Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Travaux > Sols, murs et sanitaires : des appareils sanitaires à la fois pratiques et esthétiques

Sols, murs et sanitaires : des appareils sanitaires à la fois pratiques et esthétiques

Février 2013
Le Particulier Pratique n°387, article complet.
Auteur : COUNE (Isabelle)
  • La céramique, indétrônable
  • Une alternative, l’acrylique
  • Les “solid surface”, un must

La céramique, indétrônable

Matériau traditionnel de la salle de bains, la céramique est très appréciée pour sa durabilité et son inaltérabilité (les couleurs ne bougent pas). Pendant longtemps, on n’a pas su fabriquer des pièces planes de grandes dimensions. Aujourd’hui, on trouve, sur le marché, des receveurs de 140 x 90 cm. Le seul inconvénient de ce matériau est qu’il craint les (gros) chocs et ne se répare pas : la bouteille de parfum qui tombe de l’armoire de toilette lui est fatale. Il existe bien des kits de réparation en grande surface de bricolage, mais ils sont peu efficaces. Certaines céramiques sont plus résistantes que d’autres, ce qui explique les différences de prix. Ainsi, les porcelaines de Villeroy & Boch reçoivent huit couches d’émail.

Antiglisse ou antisaleté. Les traitements antiglisse (indispensables) appliqués aux receveurs de douche en céramique leur donnaient, jusqu’ici, un aspect mat et une surface rugueuse, difficile à nettoyer. Les modèles Connect d’Ideal Standard reçoivent, après la cuisson, un nouveau traitement antidérapant imperceptible. L’industriel utilise une nanotechnologie. Il a soumis ses revêtements à la norme allemande DIN 51097, qui définit trois classes de glissance allant de C, la meilleure, à A. Ses produits, testés sur un plan incliné, ont obtenu la note C.

La céramique, notamment celle des cuvettes de W.-C., peut aussi être traitée contre la saleté afin que le calcaire n’accroche pas à la surface. Duravit applique le traitement WonderGliss sur tous ses équipements sanitaires. D’autres fabricants emploient le vernis Laufen Clean Coat de Laufen. Villeroy & Boch utilise le procédé Ceramicplus.

Une alternative, l’acrylique 

La résine de synthèse, dont la plus connue est l’acrylique, apporte de la fantaisie aux appareils sanitaires, car elle autorise des formes complexes : baignoire avec accoudoirs et têtière, receveurs de grandes dimensions ou très plats, lavabos design. Ce matériau thermoformé est également très léger : un receveur en acrylique de 140 x 80 cm pèse une vingtaine de kilos, soit trois fois moins qu’un modèle similaire en céramique. De plus, l’acrylique est une matière agréable au toucher : sa surface douce n’est jamais froide. 

Des renforts utiles. La résine de synthèse est un matériau souple qui tend à se déformer. Pour une baignoire, il faut donc choisir un modèle pourvu d’une doublure en fibre de verre. La Dreaming d’Allia est fournie avec un piétement qui assure une bonne tenue en fond de cuve. La Loop & Friends de Villeroy & Boch possède des profilés en aluminium dans les grands côtés. Si la baignoire n’est pas renforcée, il est recommandé de la poser sur des tasseaux. La résine présente l’inconvénient de se rayer et de garder l’empreinte des chocs, même si elle résiste assez bien aux éclats. La baignoire Paméla 2 d’Allia est en Marbrex – une exclusivité de la marque –, un matériau réparable. Elle est composée de plusieurs couches de résine polyester recouvertes d’un gel coat sanitaire. Sa coque autoporteuse rend tout renfort inutile.

Les “solid surface”, un must

Ces matériaux de nouvelle génération se composent d’un mélange de résine et de poudre minérale. Si, au fil du temps, certains “solid surface” ont tendance à jaunir, car ils comprennent une forte proportion de résine, la plupart ont des propriétés intéressantes. Le plus connu est le Corian de DuPont, fabriqué avec du trihydrate d’alumine, un minéral naturel, et de l’acrylique. Ce matériau haut de gamme, doux au toucher, hygiénique, non poreux et réparable en cas de choc, permet d’intégrer la vasque dans le plan de toilette, sans joint, ce qui donne l’impression d’un équipement sanitaire d’une seule pièce. 

Quaryl et Silestone, des concurrents du Corian. Le Quaryl, conçu par Villeroy & Boch, est un mélange de quartz et d’acrylique. Il est naturellement antiglissant, facile d’entretien, puisque la saleté n’y adhère pas, résistant aux chocs et aux rayures. Sa forte épaisseur le rend isolant, ce qui a l’avantage de garder l’eau plus longtemps chaude dans la baignoire. De plus, ce matériau est réparable. Le Quarrycast, développé par Victoria + Albert Baths, est constitué de roche calcaire et de résine ultraperformante. Il peut être poli en cas d’éraflure. Particulièrement solide, il a passé avec succès un test de résistance en charge masse de 5 tonnes.

Le Silestone de Cosentino comprend 93 % de quartz en poudre et de polymères compactés. Il est non poreux et très résistant. Des ions d’argent entrent dans la composition de la gamme des appareils pour salle de bains – receveurs et vasques –, ce qui rend le matériau bactériostatique. Vendu en grandes plaques chez les marbriers, le Silestone peut également être utilisé en revêtement de murs et de sol. Le Krion du groupe Porcelanosa, fabriqué avec du trihydrate d’alumine, est antibactérien et très résistant.

 


Mots-clés :

NO INDEX




Outils pratiques :
Indices & chiffres

Bannière Choix patrimoniaux

Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier