Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > La vie en ligne : ebooks encore trop rares et trop chers

La vie en ligne : ebooks encore trop rares et trop chers

La vie en ligne : ebooks encore trop rares et trop chers
Juin 2012
Le Particulier Pratique n° 380, article complet.
Auteur : DELFAU (Vincent)

Vous connaissez, grâce à nos tests (voir LPP n° 377), les nombreux avantages des lecteurs de livres électroniques (ebooks) : légères, ayant une grande autonomie, ces liseuses peuvent stocker toute une bibliothèque, et l’utilisation de l’encre électronique E-Ink offre un bon confort de lecture.

Encore faut-il que la numérisation des livres suive ! Les ouvrages numériques représentent 20 % des ventes totales de livres aux États-Unis et près de 10 % au Royaume-Uni. La France, elle, est à la traîne. Ce retard s’explique, tout d’abord, par la crainte des éditeurs que le développement de leur activité numérique – qu’ils ont longtemps freiné – ne pénalise le marché du livre papier et que “les œuvres qu’ils publient ne soient piratées”, explique Elizabeth Sutton, fondatrice du site idboox.com, consacré à l’actualité de l’édition numérique. Cette résistance “a constitué un frein au déploiement d’une offre légale attrayante”, précise Vincent Monadé, directeur du MOTif, l’observatoire du livre et de l’écrit en Île-de-France.

À peine un livre sur dix numérisé

En France, seul un dixième des titres publiés sur papier ont été numérisés ; pour la plupart, des ouvrages tombés dans le domaine public. Beaucoup l’ont été par des communautés de lecteurs, comme le Projet Gutenberg. Les plates-formes marchandes – qui souhaitent ainsi faire démarrer le marché – proposent un catalogue de classiques gratuits. Cependant, si l’on y trouve Zola, Proust, Maupassant ou Gide, Edith Wharton, Jane Austen et Camus en sont absents. Quant à l’offre payante, elle se compose surtout de romans très populaires. Les livres de Marc Levy et de Guillaume Musso figurent en tête d’affiche ; en revanche, nulle trace des œuvres de Daniel Pennac, ni, en version française, de Nancy Huston ou de Julian Barnes.

“La situation va très vite évoluer, rassure Vincent Monadé. Dans 2 ou 3 ans, tout ce qui aura encore une vie commerciale – soit l’équivalent de l’offre en livre de poche – devrait être disponible en version numérique.” Plusieurs éditeurs vont déjà dans ce sens : Harlequin et Hachette Livre numérisent des milliers de titres, Éditis et Dunod font de même pour toutes leurs nouveautés, etc. De plus, les unes après les autres, les maisons d’édition signent des accords avec les principaux distributeurs – Apple (App Store), la Fnac et Amazon – afin que ceux-ci vendent les ouvrages qu’elles publient sur leur plate-forme. Enfin, d’ici à 2016, 500 000 œuvres indisponibles – c’est-à-dire éditées avant 2011 et qui ne sont plus commercialisées – seront numérisées.

Des prix peu inférieurs à ceux du papier

Le prix des ebooks est un autre frein à leur adoption par les Français. Il est, en moyenne, inférieur de 20 à 25 % à celui d’un ouvrage papier, lors de sa sortie. Un écart que les consommateurs jugent insuffisant. D’autant que quand le livre passe au format poche, il coûte parfois moins cher que son pendant numérique. Hachette Livre vient d’annoncer l’alignement des prix de ses ebooks sur ceux des versions poche. Ce sont, en effet, les éditeurs qui fixent les prix, lesquels s’imposent à tous les commerçants, en vertu de la loi sur le prix unique. Inutile donc de parcourir les sites de vente à la recherche d’une bonne affaire, la facture sera la même partout. N’espérez même pas bénéficier de la remise de 5 % consentie sur les ouvrages papier par certains libraires ou par la Fnac : ceux-ci ne sont pas autorisés à moduler les prix et ne peuvent donc pas attiser la demande par une offre compétitive.

Des vitrines plus ou moins garnies

Reste la question essentielle : où trouver les livres numériques qui vont alimenter votre liseuse ? Dans les grandes enseignes, bien sûr : fnac.com (2 millions de titres, dont 200 000 en français), virginmega.fr (85 000), bookeenstore.com (50 000), amazon.fr (2 millions, dont 40 000 en français). Vous pouvez également en acheter chez des pure players –  entreprises qui exercent leur activité exclusivement sur internet – spécialisés dans les livres numériques, parmi lesquels numilog.com, epagine.fr et immateriel.fr. Consultez également le site des éditeurs, car nombreux sont ceux qui y vendent directement leur fonds numérisé : harmattan.fr, fleuvenoir.fr, 10-18.fr ou belfond.fr. Enfin, vous pouvez vous procurer sans bourse délier des milliers d’ouvrages sur des sites spécialisés dans les livres libres de droit : livres-online.net, gutenberg.org, livrespourtous.com, beq.ebooksgratuits.com et, surtout, gallica.bnf.fr, le catalogue numérique de la Bibliothèque nationale de France.

Vincent Delfau


Mots-clés :

INTERNET , LIVRE




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier