Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Prêts à la consommation : vous avez souscrit trop de crédits ? Regroupez-les

Prêts à la consommation : vous avez souscrit trop de crédits ? Regroupez-les

Prêts à la consommation : vous avez souscrit trop de crédits ? Regroupez-les
Novembre 2012
Le Particulier n° 1078, article complet.
Auteur : PELLEFIGUE (Marie)

Vous remboursez chaque mois plusieurs crédits à la consommation aux intérêts élevés ? Faites le point avec votre banquier. En troquant ces crédits contre un seul prêt personnel à un taux inférieur, vous paierez moins d’intérêts ou ferez baisser vos mensualités. À la clef : un budget mieux géré.

La carte de fidélité de votre magasin préféré est assortie d’un crédit, dans lequel vous puisez régulièrement. Vous venez de vous offrir un nouvel ensemble hi-fi grâce à un prêt à la consommation de 6 mois. Vous avez profité du crédit à taux cassé de votre établissement bancaire. Tous les mois, vous remboursez aussi un crédit automobile et un prêt travaux. Sans être accro au crédit, vous gérez vos dépenses en profitant, à certains moments, de petits coups de pouce.

Remettez vos finances d’aplomb

Cette stratégie peut s’avérer coûteuse, car votre pile de crédits à la consommation comporte certainement des prêts renouvelables, quasi systématiquement proposés à des taux proches de ceux de l’usure, qui oscillent actuellement entre 14,07 et 19,24 %. Et pour les crédits à la consommation classiques, vous n’avez peut-être pas obtenu les meilleures conditions et payez alors vos échéances à des taux plafonds compris entre 11,83 et 16,40 %. Bref, vous remboursez, chaque mois, des sommes élevées. Pour réduire le montant de vos intérêts, et faire baisser vos mensualités, vous pouvez passer par un regroupement de crédits : cela vous permettra de remettre votre budget d’aplomb.
Renégociation de crédits, restructuration de dettes, regroupement de crédits… Tous ces termes sont souvent allègrement mélangés, pourtant, pour un banquier, ils n’ont pas le même sens. La renégociation de crédits consiste à aller voir un établissement bancaire pour faire baisser le taux d’un seul crédit, en général immobilier, afin de réaliser des économies substantielles en intérêts sur le long terme. Les deux autres opérations aboutissent à regrouper plusieurs crédits en un seul prêt personnel. Elles s’adressent à des profils très différents : « La restructuration de dettes est réservée aux emprunteurs qui se sentent en difficulté et voient leurs mensualités d’emprunt devenir trop importantes pour leur budget. En général, il s’agit de la dernière solution avant de tomber dans le surendettement. Le regroupement de crédits est plutôt destiné à ceux qui veulent mettre en place une gestion active de leurs finances en payant moins d’intérêts ou en allégeant leurs mensualités », précise Emmanuel Bouriez, directeur général adjoint de CMP Banque, la filiale bancaire du Crédit municipal de Paris.
Même si vos revenus vous permettent de supporter le montant de vos mensualités de crédits, leur regroupement se révélera quasi systématiquement avantageux, car le nouveau prêt est toujours souscrit à un taux moins élevé que les anciens (voir Simulation : deux exemples de regroupement de crédits). Le regroupement peut être également une solution au moment de la retraite, si vous devez continuer à rembourser des crédits alors que vos revenus ont chuté. Il faut, dans ce cas, rallonger la durée du nouveau prêt personnel regroupant vos crédits (voir Simulation : deux exemples de regroupement de crédits). Cette technique permet de diminuer les mensualités et ainsi de ne pas trop se serrer la ceinture pour conserver son train de vie. « Le regroupement de crédits présente trois avantages : il permet de faire baisser le coût en intérêts, de dégager une trésorerie plus importante chaque mois et, surtout, offre une réelle facilité de gestion pour l’emprunteur, car il n’a plus qu’un seul interlocuteur », résume Denis Riera, chef de produits crédits à la Caisse d’Épargne d’Auvergne et du Limousin.

Vous pouvez regrouper tous vos emprunts à court et moyen termes au sein d’un seul prêt personnel : crédits renouvelables, liés ou non à une carte de magasin, prêts à la consommation classiques, prêts travaux, crédits auto… « Les crédits à la consommation peuvent être concernés, quelle que soit la nature de leur taux : fixe ou variable », précise Christophe Pierre, responsable du marketing crédit chez LCL. Cependant, il n’est pas forcément rentable de regrouper la totalité de son encours de dettes.

Ne regroupez que les crédits de plus de 6 mois à taux élevés

« Il faut, bien sûr, exclure un emprunt, s’il a des conditions plus avantageuses que celles du nouveau prêt personnel que l’on va contracter », relève Christophe Pierre. C’est le cas, par exemple, si vous avez bénéficié d’un éco-prêt à taux bonifié pour financer des travaux dans votre logement. Ou si vous détenez un crédit à la consommation souscrit autour de 3 %, lors d’une promotion ponctuelle de votre banque. De la même façon, il est rarement intéressant d’intégrer dans le regroupement les crédits pour lesquels la durée de remboursement est inférieure à 6 mois, car le gain en intérêts sera minime. Dans toutes ces situations, la banque regroupera presque tous vos crédits, en laissant de côté celui ou ceux qu’il est financièrement plus intéressant de conserver. Mais, « au moment du montage du dossier, nous regardons systématiquement la capacité de notre client à assumer deux mensualités en même temps pour une courte durée », signale Denis Riera.
Sachez que vous pouvez demander à votre conseiller d’intégrer votre découvert bancaire dans les crédits que vous souhaitez regrouper. « Cela permet de mettre à plat sa trésorerie et de repartir sur une situation saine », précise Christophe Pierre. Autre possibilité : si vous devez financer un nouvel achat (une voiture ou du mobilier, par exemple), vous pouvez inclure immédiatement ce nouveau besoin dans votre opération de regroupement de crédits.

Votre conseiller doit vous faire une proposition sur mesure

Depuis le 1er octobre 2012, tous les établissements financiers doivent fournir un dossier très complet à leur client avant de concrétiser une ,opération de regroupement de crédits (art. R 313.13 du code de la consommation). Ce document récapitulatif doit faire apparaître le gain ou la perte financière résultant de l’opération, ainsi que l’ancienne et la nouvelle mensualité de remboursement. Le montage du dossier prend un peu de temps, car le conseiller bancaire doit réaliser plusieurs simulations, afin de savoir si souscrire un seul prêt personnel est possible et intéressant pour son client. « Nous faisons du sur-mesure, car il n’y a pas deux situations qui se ressemblent », souligne Christophe Pierre. L’établissement bancaire qui s’occupe du dossier doit, en effet, respecter certaines limites. D’abord, le montant du nouveau prêt personnel souscrit pour regrouper les autres est plafonné. « Même si la loi Lagarde autorise un emprunteur à souscrire un prêt à la consommation jusqu’à 75 000 €, nous limitons toujours le montant à sa capacité réelle de remboursement », explique Denis Riera. « Nous regroupons les crédits à la consommation jusqu’à 60 000 €, et bien sûr à condition que le nouveau crédit ne dépasse pas les capacités de remboursement de l’emprunteur », témoigne Christophe Pierre.
La seconde limite est celle de la solvabilité de l’emprunteur. En général, la nouvelle mensualité ne doit pas faire franchir le seuil des 33 % d’endettement. Mais ce seuil est modulable, selon votre situation financière. Car avec un crédit à la consommation, les banquiers s’intéressent davantage au « reste à vivre ». « C’est le montant qu’il reste dans le portefeuille du client chaque mois pour faire face à ses dépenses courantes, une fois payées les mensualités du ou des crédits en cours », explique Christophe Pierre. Ainsi, si vous disposez de revenus très confortables, il est possible de dépasser les 33 % d’endettement, tandis que s’ils sont faibles, la banque refusera de vous accorder un prêt, même si vous êtes largement en dessous de ce plafond. Enfin, la durée maximale du nouveau crédit pourra atteindre 10 ans, mais, là encore, la plupart des réseaux la limitent à 7 ou 8 ans. « Le nouveau prêt personnel souscrit pour regrouper tous les crédits a une durée moyenne de 4 à 5 ans », affirme Emmanuel Bouriez.
D’un point de vue pratique, pour effectuer un regroupement de crédits, il faut vous rendre à votre agence bancaire avec l’ensemble de vos relevés de crédits renouvelables et vos échéanciers de crédits à la consommation. La majorité des grands réseaux offre également la possibilité de préremplir une demande sur internet, mais il faudra impérativement la concrétiser en agence. Votre conseiller examinera, pour chacun de vos crédits, le montant du capital restant dû, la date d’échéance ainsi que les conditions financières de votre emprunt (éventuelles pénalités de remboursement anticipé…). Ensuite, en fonction de votre situation personnelle, il calculera l’échéance maximale que vous êtes capable de supporter pour que votre « reste à vivre » soit suffisant chaque mois. Enfin, il vous proposera un nouveau prêt personnel de regroupement, à un taux supérieur de 0,2 à 0,5 point à celui d’un prêt personnel classique. Actuellement, pour un regroupement de crédits sur 3 ans, les taux nominaux oscillent entre 6 et 7,5 %, et pour une durée de 5 ans, ils se situent entre 7 et 8,5 %. Si vous souhaitez rembourser un peu moins chaque mois, le banquier pourra allonger la durée du nouveau prêt. Mais, dans ce cas, l’opération vous coûtera plus cher, car une durée plus longue génère davantage d’intérêts à rembourser.

La banque va solder tous vos prêts

Une fois le nouveau prêt personnel mis en place, vous disposez d’un délai de rétractation de 14 jours, pouvant être ramené à 7 jours sur demande expresse de votre part. À son expiration, votre banque soldera tous vos crédits à votre place, en remboursant directement les autres établissements de crédit et sociétés financières. Si vous avez des crédits renouvelables, elle peut même clôturer pour votre compte vos réserves d’argent. « Au moment du montage du prêt personnel, nous éditons des courriers pour nos clients. Ils n’ont plus qu’à signer tous les documents, et nous nous chargeons de leur envoi », précise Christophe Pierre. « Cela évite à l’emprunteur de se laisser tenter par une lettre de relance provenant de l’un des organismes de crédit renouvelable où il aurait souscrit un prêt », ajoute Emmanuel Bouriez.

Vous pouvez vous adresser à un concurrent de votre banque

Vous n’êtes pas obligé de demander un regroupement de crédits à votre banque. Vous pouvez vous adresser à un autre établissement bancaire. « Nous acceptons les clients de la concurrence mais, dans ce cas, le montage du dossier prend un peu plus de temps, car nous avons besoin de davantage de pièces, comme les justificatifs de salaires », explique Christophe Pierre. Si votre dossier est accepté, l’établissement vous demandera d’ouvrir un compte chez lui, sur lequel il prélèvera le montant des mensualités du prêt personnel. Parfois, il exigera même que vous domiciliiez votre salaire chez lui. Sachez que certaines banques se sont spécialisées dans le regroupement de crédits. C’est le cas, par exemple, de CMP Banque, du Crédit foncier et communal d’Alsace et de Lorraine ou de GE Capital.
Il est aussi possible de faire appel aux sociétés financières spécialisées, de type Cetelem, Cofinoga ou Finaref. Toutes offrent des services de regroupement de crédits, parfois en ligne. Attention, même si, techniquement, l’opération est la même que celle que réalisera votre banquier, le but de ces sociétés est souvent de capter un nouveau client pour lui proposer ensuite de très juteux crédits renouvelables en complément. Soyez donc très attentif si vous faites appel à elles, et ne tombez pas dans le piège en souscrivant, immédiatement ou quelques mois plus tard, de nouveaux prêts. Évitez également d’accepter une carte de crédit, dotée d’une « réserve d’argent », souvent offerte en complément. Elle pourrait s’avérer un véritable piège, si vous l’utilisez par la suite.
Dernière possibilité pour regrouper vos crédits : passer par un courtier. Soyez vigilant, car à côté des vrais spécialistes, qui maîtrisent le sujet sur le bout du doigt, se trouvent quelques officines peu aguerries à ce type d’opérations. En outre, certains courtiers facturent des frais administratifs ou des frais de mandat exorbitants qui pèsent sur la rentabilité du regroupement. Si vous souhaitez faire appel à ce genre d’intermédiaires, préférez-en un qui a pignon sur rue, tel Empruntis.com ou Meilleurtaux.com. Le site Moncreditpropre.com peut aussi être une alternative. Si vous n’avez aucun crédit amortissable, il propose de regrouper vos crédits renouvelables en vous faisant souscrire un seul prêt personnel. « Cela permet à l’emprunteur de faire baisser, en moyenne, le coût total de ses crédits de 35 à 40 % », précise Denis Cote, fondateur de ce site.

Attention aux frais et aux indemnités de remboursement anticipé

L’intérêt de l’opération de regroupement de crédits peut toutefois être mis à mal par la cascade de frais qu’elle entraîne. En premier lieu, la banque qui effectue, pour votre compte, un regroupement de crédits est en droit de vous facturer des frais de dossier. Ces derniers doivent être intégrés au taux effectif global (TEG) du prêt personnel proposé. En second lieu, sachez que si vous quittez votre établissement à l’occasion de cette opération, il ne vous laissera pas toujours partir gratuitement. Depuis le 1er mai 2011, le rachat de prêts personnels d’un montant de plus de 10 000 € peut faire l’objet de frais de remboursement anticipé. L’article L. 311-22 du code de la consommation autorise ainsi le prêteur à exiger une indemnité plafonnée à 1 % du montant faisant l’objet du remboursement anticipé, si le délai entre ce remboursement anticipé et la date initiale de fin de contrat est supérieur à un an. L’indemnité est plafonnée à 0,5 %, si le délai est inférieur. Mais, en aucun cas, le montant de ces pénalités ne peut dépasser celui des intérêts que vous auriez dû payer pendant la période comprise entre le remboursement anticipé et la date de fin de prêt initialement convenue. Enfin, mesurez le coût de l’assurance décès, invalidité, incapacité de travail qui vous est proposée, et n’hésitez pas à la refuser si vous jugez son montant prohibitif ou son intérêt limité (voir Attention au coût de l’assurance). Il convient, en effet, de vérifier que votre opération de regroupement de crédits sera « rentable », avant de la mettre en œuvre. « Si le coût du regroupement dépasse le gain en intérêts, excluez de l’opération le crédit dont le rachat est le plus onéreux », conseille Emmanuel Bouriez. 

Pensez également à faire une analyse critique de votre budget au moment où vous regroupez vos crédits. Il ne sert à rien de mettre en place ce type d’opération, si vous devez, quelques mois plus tard, vous endetter à nouveau. Mieux vaut, dès le départ, contracter un prêt d’un montant légèrement supérieur à ce qui est nécessaire pour pouvoir faire face à de petites dépenses. Dans le cadre de l’opération de regroupement de vos emprunts, vous profitez, en effet, d’un taux beaucoup plus avantageux que si vous souscriviez un nouveau crédit renouvelable.

Marie Pellefigue


Mots-clés :

BANQUE , CREDIT A LA CONSOMMATION




Outils pratiques :
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier