Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Automobile > Voiture : 8 conseils pour réduire votre budget automobile

Voiture : 8 conseils pour réduire votre budget automobile

Voiture : 8 conseils pour réduire votre budget automobile
Février 2013
Le Particulier n°1082, article complet.
Auteurs : FRASNETTI (Pascal), EBRAN (Michel)

Posséder une voiture coûte cher. Toutefois, grâce à des sites internet spécialisés , vous pouvez diminuer vos dépenses de carburant, d’entretien ou de réparations. Le covoiturage ou la location de votre véhicule à des particuliers sont également de bons moyens de faire des économies.

Assurance, carte grise, carburant, entretien, réparations, stationnement et péages… avoir une voiture revient très cher. Selon l’Automobile Club Association, qui établit chaque année le budget moyen de l’automobiliste français, ce dernier y a consacré 7 654 € en 2011, sur la base d’un véhicule Peugeot 308 HDI en finition Access (moteur 1,6 litre de 92 chevaux avec filtre à particules). Toujours suivant cette association, pour 100 € dépensés pour rouler en diesel (72,4 % des véhicules vendus en France en 2011) 41 € sont employés pour l’amortissement de la voiture, 19 € pour son entretien, 12 € pour le carburant, 10 € pour l’assurance, 7 € pour le stationnement, 7 € pour les frais liés à la souscription d’un crédit et 4 € pour les péages. S’il est difficile de réduire le coût de certains postes, comme le crédit, les péages ou le parking, d’autres permettent de réaliser des économies substantielles. La première chose à faire est d’adopter une conduite sans accélérations brutales ni freinages intempestifs et d’utiliser un GPS pour éviter les kilomètres superflus. Vous réduirez ainsi votre consommation d’au moins 10 %. Par ailleurs, si vous habitez près d’une métropole, faites jouer la concurrence entre les stations-service et les garages afin d’alléger le budget consacré au carburant, à l’entretien et aux réparations. Si votre voiture reste souvent au garage, il peut être avantageux de la louer pour de courtes périodes à des particuliers. Ces deux dernières solutions sont en plein développement, du fait, notamment, des progrès de la géolocalisation : grâce aux applications spécialisées disponibles sur smartphone, un utilisateur peut trouver rapidement une voiture à louer à un particulier près de chez lui ou la station-service la moins chère à proximité de son domicile. Voici huit astuces vous permettant de rationaliser l’usage de votre véhicule. Combinées, elles peuvent vous faire économiser plus de 4 500 € par an.  

Trouvez le carburant au meilleur prix : économie annuelle de 120 €

Pour connaître la station-service la moins chère dans les environs de votre domicile, il vous suffit de consulter le site prix-carburants.gouv.fr. Cet outil est d’autant plus efficace que les distributeurs doivent y tenir leurs prix de vente à jour. Avant de partir en vacances, vous pouvez rechercher les stations les meilleur marché jalonnant votre parcours, qu’elles soient sur l’autoroute ou à proximité immédiate (moins de 4 km de votre itinéraire). Par exemple, le 18 décembre dernier, le site donnait une fourchette de prix comprise entre 1,308 et 1,64 € le litre de gazole pour un trajet Paris-Perpignan. Selon une étude de l’association de consommateurs Consommation, logement et cadre de vie (CLCV), parue fin novembre, les stations d’autoroutes prélèvent, en moyenne, de 9 à 10 centimes de plus que celles situées sur les autres axes de circulation. Le même écart est souvent constaté entre les différentes stations-service d’une grande ville. Le site vous permettra de trouver les stations proposant, par exemple, le gazole à 1,30 € le litre, contre un prix moyen de 1,40 €. Si vous effectuez 20 000 km dans l’année avec une consommation moyenne de 6 litres pour 100 km, vous réaliserez ainsi une économie de 120 €. 

Vous pouvez également prospecter les réseaux de stations-service discount des grandes marques – Total access (total.fr, onglet « stations-service », puis « Total access »), Esso Express (essofuelfinder.com, puis cochez « stations en libre-service ») –, qui concurrencent, désormais, les grandes surfaces. Vous y trouverez, en outre, un carburant plus riche en additifs, qui, en facilitant la combustion, permet, notamment, de limiter l’encrassement du moteur et donc de mieux le protéger. Toutefois, les répercussions budgétaires de cet avantage sont impossibles à évaluer. 

Enfin, contrairement aux idées reçues, utiliser des carburants premium, de type BP Ultimate SP 98 ou Total Excellium Diesel, n’est pas nécessairement économique. Ils permettent, selon les tests des pétroliers, de réduire la consommation d’environ 4 %, mais ils sont plus chers à l’achat, d’au moins 5 centimes, qu’un carburant classique. « Au final, leur avantage en termes de consommation ne compense pas leur surcoût », tranche Nicolas Jeuland, responsable du département carburants à l’Institut français du pétrole.

Assurez votre voiture moins cher : économie annuelle de 300 à 600 €

Tous les assureurs n’apprécient pas les risques de la même manière et disposent de leur propre grille tarifaire, en fonction de l’âge du client, de son lieu de résidence ou de son bonus. À l’échéance de votre contrat, vous devez donc faire jouer la concurrence. L’assureur sera plus enclin à revoir le montant de la prime à la baisse si vous lui présentez le devis d’un concurrent. En octobre, un abonné du Particulier s’est vu proposer par Axa, sa compagnie d’assurances, une prime de 970 € pour son Renault Scenic neuf. Le lendemain, sa banque, LCL, lui a offert les mêmes prestations pour seulement 686 €. Axa s’est finalement aligné sur ce tarif. Notre abonné a ainsi réalisé 30 % d’économies sur sa prime annuelle. Vérifiez si les différents devis comprennent bien des conditions identiques. Vous devrez, notamment, contrôler le montant de la franchise et veiller à ce que le bris de glace soit inclus.

Deuxième piste pour réduire votre facture : basculer vers une assurance au tiers. Vous avez sans doute souscrit une assurance tous risques – incluant, notamment, une couverture contre l’incendie et le vol – lors de l’acquisition de votre voiture. Mais la valeur de cette dernière se déprécie fortement au fil des ans. « Or, l’assuré oublie souvent que, en cas d’accident, le remboursement sera effectué sur la base de la valeur de cotation du véhicule, et non sur sa valeur à neuf », souligne Jean-Loup Aubergé, chargé d’animation assurances à LCL. Après 6 ans, la décote d’une voiture atteint au moins 60 % (20 % la 1re année, puis 2 % tous les trimestres). Si vous avez remboursé votre éventuel crédit automobile et si vous disposez de l’épargne nécessaire pour racheter un véhicule en cas de coup dur, optez alors pour une assurance au tiers, couvrant seulement les dommages causés à des tiers. « Dans notre réseau, les clients sont systématiquement invités à passer au tiers après les 9 ans du véhicule », poursuit Jean-Loup Aubergé. Cette assurance permet de diviser la prime annuelle par deux. 

Si vous roulez moins de 5 000 km par an, renseignez-vous également sur les contrats d’assurance au kilomètre. Votre prime est alors calculée en fonction du nombre de kilomètres parcourus : vous devez soit le communiquer à votre assureur en fin d’année, soit installer un boîtier dans votre véhicule, qui relève directement le kilométrage (système « pay as you drive », voir Etudiez les prix et les garanties avant d’assurer votre voiture). Ces contrats sont surtout proposés par les courtiers sur internet, comme Amaguiz, une filiale de Groupama. S’ils sont souvent souscrits pour une deuxième voiture, ils peuvent aussi être plus avantageux qu’un contrat classique pour le véhicule principal. Amaguiz annonce ainsi des tarifs au kilomètre en moyenne 20 % moins chers que ceux de la concurrence. Par exemple, une Rennaise de 32 ans, avec un bonus maximal de 0,50, conduisant un break de 5 CV et de 5 ans paiera 1,4 centime/km + 11,90 € par mois en formule tous risques. Pour 5 000 km parcourus, le coût annuel sera ainsi de 212,80 € par an. Soit une économie d’au moins 30 % par rapport à un contrat classique. Dernière astuce : si vous le pouvez, payez votre prime d’assurance en une seule fois. Nombreux sont les assureurs, notamment les mutuelles, à facturer la mensualisation : un de nos lecteurs, sociétaire à la Maif, se voit ainsi prélever 5,43 € de plus chaque mois. 

Commandez vos pièces détachées en ligne : économie annuelle de 40 €

Des sites spécialisés se chargent de vous procurer les consommables et les pièces détachées nécessaires à l’entretien ou à la réparation de votre voiture. Oscaro, Yacarouler et Mister-auto proposent environ 400 000 références. Par contre, ne comptez pas bénéficier d’un quelconque service de montage. Il faudra vous contenter des fiches conseils et autres tutoriels vidéo en ligne (au demeurant, fort pédagogiques) et de consultations de téléconseillers par téléphone (numéro non surtaxé pour Oscaro et Yacarouler, 0,34 €/mn pour Mister-auto). Du filtre à air ou du filtre d’habitacle à la courroie de distribution, vous pouvez obtenir de 25 à 60 % de remise sur les pièces, et vous n’avez pas à supporter le coût de la main-d’œuvre. Les frais de livraison restent raisonnables, de 5 à 11 € par commande. Par exemple, pour une vidange complète (à réaliser tous les 2 ans), en comptant l’huile, le filtre et les joints, vous économiserez 80 €. 

Achetez vos pneus sur internet : économie annuelle de 50 €

 L’usure des pneus affecte la sécurité de la voiture. Avec 50 % d’usure, vous perdez 20 % d’adhérence. Le code de la route sanctionne, d’ailleurs, la conduite avec des pneus usés (art. R. 314-1 ; amende de 4e classe à 135 €). Vérifier l’état des pneus ne prend que quelques secondes grâce aux témoins d’usure obligatoires. Si ces petites bosses de gomme affleurent la surface de la bande de roulement en contact avec l’asphalte (moins de 1,6 mm de profondeur), votre pneu est bon à changer. Dans ce cas, pensez aux sites internet spécialisés, comme Popgom, allopneus, 123pneus, pneus-online ou 1001pneus. À qualité égale, l’écart de prix entre un achat en ligne (frais de livraison et de montage compris) et un achat dans un garage atteint, en moyenne, 25 € par pneu. Si vous parcourez 20 000 km par an avec un véhicule diesel, vous réaliserez alors 200 € d’économies en 4 ans (sur la base du changement d’un train tous les 2 ans). Soit un pneu « gratuit » pour quatre remplacés.

Si vous n’êtes pas équipé pour effectuer le changement vous-même, faites monter le pneu par un professionnel. Dans un marché en crise, les garagistes, dont les ateliers sont désertés par les clients, ont compris qu’ils avaient tout intérêt à accepter un partenariat avec ces sites spécialisés. Ces derniers disposent aujourd’hui d’un réseau de plusieurs milliers d’ateliers de montage partenaires. Professionnels de l’automobile, garagistes classiques, centres rapides sans rendez-vous… acceptent de réceptionner, de monter et d’équilibrer les pneus neufs achetés sur internet, mais aussi de récupérer les anciens. Le tout à tarif négocié. Comptez de 15 à 20 € le montage par roue selon le type de jante (tôle ou alliage) et la taille du pneu ; ce qui correspond à une remise d’environ 35 % par rapport aux prix pratiqués dans un garage traditionnel. Depuis peu, à la manière des réparateurs de pare-brise, les sites spécialisés proposent les services de camionnettes-ateliers mobiles de montage, au domicile du client ou sur son lieu de travail. Pratique et pas plus cher ! Aidez-vous du comparateur de prix pneumatique-pas-cher.com, qui recense 14 sites et 3 600 centres de montage.

Toutefois, quelques précautions s’imposent lors de la commande d’un pneu. Il faut impérativement respecter les dimensions qui conviennent à votre véhicule ; sinon, les ­dispositifs de freinage antiblocage (ABS) ou de contrôle électronique de trajectoire (ESP) risquent d’être inopérants. Les dimensions figurent en plusieurs endroits : sur les pneus d’origine eux-mêmes, sur un autocollant apposé sous la serrure de la porte du conducteur et dans le carnet de bord fourni par le constructeur. À la commande, il est indispensable de respecter cinq critères  : largeur, hauteur, diamètre, indices de charge et de vitesse. Ceux-ci sont inscrits directement sur les pneus. 

Sachez, enfin, qu’il n’est pas nécessaire de remplacer les quatre pneus en même temps. Les roues motrices (le plus souvent, à l’avant) sont celles qui s’usent le plus vite. La seule obligation légale et sécuritaire est d’avoir deux pneus identiques sur le même essieu. Autrement dit, les deux pneus avant et les deux pneus arrière doivent être identiques, mais les paires arrière et avant peuvent être de modèles différents, dès lors qu’ils répondent aux cinq critères dimensionnels du constructeur. 

Faites vous-même les petites réparations : économie annuelle de 100 €

Vous êtes bricoleur et n’hésitez pas à mettre les mains dans le cambouis, toutefois vous rechignez à souiller le sol de votre garage d’huile de vidange ? Jetez donc un œil dans les annuaires des garages en libre-service (selfgarage.org ou garages-solidaires.fr). Le concept n’est pas nouveau, mais il a pris de l’ampleur ces dernières années, à la faveur de la crise. Une soixantaine d’ateliers sont accessibles en location au prix horaire de 12 à 16 €, en échange de quoi, ponts élévateurs, cuves à huile et outillage professionnel sont mis à votre disposition. Pièces et consommables sont vendus à des prix négociés. Vous gagnerez alors 100 € dans l’année en économisant sur la vidange et le remplacement des plaquettes de freins. De plus, vous pourrez échanger des conseils et des coups de main avec les autres apprentis mécanos. Une assistance technique (de 5 à 15 €, selon la durée ou la difficulté de la tâche) est toujours possible si vous vous êtes lancé dans une opération trop ambitieuse pour vous. De la banale vidange au remplacement d’un cardan en passant par le changement d’un silencieux d’échappement percé, tout est envisageable. Enfin, rien ne vous interdit de venir y monter les pièces que vous avez commandées, par ailleurs, sur un site internet spécialisé.

Préférez les centres auto et les réseaux à bas coût des constructeurs : économie annuelle de 35 €

Si vous jouez les mécaniciens pour l’entretien courant de votre véhicule, en revanche, pour les réparations des mécaniques modernes, il vous faudra de réelles compétences, ainsi que du matériel électronique inaccessible aux non-professionnels. Vous devrez, par exemple, recourir aux services de l’atelier de succursale du constructeur, vitrine officielle de la marque, en lien direct avec l’usine. Ces professionnels sont les plus chers, mais aussi les plus qualifiés. Les concessionnaires sont un peu meilleur marché. Leurs garages ont signé un contrat exclusif avec une marque pour assurer la vente, l’entretien et la réparation de ses modèles. Ils disposent de tout l’équipement (imposé par la marque) et forment régulièrement leurs mécaniciens. C’est le canal le plus fréquenté par les automobilistes (53 %). 

Viennent ensuite les agents, petits garages qui affichent le panneau d’une ou deux marques. La formation technique de leurs employés leur coûte cher et les prive souvent de leur unique chef d’atelier, ce qui rallonge les délais d’intervention, mais leurs tarifs sont moins élevés. S’adresser à un mécanicien indépendant est encore moins onéreux. Multimarque par définition, celui-ci n’arbore aucun panneau de constructeur. En revanche, il est souvent affilié à un réseau (AD, Autofit, etc.) pour bénéficier de sa centrale d’achat.

Tout en bas de l’échelle des prix se trouvent les centres auto. Norauto, Midas, Speedy, Point S, Feu vert, Maxauto, Roady, etc., sont connus pour leurs forfaits d’entretien et pour accueillir leurs clients sans rendez-vous, mais ils le sont moins pour leurs compétences en matière de réparation. La plupart sont pourtant équipés de tous les appareils électroniques nécessaires au diagnostic et ont, désormais, accès aux bulletins techniques des constructeurs. Au grand dam de ces derniers, leurs interventions permettent, en outre, de conserver la garantie du constructeur. Leur fréquentation est grandissante, motivée par des tarifs avantageux. Selon une étude de l’UFC-Que Choisir réalisée en octobre 2012 sur la base de 1 440 demandes de devis, la révision des 30 000 km d’une Peugeot 207 ou d’une Renault Clio y coûte 30 % de moins que chez un concessionnaire officiel : 160 €, contre 210 €. Par exemple, pour une révision incluant le changement des balais d’essuie-glace et du filtre à pollens (à réaliser tous les 2 ans), le client peut économiser 70 €. 

Pour concurrencer ces centres auto, les constructeurs ouvrent maintenant leurs propres réseaux d’ateliers à bas coût multimarques : Eurorepar appartient à Citroën ; Motrio, à Renault ; Motorcraft, à Ford, par exemple. Ces garages offrent un rapport qualité/prix très attrayant. Enfin, si vous possédez une résidence secondaire en province, prévoyez d’effectuer la révision sur place. En Auvergne ou en Bretagne, le prix de l’heure de main-d’œuvre varie entre 55 et 60 €, contre 72 € en Provence-Alpes-Côte d’Azur et jusqu’à 77 € en Île-de-France, selon l’étude de l’UFC-Que Choisir. Pour une grosse révision, très chronophage, votre facture dégonflera vite. 

Louez votre voiture à des particuliers : économie annuelle de 2400 €

En France, 7 millions de véhicules roulent moins de deux fois par semaine, et une voiture passe, en moyenne, 85 % du temps au garage. Des sites internet comme citizencar.com ou deways.com proposent, sur abonnement, de louer votre véhicule à des particuliers, à l’heure, à la journée ou pour un week-end. Un moyen idéal pour amortir le coût d’achat de votre voiture. Attention, si CitizenCar accepte tous les types de véhicules, Deways refuse les modèles de plus de 10 ans ou d’une valeur supérieure à 30 000 €. Selon les sites, soit vous fixez vous-même le montant de la location, soit une grille tarifaire vous donne un prix indicatif. Si vous êtes propriétaire d’un Renault Espace récent, vous pourrez le louer 70 € la journée par l’intermédiaire de Deways, par exemple. Il faudra déduire environ 15 % de frais, prélevés par le site. Vous pouvez donc facilement obtenir un revenu complémentaire de 200 à 500 € parmois (soit de 2 400 à 6 000 € par an). 

Sachez, cependant, que si vous demandez un tarif supérieur au barème fiscal kilométrique de l’administration, vous devrez déclarer ces revenus au régime du micro-BIC. Ces sites présentent l’avantage d’intégrer automatiquement une assurance tous risques avec assistance zéro kilomètre. En cas de dommages, l’emprunteur du véhicule devra payer une franchise d’un montant élevé : 800 € pour Deways et jusqu’à 1 400 € si le locataire a son permis depuis moins de 4 ans  ; de 400 à 1 200 €, selon la puissance fiscale du véhicule, pour CitizenCar. Mais le bonus-malus de l’assurance auto du propriétaire ne sera pas touché. 

Partagez vos frais grâce au covoiturage : économie annuelle de 1600 €

Si vous circulez souvent seul en voiture, pensez au covoiturage : vous prenez dans votre véhicule des personnes qui empruntent le même itinéraire que vous, en échange d’une participation aux frais. Pour trouver des passagers, inscrivez-vous sur blablacar.fr (ex-covoiturage.fr). Ce site compte plus de 2,5 millions d’inscrits. Les prix sont librement fixés par le conducteur et le site prélève 0,60 € + 7 % du tarif. Sur un trajet Clermont-Ferrand-Bordeaux, la fourchette de prix sur blablacar.fr varie entre 20 et 24 €. Pour le conducteur, le coût d’un tel trajet revient à environ 70 €, en incluant les péages et le carburant (source : viamichelin.fr). Entre Nantes et Caen, le covoiturage est proposé entre 14 et 20 €, pour un coût maximal de 34 € pour le conducteur. Ce dernier rentre donc rapidement dans ses frais. Avec deux passagers transportés sur un trajet à 20 € au cours de 40 week-ends dans l’année, vous pouvez gagner 1 600 €. Ne soyez pas trop gourmand : la règle en matière de covoiturage veut que les conducteurs ne fassent pas de bénéfice. Si vous exigez un montant supérieur à la somme de vos frais d’essence et de péages, le service est alors considéré comme du travail dissimulé, la prestation de transport nécessitant une licence. Un abus passible de 3 ans de prison et 45 000 € d’amende (art. L. 8224-1 du code du travail).

Michel Ebran et Pascal Frasnetti

 


Mots-clés :

ASSURANCE , AUTOMOBILE , CARBURANT , ENTRETIEN , INTERNET , PIECE DETACHEE , REPARATION




Outils pratiques :

Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier