Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Travaux > Le béton ciré pour un aspect contemporain

Le béton ciré pour un aspect contemporain

Mars 2013
Le Particulier Pratique n°388, article complet.
Auteur : COUNE (Isabelle)

Très tendance, le béton ciré, à l’aspect chaleureux et contemporain, permet de re­looker complètement un escalier. Il y a quantité de produits sur le marché, et les possibilités décoratives sont infinies. Basic System a lancé Créabéton ciré, une nouvelle génération de béton ciré à base de ciment, résistant, aux couleurs chaudes, convenant aussi bien aux murs, aux sols qu’aux escaliers. L’enduit Béton coloré de Mercadier est à la fois flexible et résistant grâce à des alliages spéciaux. Facile à mettre en œuvre, il peut être appliqué à partir de 2 mm d’épaisseur sur d’anciens revêtements, notamment du carrelage. Il existe en de nombreuses teintes et permet de faire les marches d’une couleur  et les contremarches d’une autre. Les artisans facturent les travaux soit au forfait, soit à la marche. Dans ce dernier cas, comptez entre 80 et 100 €, en moyenne. 

Seulement pour des escaliers en bon état 

Avant de recouvrir un escalier de béton ciré, il faut s’assurer qu’il est sain et en bon état, car le béton n’est pas un cache-misère. Si le support est fissuré ou n’est pas cohésif, les défauts ne seront pas corrigés et se verront. Ainsi, il est illusoire de vouloir rénover un vieil escalier en bois dont les pièces bougent en y appliquant du béton : les différences de niveaux risquent d’apparaître à la surface du revêtement. Un artisan peut réaliser un ragréage fibré, c’est-à-dire obturer les cavités et niveler les défauts de surface au moyen d’un enduit fin, dans lequel des fibres sont introduites pour lui donner de la souplesse et absorber les mouvements du support. Cependant, même en insérant cette couche intermédiaire, le résultat n’est pas garanti. Appliquer un béton ciré sur un escalier qui grince ne réglera pas, non plus, le problème. 

S’il s’agit d’un escalier en bois revêtu de tomettes, il est préférable de les enlever pour ne pas créer une surépaisseur, qui serait inesthétique et constituerait un obstacle pour le pied, car le nez de marche en bois resterait affleurant. Dans le cas d’un escalier en béton recouvert de carrelage, un béton ciré appliqué dans les règles de l’art ne laissera pas apparaître les joints. Il est donc nécessaire de faire, d’abord, un diagnostic pour s’assurer que l’escalier ne présente pas de carreaux descellés – sinon, il faudra les retirer et combler leur emplacement – ni de trous – sans quoi, ils devront être rebouchés. 

Plusieurs passes d’épaisseur variable

La première étape consiste à préparer le support. L’ancien revêtement est, généralement, retiré. S’il s’agit d’un linoléum très bien collé, il peut rester en place. Le support doit être résistant, non friable, stable, sec, cohésif et propre. Il faut donc dépoussiérer la surface et la débarrasser des parties non adhérentes ; nettoyer les traces d’huile, de graisses et de laitance ; gratter la peinture, le plâtre et les traces de colle. Cette préparation sera garante de la bonne tenue du nouveau revêtement. L’artisan pose ensuite un primaire pour faciliter l’accroche du béton. Un enduit en béton coloré est alors appliqué, en deux passes, à la lisseuse sur une épaisseur variable suivant la résistance mécanique recherchée. Le professionnel détermine l’épaisseur nécessaire en fonction de l’état du support. Une épaisseur de 1 mm suffit sur la contremarche ; sur la marche, il faut plus : 1,50 mm sur un escalier en béton uniforme et en bon état ; au moins 2 mm si l’escalier est recouvert d’un carrelage, car il faudra combler les creux des joints et tenir compte des différences de porosité entre ces deux matières. 

Le lendemain de l’application, le béton peut être poncé afin d’obtenir un fini plus doux, plus lisse, mais aussi des effets de matière plus ou moins intenses selon le rendu que vous souhaitez. Enfin, le béton reçoit deux couches d’un imprégnateur, qui le protège et lui donne sa couleur définitive. 

Un chantier long et contraignant 

La rénovation au béton ciré a l’inconvénient de rendre l’escalier inutilisable pendant presque 2 semaines, entre les différentes étapes d’application des produits et les temps de séchage à cœur. Toutefois, une fois qu’ils sont secs en surface –  quelques heures après leur application –, il est possible de circuler en chaussettes, en faisant bien attention à ne pas endommager le revêtement. S’il s’agit d’un escalier très emprunté et qui doit rester accessible, l’artisan peut traiter une marche sur deux, mais cela rallongera la durée du chantier. 

Avant d’entreprendre ce type de travaux, interrogez votre artisan sur les produits qu’il utilise, car il existe des qualités très variables, y compris chez un même fabricant. Demandez-lui aussi à voir des planches de réalisations ou des photos, avec des gros plans, ou mieux, à visiter un chantier. Le rendu du produit, son aspect texturé ou uniforme, dépend, en effet, du geste de l’applicateur. Un même produit ne donnera pas toujours les mêmes résultats.


Mots-clés :

ESCALIER , TRAVAUX




Outils pratiques :
Indices & chiffres

Bannière Choix patrimoniaux

Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier