Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Travaux > Choisir les espèces les plus adaptées... au piétinement et au climat

Choisir les espèces les plus adaptées... au piétinement et au climat

Juillet-Août 2012
Le Particulier Pratique n° 381, article complet.
Auteur : FRANCISCO (Sylvie)

 

Toutes les espèces herbacées ne peuvent pas être transformées en pelouse. Il faut, en effet, qu’elles supportent d’être tondues court sans dépérir. C’est le cas de plusieurs graminées – également appelées poacées.

De savants cocktails de graines

Chaque espèce ou variété d’herbacées (ray-grass anglais à gazon, fétuque rouge ou ovine durette, agrostide, pâturin des prés, fléole, chiendent pied-de-poule…) a ses propres caractéristiques. Chacune présente une longévité, une vitesse de levée et de croissance, une densité des brins, etc., différentes. De même, la résistance de ces plantes – au piétinement, aux maladies, à la sécheresse, à l’humidité… – varie. Aussi les semenciers proposent-ils des mélanges prêts à semer qui combinent les atouts respectifs des graminées associées. Ils mènent, par ailleurs, un patient travail de sélection pour créer des variétés. En 10 ans, ils sont ainsi parvenus à augmenter la densité du ray-grass anglais à gazon de 13 % ; sa résistance à la rouille (maladie très courante) et au piétinement de 7 à 8 % ; la finesse de ses brins de 14 %. Bien entendu, ces performances se paient : les nouvelles semences sont vendues beaucoup plus cher que celles d’ancienne génération.

À chaque pelouse sa vocation

Suivant les espèces et les variétés que vous avez semées, votre pelouse se prêtera mieux à tel usage qu’à tel autre. Dans le commerce, les pelouses sont classées en trois catégories : d’ornement – elle est composée d’espèces aux brins denses et fins, élégants mais (très) fragiles ; de sport et jeux – les espèces sont très résistantes aux piétinements intensifs et à l’arrachement ; de détente et d’agrément – les espèces supportent un piétinement modéré et offrent un rendu agréable toute l’année. La liste des espèces et des variétés utilisées dans le mélange, ainsi que leur proportion sont obligatoirement mentionnées sur l’emballage ou sur l’étiquette verte du Service officiel de contrôle et certification (SOC) apposée sur le paquet.

Quelle que soit la catégorie, évitez les mélanges bas de gamme : ils donnent un tapis peu dense, résistant mal aux agressions, et donc vite dégarni. Méfiez-vous aussi des mélanges “rustiques”, prompts à lever et à s’installer, mais qui exigent ensuite des tontes très fréquentes. Préférez ceux qui ont obtenu le label Rouge, beaucoup plus chers mais vous garantissant au moins 60 % de variétés endurantes (ray-grass anglais à gazon, fétuque élevée, pâturin des prés) dans les mélanges “sport et jeux” ; au moins 30 % de ray-grass anglais de nouvelle génération dans les mélanges “détente et agrément” ; exclusivement des variétés aux brins fins et denses et à pousse lente ou ralentie (agrostide, fétuque rouge gazonnante ou demi-traçante, fétuque ovine durette) dans les mélanges “ornement très fin”, additionnées de ray-grass anglais de dernière génération dans les mélanges “ornement fin”.

L’environnement local importe aussi

Respecter l’usage pour lequel votre pelouse a été prévue est un premier moyen de la maintenir en bon état. Mais cela ne suffit pas toujours. Le mélange semé doit aussi être adapté à la nature du sol et au climat. Les mélanges vendus dans le commerce contiennent presque tous du ray-grass anglais pour gazon ordinaire (de 30 à 60 % suivant les catégories). Or, cette espèce résiste mal aux grands froids, ne supporte pas d’être à l’ombre, cesse de croître dès que la température dépasse 25 °C et doit être arrosée souvent pour ne pas jaunir. Elle est surtout appropriée aux jardins sous climat océanique. Dans les régions sèches et chaudes, préférez le pâturin des prés, la fétuque élevée, rouge ou ovine durette. Cette dernière s’accommode même des terrains pauvres. Les jardins à l’ombre réclament de la fétuque rouge (traçante ou gazonnante) ou élevée, du pâturin commun, de l’agrostide stolonifère ou commune. En terrain humide, privilégiez la fétuque élevée, la fléole ou l’agrostide. En bord de mer, la fétuque rouge et élevée, le pâturin des prés, l’agrostide stolonifère résistent mieux aux embruns que le ray-grass anglais. Les semenciers proposent, pour chaque catégorie de pelouse – d’ornement, de sport et jeux, de détente et d’agrément – des variantes convenant aux terrains secs, humides, à l’ombre, en bord de mer… Il existe des mélanges label Rouge “sport et jeux” et “détente et agrément” spécialement destinés aux terrains secs, “mais leur seule spécificité, comme tous les mélanges pour les terrains secs, est d’être un peu moins gourmands en eau que les autres mélanges, précise Olivier Filippi. En fait, en climat méditerranéen, aucun mélange du commerce ne survit sans un arrosage abondant. On pourrait presque parler de publicité mensongère.”

Cette adéquation avec le climat local et le terrain (nature du sol, exposition, pente…) est fondamentale. Lorsqu’elle fait défaut, les espèces et les variétés semées doivent constamment lutter pour germer, s’installer, croître et résister aux agressions (fortes chaleurs, gel, manque ou excès d’eau, faible ensoleillement, embruns…). Elles risquent alors de s’affaiblir et d’être concurrencées par d’autres espèces végétales (adventices, mousse…), voire de dépérir.

 


Mots-clés :

JARDIN PRIVATIF , JARDINAGE




Outils pratiques :
Indices & chiffres

Bannière Choix patrimoniaux

Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier