Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Economies d'énergie > Linky, les bégaiements d’un compteur communicant

Linky, les bégaiements d’un compteur communicant

Linky, les bégaiements d’un compteur communicant
Février 2012
Le Particulier Pratique n° 376, article complet.
Auteur : COUNE (Isabelle)

Près de 35 millions de compteurs EDF seront remplacés, à l’horizon 2020, par la version Linky. L’objectif est de mieux gérer la consommation électrique. Pourtant, ce projet suscite la polémique.

Le compteur communicant Linky, pilotable à distance par Électricité réseau distribution France (ERDF), ne présente, à première vue, que des avantages. L’appareil affiche sur son écran plusieurs informations : la puissance souscrite, la puissance instantanée – la consommation des appareils branchés à l’instant où le compteur est consulté – et la puissance maximale atteinte dans la journée. Si celle-ci est toujours inférieure à la puissance souscrite, cela permet de revoir son contrat et de payer moins cher son abonnement.

Des économies de déplacement grâce aux relevés à distance

Linky permettra d’établir une facture plus précise, fondée sur la consommation exacte grâce à des relevés à distance, donc plus fréquents, ce qui n’est pas le cas actuellement. Cette facturation donnera la possibilité au client de comparer, d’un mois à l’autre, ce qu’il consomme. Les interventions classiques seront également facilitées et ne nécessiteront plus de prise de rendez-vous avec l’abonné. Ainsi, la mise en service d’un compteur pourra se faire à distance en 24 h au maximum, alors qu’aujourd’hui elle prend 5 jours. Quant aux pannes sur le réseau, elles seront détectées et traitées plus rapidement. Pour le moment, ce sont les clients qui, par leurs appels, signalent un problème.
Les expérimentations menées, de 2009 à 2011, sur 300 000 compteurs dans l’agglomération lyonnaise et en Indre-et-Loire ont montré que Linky était bien accepté par les particuliers : le taux de refus de pose était inférieur à 1 %. La généralisation du projet a donc été décidée le 28 septembre dernier. Elle répond, d’ailleurs, à un objectif européen : en 2020, 80 % des compteurs devront être communicants. Cependant, un mouvement de rejet semble se faire jour.

La transparence du dispositif mise en cause

Pour les associations de consommateurs, il n’y avait pas lieu de se précipiter. Il aurait fallu poursuivre les tests. Un certain nombre de problèmes ont été repérés (1 % de réclamations), le plus souvent concernant le branchement des ballons d’eau chaude. Ces associations estiment également que les compteurs étant généralement placés en dehors des pièces habitables, les informations affichées sont inexploitables. Elles considèrent qu’ils devraient être couplés avec un afficheur déporté. Pour l’heure, ce dispositif n’est pas prévu. En revanche, un compte personnel, accessible sur un site internet gratuit, permettra de suivre l’historique des consommations.
Des rumeurs avaient couru aussi sur le coût de ce nouveau compteur pour l’abonné. En fait, la pose ne lui sera pas facturée et ne modifiera pas son contrat avec son fournisseur d’électricité, quel qu’il soit. Si les modalités de financement sont encore en discussion, la maîtrise des coûts d’exploitation par ERDF et les gains réalisés sur les interventions devraient équilibrer le budget du projet dans la durée.
Enfin planent des inquiétudes relatives au respect de la vie privée. Avec un tel appareil, il est, en effet, facile de connaître vos habitudes de vie. “Les données sont cryptées dans Linky. Elles appartiennent au client, même si ERDF y a accès. Le système est déclaré à la Commission nationale de l’informatique et des libertés, et la procédure a été validée”, affirme Philippe Siguret, porte-parole d’ERDF.

Un levier pour jouer sur les heures de pointe

L’enjeu est bien la maîtrise de la demande d’énergie, et les fournisseurs pourraient utiliser ces données pour facturer plus cher l’électricité au moment où le client en consomme le plus. “Linky permettra d’orienter le client vers des tarifs adaptés afin de mieux gérer les pointes de consommation [voir LPP n° 354] et de sécuriser le réseau”, souligne Philippe Siguret. À long terme, le pilotage de nombreux équipements pourrait se faire sur le modèle des ballons d’eau chaude, qui se déclenchent la nuit.

Isabelle Coune


Mots-clés :

COMPTEUR ELECTRIQUE , ELECTRICITE




Outils pratiques :
Indices & chiffres

Bannière Choix patrimoniaux

Bien choisir votre assurance vie
Un expert vous accompagne pour optimiser votre fiscalité, anticiper la transmission de votre patrimoine et préparer votre retraite

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier