Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Travaux > Le circuit de chauffage : un gros poste à surveiller

Le circuit de chauffage : un gros poste à surveiller

Décembre 2012
Le Particulier Pratique n° 385, article complet.
Auteur : COUNE (Isabelle)

- Révision de la chaudière et ramonage tous les ans - Purge des radiateurs à l’automne - Vidange de la cuve à fioul tous les 10 à 15 ans

Révision de la chaudière et ramonage tous les ans

La vérification annuelle de votre chaudière par un professionnel est une obligation légale (décret du 9.6.09). Un entretien régulier de la chaudière permet de réaliser de 8 à 12 % d’économies de combustible, augmente sa durée de vie, divise par cinq le risque de panne et protège l’environnement en diminuant les émissions de CO2 de l’appareil. Il consiste à en vérifier le fonctionnement et, le cas échéant, à la nettoyer et à la régler. Son rendement et ses émissions de polluants atmosphériques doivent être mesurés. Lors de sa visite, le technicien pourra également vous conseiller afin que vous utilisiez au mieux votre équipement. 

Un ou deux ramonages par an selon les cas. Faire ramoner les conduits de fumée est aussi une obligation légale. Des dépôts sont susceptibles de prendre feu ou de freiner le tirage, ce qui peut dégager du monoxyde de carbone. Le règlement sanitaire départemental prévoit deux ramonages par an, mais les conduits qui ne desservent que des appareils à gaz, moins salissants, peuvent n’être nettoyés qu’une fois. Cette opération est également l’occasion de détecter les anomalies et de vérifier la conformité de l’installation. Les goudrons qui se déposent sur les parois des conduits sont corrosifs et peuvent, à terme, les détériorer. N’utilisez pas de bûches ramoneuses : elles sont inefficaces, et leur action chimique risque de causer des dommages aux appareils ou aux conduits. Il faut faire appel à un professionnel.

Passer le hérisson est indispensable. Le ramonage consiste à nettoyer le conduit en passant un hérisson de haut en bas pour gratter la suie, le plâtre qui se détache, les morceaux de boisseau abîmés (voir LPP n° 341). Il sert aussi à s’assurer que le conduit n’est pas obstrué par des oiseaux, asphyxiés par les fumées, ni par un nid de guêpes. Dans le cas d’installation au gaz, le ramoneur peut vérifier avec un briquet si la flamme est aspirée et contrôler la qualité du tirage, à l’aide d’un petit fumigène, pour voir si la fumée s’évacue bien. D’une manière générale, un test d’étanchéité est pratiqué de temps en temps, tous les 3 ans si le conduit est tubé ou chemisé. Il s’effectue au moyen de cartouches de gaz coloré ou d’un générateur de fumée, après avoir mis le conduit sous pression. L’inspection peut aussi être réalisée avec une caméra. À l’issue du ramonage, un certificat attestant la vacuité du conduit doit vous être remis. Votre assureur est en droit de vous le réclamer.

Purge des radiateurs à l’automne

Vous devez contrôler vos radiateurs. Si leur partie haute est froide, cela signifie qu’une poche d’air s’est formée. La purge consiste à éliminer l’air du circuit de chauffage. En général, purger les appareils une fois par an, au moment de leur remise en service, suffit. La présence d’air se traduit également par une baisse de pression au manomètre. Dans ce cas, arrêtez la chaudière, puis ajoutez de l’eau dans le circuit afin de faire remonter la pression. Attendez que les radiateurs refroidissent, pour ne pas vous brûler, et purgez-les en commençant par le plus haut et le plus éloigné de la chaudière. Placez un récipient sous le purgeur et ouvrez la buse avec une clé à pan. Refermez dès que les premières gouttes d’eau s’écoulent. Vous pouvez ensuite purger le circulateur, placé à la sortie de la chaudière, sur la colonne montante, en dévissant la vis centrale, puis contrôler de nouveau la pression dans le circuit avant de remettre la chaudière en marche.

Un désembouage de temps à autre. Si l’eau circule mal dans le circuit après la purge, c’est qu’il est peut-être obstrué par des boues (corrosion, tartre). Celles-ci se forment par réaction chimique. Il existe différentes méthodes pour nettoyer un circuit de chauffage (mécaniques, chimiques). Des liquides de désembouage, maintenant disponibles pour le grand public, mettent les boues en suspension afin qu’elles puissent être éliminées lors de la vidange. Si l’installation est très embouée, le traitement peut prendre plusieurs jours. Une fois que le circuit est propre, y ajouter un inhibiteur de corrosion permet de prévenir l’apparition de nouvelles boues.

Vidange de la cuve à fioul tous les 10 à 15 ans

Qu’elle soit enterrée ou non, la cuve à fioul doit être récurée tous les 10 à 15 ans pour enlever les dépôts et les boues qui s’y sont accumulés. Si votre chaudière a des difficultés à redémarrer ou si le brûleur se met en sécurité, cela peut signifier qu’il est temps de nettoyer la cuve. Cette opération se déroule en plusieurs étapes : dégazage par aspiration ; pompage du fioul noble, puis des boues ; curage de la cuve, qui sera ensuite remplie avec le fioul propre, qui a été mis de côté. Cette vidange est l’occasion de démonter le trou d’homme (la plaque boulonnée sur le dessus de la cuve) pour achever le nettoyage et vérifier visuellement l’état de l’acier. L’entreprise qui s’est chargée du désembouage achemine les boues vers un centre de traitement agréé. Elle doit vous fournir un bordereau de suivi des déchets.

 


Mots-clés :

NO INDEX




Outils pratiques :
Indices & chiffres

Bannière Choix patrimoniaux

Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier