Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Assurances > Assurance : assurez-vous pour mieux profiter des sports d'hiver

Assurance : assurez-vous pour mieux profiter des sports d'hiver

Assurance : assurez-vous pour mieux profiter des sports d'hiver
Décembre 2012
Le Particulier n° 1079, article complet.
Auteur : FRASNETTI (Pascal)

Avant votre séjour de ski à la montagne, assurez-vous d’être bien protégé. En effet, en cas d’accident, le coût des frais de secours n’est pas pris en charge par la Sécurité sociale. Pour passer des vacances en toute sérénité, mieux vaut souvent souscrire un contrat d’assurance spécifique.

En 2011, 7,7 millions de personnes ont pratiqué le ski dans les stations françaises de sports d’hiver. Si le ski de piste n’est pas considéré comme un sport à risque, environ 140 000 blessures sont toutefois à déplorer chaque année, selon l’Association des médecins de montagne (MDEM). « Et la pathologie des accidents est de plus en plus lourde, notamment depuis l’apparition de nouvelles disciplines comme le surf, précise Nicolas Gusdorf, président du Syndicat national des sociétés d’assistance. D’autant qu’entre 20 à 30 % des pratiquants veulent s’affranchir des règles de prudence en skiant en hors-piste », poursuit-il.
Sécurité sociale et mutuelles couvrent la plupart des soins médicaux. Une protection suffisante si vous vous faites une entorse du genou (30 % des blessures en ski) en bas des pistes et ralliez le cabinet médical par vos propres moyens. Mais si vous vous blessez gravement en haut des pistes, la note peut être salée en raison des moyens déployés (équipes de recherche, acheminement en traîneau ou hélicoptère vers la station ou l’hôpital le plus proche…).
Depuis la loi du 27 février 2002 (n° 2002-276), les communes fixent le coût d’intervention des secours et peuvent exiger une participation aux frais engagés. Et ceux-ci ne sont pris en charge ni par la Sécurité sociale ni par les mutuelles. « Le sauvetage le plus cher que nous ayons connu a coûté 25 000 € : une équipe de pisteurs a d’abord cherché à localiser le skieur pendant toute une nuit, avant que nous envoyions un hélicoptère pour le récupérer », évoque Yannick Amet, directeur de Diot Montagne Assurances. Le recours à cet engin est devenu courant en cas de fracture. « Pour une intervention par hélicoptère, il faut compter 400 € pour la mise en route et 50 € par minute de vol », renchérit Yannick Amet. Vingt minutes d’assistance coûtent près de 1 500 € ; mieux vaut donc être bien assuré !

Vos assurances classiques couvrent déjà certains risques

Les contrats que vous avez déjà souscrits peuvent couvrir des risques spécifiques. Votre assurance multirisque habitation (MRH) comporte ainsi une garantie responsabilité civile, indispensable si vous blessez quelqu’un ou provoquez des dommages. D’autant qu’elle assure toute la famille (conjoint et enfants en règle générale). Vérifiez toutefois le plafond de couverture offert. Attention, la plupart des contrats refusent de vous assurer si vous provoquez un accident en pratiquant le hors-piste. Et vous n’êtes pas non plus couvert si vous vous blessez tout seul.
À l’inverse, si vous avez une garantie accidents de la vie (GAV), vos frais de recherche ou de secours sont pris en charge (plafonnés à 8 000 € par exemple, avec le contrat Garantie Accident de la Macif). Mais attention, là encore, la pratique du hors-piste est rarement incluse. L’avantage de ces offres réside dans le fait qu’elles garantissent également le rapatriement médical et couvrent les frais d’hospitalisation non remboursés par la Sécurité sociale, notamment en cas de soins de longue durée. Votre assurance automobile peut également rembourser vos frais de rapatriement. Enfin, si vos enfants se blessent, le coût des recherches, des secours et du rapatriement peut être indemnisé via leur assurance scolaire.

Vous êtes assuré si vous possédez une carte de paiement haut de gamme

Les cartes de paiement haut de gamme offrent, pour leur part, des prestations plus complètes pour l’ensemble de la famille (voir l'encadré du n° 1051 du Particulier, "Etendue des prestations d'assurance des cartes dorées"). Pour les cartes Gold Mastercard ou Premier Visa (environ 130 €/an), les frais de recherche, de secours et de transport en cas de blessure sont pris en charge à hauteur de leur montant réel (sans plafond) et les frais médicaux sont remboursés jusqu’à 2 300 € (après déduction des indemnités versées par les organismes d’assurance maladie ou de prévoyance). En outre, si vous blessez quelqu’un, ces cartes proposent une garantie responsabilité civile au montant élevé (310 000 € avec la Premium Visa et jusqu’à 1 million d’euros avec la Gold Mastercard). Et si vous cassez vos skis ou vos chaussures, vos frais de location de matériel sont remboursés pendant une durée maximale de 8 jours. Dernier avantage de taille : la prise en charge est valable à l’étranger.
Ces garanties offrent un niveau de protection satisfaisant pour la pratique du ski. Cependant, pour être couvert par les assurances de votre carte bancaire, il faudra s’être déjà acquitté d’une partie des factures de votre séjour aux sports d’hiver : « soit les titres de transport, soit les forfaits de remontée mécanique, soit la location du matériel ou les cours de ski », précise Emmanuel Robert, responsable des offres produits chez Visa Europe France.

Des prestations plus complètes avec les contrats d’assurance neige

Pour bénéficier d’un haut niveau de protection, vous pouvez souscrire un contrat d’assurance neige spécifique. Celui-ci vous protégera sur ou hors des pistes. En outre, il intègre à la fois des assurances complètes et un service d’assistance. Pour les premières, vous devrez souvent avancer les frais de soins et vous faire rembourser ensuite en présentant vos factures. À l’inverse, le service d’assistance permet d’éviter cette avance, notamment en cas de recours à l’hélicoptère ou de rapatriement par ambulance. Avant de partir en vacances, vous pouvez souscrire  l’un de ces contrats auprès de votre banque ou assureur (Axa, GMF…), d’un courtier (Assurski d’Assurmix ou Snow Cool d’Ava) ou d’un assisteur (Evasio Sports et Loisirs d’Europ Assistance, Assurance Vacances Montagne de Mondial Assistance). Vous pouvez aussi vous assurer sur place, auprès d’un club de ski (licence Carte Neige de la Fédération française de ski – FFS), ou lors de l’achat de votre forfait de remontée mécanique (Carré Neige ou contrat local, négocié par les stations avec un assureur).

Frais de recherche, de transport et de secours doivent être remboursés au réel

Avant de souscrire un contrat neige, vérifiez quelles activités sont couvertes. Les accidents subis en pratiquant la luge, le patinage ou le bobsleigh ne sont pas toujours garantis (voir Bien choisir son contrat). De même, seuls quelques contrats assurent l’alpinisme en hiver, et à condition d’être accompagné d’un guide (Formule Glisse d’Axa, par exemple). Le ski extrême (pente supérieure à 50 %), considéré comme un sport à risque, nécessite une assurance spécifique, à souscrire auprès de la Fédération française de ski (ffs.fr). 

Surveillez aussi les plafonds de prise en charge des frais liés à l’accident, depuis la recherche jusqu’au rapatriement à l’hôpital ou au domicile. Vérifiez s’ils sont suffisants. Certains contrats proposent la prise en charge des frais sans plafond en cas d’accident sur les pistes balisées, mais une prise en charge plafonnée en cas d’accident hors-pistes. À l’inverse, l’Assistance Neige de GMF ou le Carré Neige de Diot Montagne, notamment, les couvrent sans limitation de montant.
Tenez compte également du remboursement des frais médicaux. Bien souvent, l’assurance ne couvre que ceux occasionnés à l’étranger. Pourtant, « la Sécurité sociale et la mutuelle ne remboursent pas tous les frais, si vous êtes accidentés en France. C’est le cas de ceux relatifs à la pose d’attelles, par exemple », explique Yannick Amet. Les meilleurs contrats proposent, en revanche, un forfait supplémentaire pour les frais médicaux acquittés en France (voir Bien choisir son contrat). Si vous skiez à l’étranger, sachez que le remboursement des frais médicaux au réel est rare. De plus, le choix des contrats offrant une couverture hors Union européenne est limité.

Si l’accident entraîne une invalidité, voire conduit au décès, ces contrats, à l’exception de Carré Neige, prévoient parfois le versement d’un capital. Cependant, les montants sont plutôt faibles. Avec la licence Carte Neige de la FFS, le capital versé sera de 10 000 € en cas d’invalidité permanente et de 5 000 € en cas de décès. Pour prévoir un capital plus élevé, il faut souscrire l’option Élite (220 € par an). Le plafond passe alors à 300 000 € en cas d’invalidité, et à 100 000 € en cas de décès.

Skis cassés ou forfaits inutilisés peuvent être indemnisés

En outre, la plupart des contrats d’assurance neige proposent le remplacement du matériel en cas d’accident (location de nouveaux skis pendant une durée de 8 jours) et le remboursement des forfaits de remontées mécaniques non utilisés ou des cours de ski non pris. Parfois, ils permettent la mise à disposition d’un chauffeur pour ramener la famille à la maison, si l’accidenté est le seul conducteur. De rares contrats permettent même le remboursement d’une partie du séjour interrompu.
Afin de choisir la formule la plus adaptée, faites vos comptes avant de partir. Pour un court séjour, le Carré Neige ou le contrat Assur’Glisse sont proposés à la journée (moins de 3 € par jour et par personne). À la semaine, le contrat Assistance Neige de GMF est le moins cher (18 € par personne). Si vous passez plus d’une semaine par an aux sports d’hiver, tournez-vous plutôt vers un contrat annuel. La plupart coûtent à peine deux fois le prix du forfait hebdomadaire. Autre avantage : vous pouvez profiter d’un tarif familial, souvent très avantageux. Et si vous partez en groupe, certains assureurs proposent un tarif dégressif : Axa offre ainsi 10 % de réduction par rapport au prix de base à compter de 10 personnes couvertes. À la GMF, les tarifs sont dégressifs à partir de 20 personnes. Comptez alors 15 € par personne pour l’assurance d’un séjour d’une semaine. À noter que ces contrats peuvent être souscrits dans les réseaux des agents, y compris si vous n’êtes pas client de l’assureur.

Pascal Frasnetti


Mots-clés :

ASSURANCE , ASSURANCE MULTIRISQUE HABITATION , ASSURANCE SCOLAIRE , GARANTIE DES ACCIDENTS DE LA VIE , GAV , SKI , SPORT D'HIVER




Outils pratiques :

Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier