Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Trouver d’autres sources... pour économiser l’eau potable

Trouver d’autres sources... pour économiser l’eau potable

Juillet-Août 2013
Le Particulier Pratique n° 392, article complet.
Auteur : COUNE (Isabelle)
  • Exploiter l’eau de pluie
  • S’assurer de la qualité de son eau

Pour recueillir l’eau de pluie afin d’arroser leur jardin, nos grands-mères plaçaient une bassine au pied des gouttières de leur maison. Cette pratique ancienne est remise au goût du jour.

Exploiter l’eau de pluie

L’eau de pluie est considérée comme la meilleure, car elle est dépourvue de calcaire. Pour la récupérer, vous trouverez sur le marché, à des prix modérés, toute une gamme de cuves, plus ou moins esthétiques, de différentes tailles. Les réservoirs à installer soi-même sont vendus, dans les magasins de bricolage ou les jardineries, à partir de 15 ou 20 € pour les plus petits (200 litres) et à 200 € pour les plus grands (1 000 litres). La pose de ces cuves destinées à l’arrosage est plus simple que celle des matériels conçus pour un usage domestique de l’eau pluviale (voir LPP n° 348). Le réservoir ne s’enterre pas, il se place au pied d’une gouttière (qu’il faut scier), sur laquelle est fixé un collecteur. Celui-ci fait également office de filtre et guide l’eau vers le récupérateur. En amont, une crépine retient les grosses particules, ce qui empêche l’eau de croupir trop rapidement. Le trop-plein se déverse dans les canalisations domestiques des évacuations d’eaux pluviales. Beaucoup de cuves sont en polyéthylène ; il faut les vider en hiver pour éviter qu’elles n’éclatent sous l’effet du gel. D’autres sont en bois. Des tonneaux de vin recyclés peuvent convenir.

Cuve à simple robinet ou pompe

De nombreux modèles sont munis d’un robinet situé au bas du réservoir ; la distribution de l’eau s’effectue alors par gravité. Lorsque la cuve est dépourvue de robinet, vous pouvez y adjoindre une pompe à eau électrique pour y raccorder un tuyau d’arrosage. Ces pompes sont maintenues sur le collecteur d’eau de pluie au moyen d’un bras coudé. Le démarrage et l’arrêt des plus simples se font manuellement sur l’appareil. Les versions à déclenchement automatique se mettent en route et s’arrêtent en actionnant la gâchette du pistolet d’arrosage. Elles sont équipées d’une sécurité manque d’eau (grâce à un système de flotteurs) qui évite de griller le moteur et de désamorcer la pompe lorsque le niveau d’eau est trop bas.

S’assurer de la qualité de son eau

S’il existe des sources de pollution (usines, épandage de pesticides dans les champs voisins…) à proximité de chez vous, mieux vaut ne pas asperger tout votre potager avec de l’eau de pluie. Consommer des légumes arrosés avec de l’eau polluée peut être dangereux pour la santé. En cas de doute, n’hésitez pas à faire analyser l’eau pluviale dans un laboratoire de votre département (liste sur sante.gouv.fr, onglet “les dossiers” ; cliquer sur la lettre E, puis sur “eau”).

Selon le matériau de la toiture

Certains matériaux présents sur les toitures peuvent aussi contaminer l’eau de pluie. Si la maison possède des anciennes gouttières en zinc, l’eau récupérée peut contenir du cadmium et autres métaux lourds, la rendant impropre non seulement à la consommation, mais aussi à l’arrosage du potager. Une solution, moins chère que le remplacement des gouttières, consiste à évacuer les premières eaux de pluie dans un récipient à part – ce qui permet également de se débarrasser des salissures de la toiture, des fientes d’oiseaux…
La récupération de l’eau de pluie est à proscrire si l’habitation est couverte d’une toiture-terrasse, car la couche de goudron qui y est souvent appliquée pour l’étancher donne une couleur jaunâtre à l’eau et la charge en hydrocarbure. Ne conviennent pas non plus à la collecte de l’eau pluviale les bâtiments agricoles, dont les toits contiennent fréquemment de l’amiante – la filtration, même très fine, ne retient pas les fibres –, et les toitures en bois, ce matériau ayant généralement reçu un traitement fongicide. Quant aux toitures végétalisées, elles ne permettent pas un débit suffisant.


Mots-clés :

EAU , JARDIN PRIVATIF , JARDINAGE , OUTIL DE JARDINAGE




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier