Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Travaux > Les contraintes à prendre en compte : pour définir les options du chantier

Les contraintes à prendre en compte : pour définir les options du chantier

Mai 2012
Le Particulier Pratique n° 379, article complet.
Auteur : COUNE (Isabelle)

Faire un diagnostic préalable de la charpente. Consulter les règles d'urbanisme. Tenir compte du site.

Le couvreur doit, tout d’abord, vérifier l’état de la charpente. Si la couverture n’est plus étanche, que des tuiles manquent ou que l’eau ait réussi à s’infiltrer, l’humidité risque d’avoir attaqué le bois. Certaines pièces devront alors être remplacées. Des insectes ou des champignons lignivores peuvent également s’y être installés.

Faire un diagnostic préalable de la charpente

Il faut contrôler la planéité de la charpente. Il n’est pas rare, dans les régions de tuiles plates, dont le poids au mètre carré est bien supérieur à celui d’autres types de tuiles, que les toitures s’affaissent. Avec les années et les mouvements du bâti, la charpente a travaillé. Les rangées de tuiles ne sont plus alignées. On voit ainsi se dessiner des vagues sur les toits des vieilles granges ou des longères. Le couvreur devra alors procéder à un calage et changer une partie des chevrons pour retrouver des appuis.

De même, il faut vérifier la résistance de la charpente, et donc le poids qu’elle peut supporter – celui des nouveaux matériaux de couvertures et, éventuellement, de la neige, en fonction de la région. Les éléments appelés dans le jargon des professionnels les points singuliers – abergement (liaison) d’un chien-assis, souche de cheminée, noues, arêtiers – doivent être inspectés, car ces zones sensibles sont des sources de dégradation.

Consulter les règles d’urbanisme

Il faut également prendre en compte les règles d’urbanisme. Certaines communes sont plus exigeantes que d’autres. Le plus simple est de vous renseigner auprès de votre mairie pour connaître le plan local d’urbanisme (PLU), ou auprès du conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE), à la préfecture de votre département. Cet organisme vous fournira, gratuitement, des informations sur les habitudes architecturales locales et sur la réglementation. Des prescriptions urbanistiques déterminent précisément la forme de la toiture, son degré d’inclinaison, le type de matériau à utiliser et les teintes autorisées, mais il est toujours possible de demander une dérogation.

Généralement, une déclaration de travaux suffit lorsque la toiture est refaite sans en changer la pente ni le matériau d’origine. Dès qu’il y a une quelconque modification, un permis de construire s’impose. Si vous habitez dans une zone protégée, c’est-à-dire à 500 m d’un monument historique (église, château, etc.), les travaux sont soumis à l’autorisation de l’architecte des Bâtiments de France. Le choix des matériaux de couverture est alors plus restreint. Notez, toutefois, que les prix des tuiles historiques ont baissé, les industriels ayant développé des gammes destinées à la restauration, qui cumulent l’esthétique des produits traditionnels et les caractéristiques mécaniques des tuiles contemporaines. Il y a quelques années, on utilisait encore des tuiles de récupération, qui n’apportaient aucune garantie quant à leur durabilité. Dans le Sud, il est courant de poser les tuiles sur une plaque en fibrociment pour assurer l’étanchéité du toit. Dans ce cas, la tuile ne joue qu’un rôle décoratif.

Tenir compte du site

Pour savoir quels matériaux choisir, il faut tenir compte de la zone climatique et du site où se situe la maison. Les règles de construction divisent, en effet, la France en trois zones en fonction de leur exposition à la pluie et aux vents. Elles sont elles-mêmes subdivisées en trois selon la situation locale : protégée –  dans une forêt, dans un lieu abrité du vent… –, normale – par exemple, dans une plaine ou sur un plateau – ou exposée – au milieu d’une plaine, sur une colline, proche de la mer, dans une vallée étroite, etc. La zone et le site déterminent la pente du toit, et donc le type de matériau de couverture approprié. Dans leurs catalogues, les industriels classent leurs différents modèles de tuiles suivant ces deux critères. Dans un lieu exposé aux vents, la protection de la toiture doit être renforcée, ce que saura évaluer un bon professionnel de la région.


Mots-clés :

NO INDEX




Outils pratiques :
Indices & chiffres

Bannière Choix patrimoniaux

Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier