec Waves, des gouttes de lumière avec Circles ou une multitude de points avec Space. Ils peuvent être trempés, feuilletés et assemblés en double vitrage. Ils existent en verre clair, extraclair et argenté.
Le verre dépoli filtre la lumière en douceur et estompe les silhouettes. La surface du verre est dépolie par matage à l’acide. Cette technique permet d’obtenir un vitrage translucide, particulièrement apprécié pour la finesse de son grain. Le Matelux d’AGC Glass Europe présente une surface satinée. Il est décliné en plusieurs versions, plus ou moins translucides, en fonction de l’effet recherché : clair, extraclair ou coloré, dépoli sur une face ou sur les deux (Matelux Double Sided, dont l’effet mat est plus intense). Certains verres imprimés peuvent être également dépolis (décors Bamboo, Delta, Flutes, Niagara de la gamme Imagin d’AGC Glass Europe).
Saint-Gobain Glass a défini un coefficient d’écran visuel qui classe de 1 à 10 le niveau de translucidité de ses vitrages (1 étant le plus occultant, 10 le plus transparent). Le nouveau verre SGG Pixarena offre un coefficient d’écran visuel de 4. Pour faciliter l’entretien de ces vitrages, la face gravée est toujours placée à l’intérieur du double vitrage.
Le verre sérigraphié, plus rare chez les particuliers, est un vitrage dont une des faces est recouverte de motifs décoratifs inaltérables. Ceux-ci sont réalisés en appliquant un dépôt d’émail sur le verre par un procédé sérigraphique ou par impression digitale.

Le charme du (faux) vitrail

Le décor verrier imitant le vitrail traditionnel ennoblit la façade de la maison et contribue à l’élégance de la décoration intérieure. L’atelier Fany Glass a adapté ces nouvelles techniques du vitrail aux contraintes de confort et de sécurité. Il fabrique des vitraux sur mesure montés en double vitrage et a noué des partenariats avec des réseaux nationaux d’installateurs et de vérandalistes qui assurent la mise en œuvre. Tous les vitraux ont une trame décorative en plomb, collée sur les deux faces du vitrage. Différents types et constructions de trames permettent de créer de nombreux modèles de vitraux, ce qui offre au client de multiples possibilités pour personnaliser son vitrail. Chaque intersection de la trame reçoit une goutte de soudure à l’étain. Ainsi, l’aspect, le relief et le toucher sont identiques à ceux du vitrail traditionnel. Des ornements en plomb – cabochons, losanges, crosses, volutes, écoinçons, lys, tulipes, coquilles, filets – peuvent être ajoutés, en option, afin d’obtenir un style Art nouveau, haussmannien, etc. Certains espaces du vitrage créés par ces motifs décoratifs peuvent être sablés et rehaussent, grâce à cet aspect dépoli, l’esthétique du vitrail. L’atelier Fany Glass utilise diverses techniques.
Le vitrail à décor d’émaux est d’abord sérigraphié, puis cuit au four à 600 °C pour l’émaillage. Cette technique assure un rendu fidèle et parfait, au même titre qu’un décor sur faïence, et garantit la pérennité des couleurs. Des sujets floraux d’une extrême diversité se prêtent à de multiples compositions, très épurées et fraîches ou luxuriantes et colorées. Les vitraux d’émaux à décor en plomb ont toutes les qualités du vitrail traditionnel. Dans une salle de bains, ces décors et ces trames en plomb peuvent être posés sur des verres structurés afin d’embellir la pièce et de préserver l’intimité des lieux.
Le fusing (“fusionnage”) est un procédé ancestral consistant à agréger et à fusionner plusieurs épaisseurs, formes et couleurs de verre entre elles, ce qui permet de s’affranchir du sertissage au plomb. Cet agrégat s’opérant au point de fusion du verre, le verrier doit maîtriser parfaitement les temps de cuisson et la progression des courbes de température (à plus de 800 °C). Des reliefs structurent la surface du vitrail, lui donnant ainsi une dimension sculpturale où la lumière joue avec les teintes prises dans la masse. Le fusing autorise une grande liberté de formes et permet des incrustations d’or, de cuivre, de pierres… Ces vitraux se marient très bien avec des architectures modernes.
L’émaillage comme le fusing s’appliquent sur différents types de verre : sablé, translucide, opaque, cathédrale ou retardateur d’effraction. Les décors au plomb sont garantis 50 ans. Ces faux vitraux valent, en moyenne, trois fois moins cher qu’un vrai. En général, le décor coûte le même prix que la fenêtre. Les collections permettent à l’entreprise de proposer des modèles prédessinés. Un dessin, réalisé au 1/10, est présenté, en même temps que le devis, au client. Ce dernier peut demander des modifications esthétiques ou techniques.

Le film adhésif, une solution économique

Si vous ne voulez pas changer la fenêtre, vous pouvez placer un film adhésif sur les vitres. Cette solution est très économique : comptez une quarantaine d’euros pour une fenêtre standard. Vous trouverez des films de toutes les sortes : dépoli, avec des motifs décoratifs, imitation vitrail… Le modèle miroir sans teint empêche d’être vu de l’extérieur, sauf quand une lampe est allumée dans la pièce. Autre inconvénient, il assombrit cette dernière. La pose s’effectue sur une vitre parfaitement propre. Bien que le film s’installe facilement, il est préférable d’être à deux pour le tendre correctement. Il faut, tout d’abord, le découper aux dimensions de la vitre, puis retirer la pellicule de plastique qui protège le côté adhésif. Celui-ci doit être pulvérisé d’eau savonneuse afin de pouvoir le repositionner une fois appliqué. Il reste, ensuite, à chasser les bulles d’air au moyen d’une raclette, en partant du centre vers l’extérieur. La durée de vie de ces films annoncée par les fabricants est de 10 à 12 ans ; en pratique, ils s’abîment beaucoup plus vite.

Isabelle Coune


Mots-clés :

FENETRE , VITRAGE




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier