Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Argent > Placements immobiliers > Pour vos liquidités profitez du nouveau plafond du Livret A

Pour vos liquidités profitez du nouveau plafond du Livret A

Janvier 2013
Le Particulier n° 1080, article complet.
Auteurs : FERRON (Aurélien), LEROUX (Eric), VALIN-STEIN (Valérie)

Difficile de dénicher un placement attractif pour rémunérer ses liquidités. Il faut dire que leur rendement est tributaire des taux d’intérêts à court terme, actuellement au plus bas. L’indicateur de référence, l’Euribor 3 mois, est ainsi passé sous la barre de 0,2 % depuis octobre, un niveau 5 à 10 fois inférieur à la normale. Cela s’explique par la morne conjoncture économique.

Pour permettre aux entreprises de se financer à bon compte et ainsi soutenir l’économie, la Banque centrale européenne (BCE) a ramené, le 5 juillet dernier, à 0,75 % son principal taux directeur et a injecté des liquidités dans le circuit économique. Aucun rebond n’étant envisageable dans les mois à venir, cette politique monétaire agressive, tirant vers le bas l’ensemble des taux courts, devrait perdurer tout au long de l’année 2013.

Les livrets réglementés, nets d’impôts et de prélèvements sociaux, dont la rémunération dépend de l’inflation, restent donc les solutions à privilégier pour votre épargne de précaution. La souscription de livrets bancaires non réglementés (les meilleurs d’entre eux rapportent 2 % brut par an, hors promotions, voir Produits bancaires : la vraie rentabilité des superlivrets et comptes à terme) et de comptes à terme peut ensuite être envisagée.

Mais ces produits subissent de plein fouet l’alourdissement de la fiscalité : sauf exception (voir Projet de loi de finances pour 2013 : la nouvelle fiscalité des revenus de placement), les intérêts qu’ils rapportent sont désormais soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux de 15,50 %. Par ailleurs, les sicav monétaires, que de nombreux salariés détiennent dans le cadre de leur épargne salariale, devraient continuer à servir des rendements extrêmement faibles, comme c’est déjà le cas actuellement (0,57 %, en moyenne, depuis le début de l’année, avant impôts). 

Livrets réglementés

Risque : nul

Durée d’investissement : plus de 15 jours

Rendement en 2012 : de 2,25 % net (Livret A, Livret de développement durable – LDD) à 2,75 % net (Livret d’épargne populaire – LEP) 

Les effets de la hausse des plafonds du Livret A et du L28DD, le 1er octobre 2012, ne se sont pas fait attendre. Les Français y ont placé 21 milliards d’euros, sur ce seul mois, davantage que lors des neuf précédents. Il est vrai que leurs atouts sont nombreux : sûrs, simples, sans frais, et rémunérés à 2,25 % net depuis le 1er août 2011. Difficile de trouver mieux pour faire fructifier ses liquidités. Pour les contribuables à revenus modestes, le LEP rapporte même 0,5 point de plus que le Livret A.

Fiscalité : les intérêts sont exonérés de tout prélèvement.

Notre conseil : n’hésitez pas à profiter des nouveaux plafonds (voir Rendement des principaux produits d’épargne réglementés). Attention, les intérêts acquis sont compris dans le plafond. Il n’est cependant pas exclu que le taux de rémunération du Livret A baisse en 2013, si l’inflation hors tabac se maintient en deçà de 1,8 %, comme c’est le cas depuis septembre. En attendant une éventuelle réforme, son rendement ne peut être inférieur à l’inflation, majorée de 0,25 point. 

Plan épargne logement

Risque : nul

Durée d’investissement : plus de 2 ans

Rendement en 2012 : 2,11 % net

Presque aussi rentable que le Livret A, mais avec un plafond de versement trois fois plus élevé (61 200 €), le PEL est un excellent complément aux livrets réglementés. La rémunération des PEL ouverts en 2013 n’est pas encore connue à l’heure où nous finalisons ce dossier (son taux est calculé fin décembre par la Banque de France pour les PEL ouverts dans l’année), mais elle devrait rester à 2,50 % brut (2,11 % net de prélèvements sociaux). Et ce taux d’origine est garanti sur la durée de vie du PEL. Il faut verser un minimum de 225 € à la souscription, puis 540 € chaque année.

Seuls bémols : pour les PEL ouverts depuis le 12 décembre 2002, la prime d’État (1 525 € au maximum) n’est plus versée automatiquement, mais seulement en cas de prêt immobilier. Et mieux vaut conserver ces PEL au moins 2 ans, sinon les intérêts sont recalculés sur la base du taux du Compte épargne logement (CEL, 1,27 % net de prélèvements sociaux). Un retrait partiel avant la 4e année est moins pénalisant, seuls les droits à prêt et la prime d’État étant partiellement perdus.

Fiscalité : les intérêts des PEL ouverts depuis le 1er mars 2011 sont soumis, chaque année, aux prélèvements sociaux de 15,5 % et, au-delà de la douzième année, à l’impôt sur le revenu.

Notre conseil : si le taux du Livret A baisse en 2013, le PEL pourrait devenir le placement réglementé le plus rentable après le LEP. En cas de remontée des taux des prêts immobiliers, les conditions d’emprunt associées (4,20 %, hors assurance, et prime d’État) pourraient aussi s’avérer attractives. Attention, tout de même, à le conserver 2 ans. 

 

 


Mots-clés :

NO INDEX




Outils pratiques :

 

Bannière Choix patrimoniaux

bannier la lettre des placements

Forum bannière

Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Simulateur Assurance vie 300*250

Bannière e-Particulier