Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Santé > Les médicaments contre les "montées de lait" sont déconseillés par l'ANSM

Les médicaments contre les "montées de lait" sont déconseillés par l'ANSM

Les médicaments contre les "montées de lait" sont déconseillés par l'ANSM
30/07/13 à 14:42 par ALEXANDRE (Stéphanie)

En raison d’effets secondaires cardiovasculaires, neurologiques et psychiatriques, l'ANSM estime que le rapport bénéfice/risque du Parlodel et de son générique, médicaments à base de bromocriptine, est défavorable pour interrompre la montée de lait.

Les mères qui ne peuvent pas ou ne souhaitent allaiter leur bébé se font souvent prescrire des comprimés de Parlodel ou de son générique la bromocriptine Zentiva, médicaments utilisés pour traiter la maladie de Parkinson et pour interrompre la lactation, plus couramment appelée "la montée de lait".  Toutefois, le produit provoque des effets indésirables rares mais graves sur le plan cardiovasculaire (AVC (Accident vasculaire cérébral), infarctus, hypertension), neurologique (convulsions) et psychiatrique (hallucinations, confusion mentale). À la suite de plusieurs enquêtes de pharmacovigilance, l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) considère que la balance bénéfice/risque de ces médicaments contenant de la bromocriptine n'est plus favorable dans l'indication de prévention ou de blocage de la lactation physiologique. 

Selon l'Agence, l'utilisation d'un médicament doit être réservée aux situations où l'arrêt de la lactation est souhaitée "pour raison médicale". La prise systématique de ce type de produits pour prévenir ou traiter l'inconfort ou l'engorgement pouvant survenir lors de la montée laiteuse n'est pas recommandée.

Si l'ANSM indique qu'il n'y a pas de danger pour les femmes qui ont pris un médicament contenant de la bromocriptine ni aucun risque pour leur enfant, elle précise que celles qui présentent des facteurs de risques cardiovasculaires ou neuropsychologiques sont en revanche appelées à consulter leur médecin ou leur sage-femme pour envisager un autre traitement.

Si le recours à un traitement spécifique contre la montée de lait est souhaité, il est possible de recourir à d'autres médicaments contenant du lisuride (Arolac® 0,2 mg, comprimé sécable)  ou de la cabergoline (Cabergoline Sandoz® 0,5 mg, comprimé sécable, non encore commercialisée2 ), qui, pour l'heure, ne montrent pas d'effets indésirables graves cardiovasculaires ou neuropsychiatriques lors de leur utilisation après un accouchement ou une Interruption volontaire de grossesse (IVG), contrairement à la bromocriptine.

Stéphanie Alexandre

Lire aussi : Liens externes :
  • Communication de l'ANSM du 25/07/2013 : questions-réponses sur le Bromocriptine (Parlodel® et Bromocriptine Zentiva®) qui n’est plus favorable dans l’inhibition de la lactation Contenu accessible uniquement aux abonnés

Mots-clés :

ENFANT , GROSSESSE , LAIT , LAIT MATERNISE , MEDICAMENT




Outils pratiques :

Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier