Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Travaux > Rénover une pelouse abîmé... par plaques ou dans son ensemble

Rénover une pelouse abîmé... par plaques ou dans son ensemble

Juillet-Août 2012
Le Particulier Pratique n° 381, article complet.
Auteur : FRANCISCO (Sylvie)

 

Une pelouse dont les espèces et les variétés supportent mal le milieu local, l’usage qui en est fait et/ou les soins reçus, se détériore rapidement. Elle se feutre, se dégarnit, est envahie de mousse ou d’adventices, jaunit… Les produits phytosanitaires vendus dans le commerce ne peuvent remédier durablement à ces problèmes. La seule solution consiste à comprendre et à traiter les causes de ces symptômes.

Traiter les causes

Votre pelouse est clairsemée

L’accumulation de déchets de tonte et de racines sèches, les piétinements répétés, le gel, les passages fréquents de la tondeuse finissent par asphyxier les brins, qui dépérissent et se raréfient. Tondez assez court pour évaluer l’état de la pelouse, puis scarifiez-la et ratissez-la avec des outils appropriés. Semez ensuite un mélange de regarnissage (voir p. 56). 

Elle ne pousse pas à certains endroits

La nature du sol et/ou l’exposition de la pelouse ne conviennent peut-être pas aux graminées semées : certaines supportent mieux l’ombre ou l’humidité que d’autres. Ressemez des graminées plus adaptées ou plantez des espèces de substitution (zoysia, azorelle, raoulia, sagine, leptinelle, gazon d’Espagne…) qui forment un tapis végétal original et bien moins exigeant qu’une pelouse. • Elle est déchaussée. Le gel et le souffle de la tondeuse ont tendance à déraciner les brins d’herbe. Pour qu’ils adhèrent à nouveau au sol, roulez toute la surface de la pelouse avec un outil approprié, à la sortie de l’hiver, puis à la fin de l’été.

Elle est jaunie

Certaines espèces prennent l’aspect d’un paillasson en été, d’autres en hiver, sans pour autant dépérir : elles sont juste en dormance et reverdissent la saison suivante. Un jaunissement plus ou moins localisé peut aussi signaler un manque ou un excès d’eau ou de certains nutriments dans le sol, une mauvaise tolérance à la chaleur ou au gel. Pour remédier au jaunissement, drainez le sol, puis fertilisez-le avec du compost. Si le problème persiste, découpez et ôtez les zones abîmées, puis ressemez des graminées plus adaptées ou des espèces de substitution. Il existe du gazon en plaque ou en rouleau, pratique mais plus onéreux (voir p. 56).

Elle est envahie de mousse

Celle-ci se développe, au détriment de la pelouse, sur les sols pauvres, acides, ombragés, mal aérés et/ou mal drainés. Plutôt que de recourir à un traitement chimique au sulfate de fer, par exemple, aérez, scarifiez et ratissez la pelouse. Drainez ensuite le sol et fertilisez-le avec du compost, puis ressemez des espèces plus adaptées ou des variétés de substitution.

Elle est envahie d’adventices

Acceptez-les au lieu de vous échiner à les éliminer. Ces espèces herbacées (trèfles, pissenlits, pâquerettes, prunelles…) forment, d’ailleurs, la base des pelouses écologiques. Si vous trouvez que leur présence enlaidit votre pelouse, limitez leur développement en tondant régulièrement le gazon, en scarifiant et en aérant le sol deux fois par an. Une pelouse classique dégarnie, feutrée, déchaussée, peine, en effet, à l’emporter sur les “mauvaises” herbes, ­naturellement très robustes. Celles-ci s’éliminent à la main ou avec une gouge à asperges, sur terrain humide. Évitez les dé­sherbants chimiques, à l’efficacité très éphémère. Si votre pelouse est ancienne et vraiment envahie par les mauvaises herbes, mieux vaut la ressemer complètement après avoir soigneusement préparé le sol.

Elle est criblée de taupinières

Étalez les mottes. Si les taupes sont très actives, éliminez la terre fine remontée en surface : déposez-la au pied des arbres ou dans les plates-bandes pour éviter d’étouffer les brins de la pelouse.

Des “rustines” bien pratiques

Vous trouverez dans le commerce des mélanges de regarnissage prêts à semer. S’il s’agit de densifier un tapis abîmé par un manque d’entretien, optez pour des espèces et des variétés proches de celles en place. Si ces dernières ne supportent pas les conditions de culture, choisissez-en d’autres. Épandez le mélange à l’automne plutôt qu’au printemps : l’enracinement n’en sera que meilleur. Pour les bordures, semez plus densément sur 15-20 cm de largeur. Recouvrez les graines d’une légère couche de terre ou, mieux, de terreau (indispensable même si ce n’est pas indiqué sur l’emballage). Passez ensuite le rouleau pour les faire adhérer au sol et obtenir un tapis bien dense. Posez un filet dessus si les oiseaux se montrent trop voraces ou optez pour des graines enrobées, plus chères mais moins appétissantes. Pour terminer, arrosez en pluie fine. Renouvelez le roulage et l’arrosage une fois par semaine jusqu’à la levée du semis.

Il existe également des pelouses vendues déjà en herbe, donc immédiatement utilisables en plaque ou en rouleau. Ces gazons de placage sont chers à l’achat, et les frais annexes (livraison, installation, arrosage suivi durant 3 semaines au moins pour assurer une bonne implantation) sont, eux aussi, élevés. En revanche, ils sont très pratiques puisqu’ils permettent d’habiller tout un terrain ou de réparer une parcelle abîmée en un clin d’œil. Les espèces et les variétés proposées diffèrent en fonction de l’usage envisagé et de l’environnement local. Là encore, fuyez les produits bas de gamme, surtout ceux vendus dans les grandes surfaces de jardinage. Adressez-vous, de préférence, à un pépiniériste sérieux, tel que Les Gazons de Fontainebleau, à Bourron-Marlotte (77), l’entreprise qui a installé la pelouse du Stade de France.

Réensemencer complètement

Si votre pelouse n’est plus que creux, bosses et touffes disparates, un réensemencement complet s’impose. N’hésitez pas à confier la préparation du sol à un professionnel, surtout pour une grande surface. Si vous vous en chargez vous-même, retournez la terre avec une grelinette, une motobêche, voire un tracteur équipé d’un soc de labour, à l’automne plutôt qu’au printemps. Éliminez les restes de végétation, les pierres et autres débris. Nivelez la surface. Laissez le sol au repos durant 2 semaines, puis semez un mélange pour pelouse adapté à vos besoins et à l’environnement local (climat, nature du terrain…). Recouvrez les graines d’une fine couche de terreau ou de terre. Passez le rouleau et arrosez en pluie fine à intervalles réguliers, jusqu’à la levée du semis.

 


Mots-clés :

JARDIN PRIVATIF , JARDINAGE




Outils pratiques :
Indices & chiffres

Bannière Choix patrimoniaux

Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier