Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Focus : un long séjour pour passer l’hiver

Focus : un long séjour pour passer l’hiver

Focus : un long séjour pour passer l’hiver
Mars 2012
Le Particulier Pratique n° 377, article complet.
Auteur : RISTE (Christine)

Un hiver doux à prix doux, c’est le concept des longs séjours touristiques. Cette formule permet de passer de 4 à 13 semaines dans un pays méditerranéen.

Quitter, durant plusieurs semaines, la grisaille de l’hiver pour l’ensoleillement et la douceur du climat méditerranéen, et ce à petits prix. C’est ce que proposent Fram, Sangho, Look Voyages, Méditrad, Marmara, etc. Ces tour-opérateurs commercialisent de nombreux longs séjours – de un mois à 13 semaines – au Maroc, en Tunisie, en Espagne, à Chypre, à Malte ou en Croatie. Leurs offres ne sont valables qu’en basse saison : de début novembre à mi-décembre et de début janvier à fin mars. Les dates de départ et de retour sont imposées. Ces voyages se terminent quasi systématiquement avant le début des vacances scolaires, qui marque le retour de la haute saison touristique. L’avion, généralement un vol charter, qui ramène les “longs séjouristes” en France repart dans la foulée avec des vacanciers classiques vers ces destinations ensoleillées. Cela dit, le “long séjouriste” n’est pas obligé de rentrer juste avant les vacances scolaires. Les tour-opérateurs programment souvent un second vol charter dans le mois ou proposent à leurs clients, mais c’est plus rare, de prendre un vol régulier.

24 € par jour, vol compris, en pension complète

Les prix des longs séjours affichés par les tour-opérateurs sont très doux. Ils comprennent le vol, l’hébergement et, en général, la pension complète, ainsi que les boissons dans la formule tout inclus. La Tunisie – Djerba, Zarzis ou Hammamet – est la destination la moins chère. Par exemple, Fram proposait 6 semaines dans un hôtel 3 étoiles à Hammamet (départ le 1er janvier) à 990 € par personne, tout compris, soit 24 € par jour. Au regard des prix pratiqués, si l’on additionne la facture énergétique de sa maison, les frais liés à sa voiture et son panier de courses, on peut se demander s’il n’est pas plus économique de passer l’hiver sous le soleil tunisien plutôt qu’en France. Plus loin, le Maroc et les Canaries sont moins bon marché que la Tunisie. Avec Sangho, par exemple, vous partez 4 semaines dans un hôtel 4 étoiles à Marrakech (départ le 12 mars), en pension complète, pour 1 520 €, soit 54,30 € par jour. Avec Look Voyages, 6 semaines dans un hôtel 3 étoiles à Tenerife (départ le 3 mars), coûtent 2 188 € par personne, tout compris, soit 52 € par jour.

Un moyen pour remplir des hôtels désertés

L’offre est particulièrement adaptée aux jeunes retraités, qui sont les seuls à pouvoir partir en vacances aussi longtemps. Ceux-ci ne risquent-ils pas de ne côtoyer que des seniors et d’avoir l’impression de se retrouver en maison de retraite ? “En général, les établissements prennent garde de limiter le nombre de chambres réservées à ces clients de longue durée. À Fram, par exemple, nous le fixons à 30 % au maximum afin de permettre une certaine mixité entre ces clients et des voyageurs plus jeunes qui ne viennent passer qu’une semaine”, rassure Adeline Cannere, responsable de la communication de Fram.
Par ailleurs, les longs séjours ayant lieu en basse saison, il est possible que les personnes qui optent pour cette formule se retrouvent dans un hôtel désert, ce qui devient vite déprimant. En effet, si ce type d’offre aide incontestablement les tour-opérateurs à remplir avions et hôtels – et donc à maintenir l’activité et l’emploi localement pendant la période creuse – leur permet-il d’atteindre des taux de remplissage des établissements hôteliers suffisants pour que le client s’y sente à l’aise ? Sangho, par exemple, présent en Tunisie et au Maroc, promet 70 % de taux de remplissage. Quoi qu’il en soit, le “long séjouriste” devra s’assurer, au moment de la réservation, qu’il ne sera pas accueilli dans un hôtel à moitié vide.
Dernier risque, lié, lui aussi, à la basse saison : être hébergé dans un établissement où il n’y a rien à faire. Là encore, c’est au voyageur de prendre quelques précautions avant son départ. Mieux vaut vérifier que l’hôtel est proche du centre-ville, qu’il propose des activités – cours de langue ou de cuisine locale, tournois de bridge ou de scrabble, gymnastique, etc. – et qu’il possède certaines infrastructures comme un spa, des courts de tennis ou une piscine intérieure chauffée. Enfin, il est prudent de se faire confirmer que toutes ces prestations sont bien incluses dans la formule tout compris.

Christine Riste


Mots-clés :

AGENCE DE VOYAGE , PAYS ETRANGER , PRIX , SENIOR , VACANCES




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier