Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Travaux > Faire faire cloisonner un espace : une pièce supplémentaire

Faire faire cloisonner un espace : une pièce supplémentaire

Faire faire cloisonner un espace : une pièce supplémentaire
Novembre 2012
Le Particulier Pratique n° 384, article complet.
Auteur : MARTIN (Claire)

Créer une pièce supplémentaire pour en faire un espace à soi, une chambre d’amis ou pour redistribuer les volumes dans la maison implique l’installation de cloisons. On appelle cloisons distributives celles qui séparent les différentes pièces d’un logement et cloisons séparatives celles qui délimitent deux appartements d’un immeuble. Avant de choisir le matériau et la mise en œuvre, réfléchissez bien à l’usage auquel vous destinez cette nouvelle pièce : par exemple, il sera nécessaire de prévoir une isolation thermique si la cloison jouxte une salle non chauffée ou d’étudier la circulation de la lumière si la pièce est borgne. Il faudra également prendre en compte la capacité du sol à supporter le poids de la cloison.

Cloisons humides ou sèches, tout dépend du sol

Les cloisons en carreaux de plâtre, en béton cellulaire ou en briques plâtrières assemblées avec un mortier-colle, un mortier de ciment ou du plâtre constituent les cloisons humides, dites aussi maçonnées ou hourdées. Les cloisons sèches regroupent, quant à elles, les plaques de plâtre, les panneaux alvéolaires et le Fermacell. La technique humide convient lorsque la cloison est installée au rez-de-chaussée, car le poids moyen des différents matériaux oscille entre 50 et 105 kg/m2, à l’exception du béton cellulaire, plus léger. Du fait de la rigidité des matériaux, elle est adaptée aux sols en carrelage ou reposant sur une chape en béton. À l’étage, sur un plancher parqueté, mieux vaut privilégier des cloisons sèches, plus légères : elles évitent de créer des désordres dans la résistance du sol et limitent la charge supplémentaire sur les cloisons et les murs du dessous.

Les carreaux de plâtre gardent leurs atouts

Composé de gypse et d’eau, le carreau de plâtre offre des performances thermiques et mécaniques élevées. De dimensions standard (66 x 50 cm), il existe en différentes épaisseurs (5, 6, 7 ou 10 cm), en fonction desquelles son poids varie – 70 kg/m2 en 7 cm d’épaisseur, par exemple, sachant que trois carreaux sont nécessaires pour couvrir 1 m2. Les carreaux de plâtre haute dureté, de couleur ocre, sont destinés aux cloisons susceptibles de subir des chocs. Les carreaux alvéolés, plus légers (54 kg/m2), conviennent à la pose sur parquet, à l’étage. Dans une pièce humide, comme une salle de bains, optez, de préférence, pour des carreaux hydrofuges, reconnaissables à leur couleur bleue (Caroplatre Hydro 7 de Placo). Par mesure de précaution, même si la pièce n’est pas humide, demandez au maçon d’utiliser des carreaux hydrofuges pour la première rangée. Cela arrêtera les remontées d’humidité dans la cloison dues, par exemple, à un dégât des eaux. Enfin, les objets lourds (30 kg et plus) doivent être fixés sur la paroi au moyen de chevilles à écartement. Bien que tous les carreaux de plâtre s’imbriquent les uns dans les autres par un système de rainurage à tenons et mortaises, il est recommandé de les faire poser par un maçon et de confier la finition à un plâtrier.

Les carreaux de terre cuite supplantent la brique plâtrière

Les briques plâtrières traditionnelles, en terre cuite et assemblées au plâtre, séduisent les personnes sensibles à la qualité des matériaux de construction. Elles présentent, en effet, des performances intéressantes : inertie thermique, absence de composés organiques volatils (COV), incombustibilité, bonne résistance aux chocs, possibilité d’accrochage d’objets lourds. Mais leur emploi en rénovation est contraignant. Du fait de l’utilisation du plâtre, de la nécessité de creuser une saignée dans les deux murs d’appui de la cloison pour y insérer les briques au fur et à mesure de la montée, de pratiquer un rainurage dans la terre cuite pour le passage des gaines électriques, le chantier sera salissant. De plus, comme pour les carreaux de plâtre, le maçon doit vérifier constamment le parfait alignement des briques et la verticalité de la cloison.
Afin d’exploiter les nombreux atouts de la terre cuite et de remédier à ses inconvénients – le temps de prise, puis de séchage du plâtre, notamment –, les fabricants proposent des carreaux de terre cuite, de mêmes dimensions que les carreaux de plâtre (66 x 50 cm), qui s’assemblent par un liant colle et s’ajustent par des clavettes en plastique s’insérant dans les rainures des carreaux (Carrobric d’Imerys). Encore plus rapide à poser, le système Cloison Intuitys d’Imerys se compose d’une structure métallique standard de 36 mm d’épaisseur soutenue par des montants espacés de 60 cm et recouverte de plaques de parement lisses en terre cuite (660 x 504 x 30 mm) maintenues par des clips sur les deux faces de l’ossature. Une isolation thermique ou phonique peut être ajoutée entre les deux parements. Un enduit mince est utilisé pour la finition.

Le béton cellulaire plébiscité pour ses propriétés isolantes

Deux fois moins lourd que le carreau de plâtre, celui en béton cellulaire est de plus en plus utilisé. Grâce à sa légèreté, à sa maniabilité et à sa facilité de découpe, il est commode à travailler. Étant composé de sable, de ciment, de chaux, de poudre d’aluminium (0,05 %) et de gypse, il ne pollue pas, et sa fabrication nécessite peu d’énergie. Incombustible, il joue le rôle de coupe-feu. Doté d’un très fort pouvoir isolant et de bonnes propriétés phoniques, il s’impose dans la construction bâtiment basse consommation (BBC). Il existe des carreaux de différentes épaisseurs, entre 5 et 20 cm suivant les tailles (60 x 25 cm, 60 x 60 cm…). Certains, comme Le Courbe de la gamme Caropro d’Ytong, ajoutent une touche décorative à la pièce. Leur mise en place est simple : ils sont jointoyés avec un mortier-colle spécial.

Les plaques de plâtre, à doubler de laine minérale

La légèreté des plaques de plâtre (à partir de 20 kg/m2) et la propreté du chantier en font un produit couramment utilisé en étage. Elles présentent, cependant, l’inconvénient d’être peu maniables, car de grandes dimensions : 2,50 m de haut, pour 1,20 ou 0,60 m de large. Les plaques BA 13 (ce qui signifie à bords arrondis et de 13 mm d’épaisseur) sont fixées par des vis autoperceuses sur les deux faces d’une armature métallique vissée au sol, au plafond et contre les parois. Les profilés, de 48 mm d’épaisseur, destinés à accueillir les gaines électriques sont déjà perforés, ce qui fait gagner beaucoup de temps à l’artisan. Sachez qu’une cloison “72/48” présente une épaisseur totale de 72 mm, ce qui correspond à une structure de 48 mm plus deux plaques BA 13. C’est le produit le plus courant (Placostil de Placo, Métal KS 13 de Knauf, Prégymétal de Siniat (ex-Lafarge Plâtres).
Les plaques conçues pour l’isolation phonique (Placo phonique de Placo, par exemple) ont une structure de gypse permettant un affaiblissement acoustique de l’ordre de 3 dB par rapport à une plaque BA 13. Mais quel que soit le type de plaque, il faut insérer de la laine minérale dans le vide séparant les deux panneaux de plâtre afin d’améliorer les performances phoniques (et thermiques) de la cloison. On obtient ainsi un indice d’affaiblissement (Rw) de 42 dB, au lieu de 34 dB en BA 13 ou de 37 dB en plaque phonique ; ces indices restant plus faibles que celui du béton cellulaire (47 dB). La finition se fait par application de bandes de calicot et d’enduit à la jonction des plaques. Une couche d’impression spéciale doit être appliquée avant la mise en peinture ou la pose du papier peint.

Un cœur alvéolaire pour plus de performances

Les panneaux alvéolaires sont constitués de deux plaques de plâtre enserrant du carton alvéolé (Placopan de Placo, Polycloison GP 50 de Knauf, Prégyfaylite D 50 de Siniat). D’une épaisseur de 50 à 60 mm, ils sont donc plus fins que les meilleures plaques avec isolant, tout en offrant une qualité thermique et phonique identique. De mêmes dimensions que ces plaques (0,60 ou 1,20 m de large, pour 2,50 m de haut), ils sont plus légers (de 17 à 18 kg/m2). Leur pose est simple. Les panneaux s’emboîtent dans des rails en bois fixés au sol, au plafond et contre les parois. Ils sont solidarisés entre eux par des clavettes en bois glissées dans l’épaisseur, et les gaines électriques sont insérées pendant le montage. Le seul point faible : leur résistance mécanique est inférieure à celle d’une plaque de plâtre ; attention, donc, aux chocs et à l’accrochage d’objets lourds !

Le panneau Fermacell joue la carte écologique

Il s’agit d’une plaque composée de plâtre armé de fibres de cellulose : du gypse, du papier recyclé et de l’eau, comprimés pour lui donner sa rigidité. Elle est très résistante aux chocs, mais assez lourde (30 kg/m2). Le panneau Fermacell, qui a obtenu les labels allemands IBR (Institut für Baubiologie) et eco-Institut de Cologne, connaît un succès mérité. En effet, lorsqu’il est renforcé par un isolant, ses performances thermiques et acoustiques sont du même ordre que celles des meilleures plaques de plâtre avec leur isolant, l’argument écologique en plus : la Greenline de Xella est enduite d’un revêtement à base de kératine qui permet de neutraliser des polluants, tels que le formaldéhyde.

Un peu de transparence

Si l’endroit où vous souhaitez monter une cloison n’a pas de fenêtre, il peut être intéressant de prévoir une ouverture située à environ 1 m du sol. Des carreaux de verre seront intégrés dans un châssis métallique garni de montants espacés de 25 à 30 cm. La lumière de la pièce voisine entrera, et vous aurez ainsi la sensation d’avoir gagné de l’espace. De plus, la charge sur le sol sera réduite, le poids du châssis et des carreaux étant inférieur à celui des panneaux.

Claire Martin


Mots-clés :

MATERIAU DE CONSTRUCTION , TRAVAUX




Outils pratiques :
Indices & chiffres

Bannière Choix patrimoniaux

Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier