Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Bilan : cartouches d'imprimante, les solutions pour jeter l'encre

Bilan : cartouches d'imprimante, les solutions pour jeter l'encre

Bilan : cartouches d'imprimante, les solutions pour jeter l'encre
Mars 2013
Le Particulier Pratique n°388, article complet.
Auteur : POZNANSKY (Roselyne)

Pour préserver l’environnement, il est impératif de ne pas jeter ses cartouches usagées dans les déchets ménagers. Plusieurs initiatives émergent, qui permettent de les recycler. Il était temps !

Photos, billets de train ou d’avion, relevés bancaires…, nous imprimons de plus en plus de documents à la maison. Où jeter nos cartouches d’encre lorsqu’elles sont vides, ou plutôt, où les recycler, les matériaux qui les composent (métaux lourds, plastiques, solvants…) étant très polluants ? La question est loin d’être anodine. En 2011, pas moins de 67,60 millions de cartouches d’impression, à jet d’encre ou laser (pour imprimantes, fax ou copieurs), ont été mises sur le marché français, par les fabricants : Brother, Canon, Dell, Epson, HP, Xerox… Un chiffre qui n’inclut pas – aucune statistique n’étant disponible – les cartouches reconditionnées (ou compatibles), vendues de 20 à 30 % moins cher que les originales, sur internet essentiellement. Aujourd’hui, plus d’une cartouche sur deux, tous types d’utilisateurs confondus – particuliers et entreprises – , finit avec… les déchets ménagers. Premiers sur la sellette, les fabricants eux-mêmes, dont la communication, à ce sujet, semble pour le moins disparate, voire insuffisante.

Les retourner, sans frais, au fabricant

Il est généralement possible de renvoyer les cartouches usagées aux fabricants, en se servant de l’emballage du produit neuf, après avoir téléchargé, sur leur site internet, un bordereau de retour gratuit. Les produits de HP, Samsung et Canon peuvent être réexpédiés par voie postale, le moyen le plus simple dans la mesure où il est possible de les retourner un à un. Ceux de Konica Minolta doivent être soit remis à un livreur d’UPS (quatre cartouches de toner ou huit cartouches à jet d’encre au minimum), soit déposés à un comptoir d’UPS. Ceux de Brother doivent être apportés dans un relais Kiala (au moins quatre consommables usagés). Ces modalités différentes ne facilitent pas la tâche des usagers. Aussi les pouvoirs publics ont-ils créé un site internet d’information sur le sujet : cart-touch.org. Le consommateur est, certes, mieux renseigné, mais la collecte multimarque et de proximité, pour les particuliers comme pour les entreprises, fait encore grandement défaut. Sa mise en place est envisagée en 2013.

Les faire parvenir à un point de collecte

Une autre solution consiste à s’adresser à un professionnel du recyclage. Ces spécialistes – vous en trouverez à foison sur le web – rémunèrent le consommateur responsable : à partir de 0,50 €, en moyenne, la cartouche à jet d’encre et jusqu’à 2,50 € la laser, suivant la référence. Seules certaines marques (HP, Canon, Lexmark, Brother, Xerox) sont acceptées – les cartouches laser sont parfois exclues –, et les consommables ne doivent pas avoir été reconditionnés. De plus, pour ne pas avoir à régler les frais de retour (sur cartouche-service.fr, cartouche-vide.fr, cartouche-equitable.com, notamment), il faut que la valeur de l’envoi soit d’au moins 30 €, ce qui correspond à plus de 60 cartouches à jet d’encre. L’opération n’est donc rentable que pour les entreprises. D’ailleurs, certains sites non marchands, caritatifs ou travaillant pour le compte d’associations, comme lvl.fr, ne versent aucune rémunération et font payer les frais de port.

Les rapporter sur un lieu de vente

Certains revendeurs – Boulanger (130 magasins), Darty (228 magasins), la Fnac (dans une quarantaine de magasins sur 88 en France) – ont récemment mis à la disposition des consommateurs des containers spécifiques dans lesquels les cartouches de toutes les marques peuvent être déposées. Le réseau Office Depot, spécialiste des fournitures de bureau, reprend la cartouche (à jet d’encre ou toner de marque nationale) 0,50 ou 1 €, y compris si elle n’a pas été achetée dans l’un de ses 54 magasins. Bureau Vallée (200 magasins) fait de même pour 170 références. Enfin, la majorité des webmarchands (top-office.com, francetoner.fr, http://accessoires.auchan.fr, etc.) ne recycle pas les consommables usagés. Le site 123consommables.com, quant à lui, joint à chaque commande une enveloppe affranchie, permettant ainsi à ses clients de retourner gratuitement leurs cartouches vides.

Roselyne Poznanski


Mots-clés :

IMPRIMANTE , RECYCLAGE DES DECHETS




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier