Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Santé > Vigilance sur le Pradaxa et d'autres anticoagulants oraux

Vigilance sur le Pradaxa et d'autres anticoagulants oraux

Vigilance sur le Pradaxa et d'autres anticoagulants oraux
23/09/13 à 11:55 par ALEXANDRE (Stéphanie)

Pradaxa, Eliquis, Xarelto... Ces trois nouveaux anticoagulants oraux prescrits pour empêcher la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins pourraient provoquer de graves hémorragies internes, selon les médecins biologistes. L'ANSM temporise.

Pradaxa, Eliquis, Xarelto, ces trois Nou­veaux anti­coa­gu­lants oraux (NACOs) prescrits dans le traitement des phlébites et embolies pulmonaires, ainsi que dans la prévention des accidents vasculaires cérébraux dans certaines pathologies sont dénoncés le syndicat des médecins biologistes. Ces professionnels viennent d'écrire à la ministre de la Santé, Marisol Touraine, pour donner l'alerte sur ces médicaments apparus sur le marché français, depuis cinq ans.

Selon les biologistes, la pres­crip­tion des NACOs entraîne un risque important d'hémorragie interne. Alors qu'avec les anciens traitements, il suffit d'injecter de la vitamine K pour annuler l'effet du médicament, "il n'existe (rait) pas d'antidote per­met­tant, d'en neu­tra­li­ser l'effet en cas d'hémorragie !". En outre, ils indiquent que la prescription de ces nouveaux produits "injustifiée" pour les patients qui supportent bien les traitements plus anciens.

Enfin, les biologistes estiment que le coût mensuel de ces médicaments, évalué à 76 €, est trop élevé, com­pa­ré aux 12,50 € en moyenne pratiqué pour les traitements anticoagulants plus anciens à base d'antivitamine K (AVK).

De son côté, l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) n'a émis aucune réserve sur leur emploi mais laisse ces médicaments sous surveillance renforcée. Elle vient toutefois d'envoyer un courrier aux médecins les mettant en garde contre les effets indésirables de ce médicament, en vue de leur rappeler que la mise en place d'un traitement anticoagulant doit se conformer aux indications, doses et précautions d'emploi spécifiques à chaque médicament. L'Agence recommande ainsi aux patients de ne pas arrêter leur traitement sans avis médical.

Stéphanie Alexandre

Lire aussi : Liens externes :
  • Communiqué de presse de l'ANSM du 20092013 sur les anticoagulants oraux (Pradxa) Contenu accessible uniquement aux abonnés

Mots-clés :

MEDICAMENT , PRODUIT DANGEREUX




Outils pratiques :
Papiers à conserver

Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier