Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Téléphone-Internet > Faut-il quitter son opérateur pour rejoindre Free ?

Faut-il quitter son opérateur pour rejoindre Free ?

Faut-il quitter son opérateur pour rejoindre Free ?
Février 2012
Le Particulier Pratique n° 376, article complet.
Auteur : HENRI (Benoit)

Nous avons décrypté le contenu des deux forfaits proposés par le trublion de la téléphonie mobile pour les comparer avec les nouveaux tarifs de la concurrence, désormais alignés au plus serré.

Une campagne marketing parfaitement orchestrée et une véritable attente des consommateurs : tous les ingrédients étaient réunis pour que l’arrivée de Free sur le marché de la téléphonie mobile fasse l’effet d’une bombe. Xavier Niel, le grand manitou du groupe Iliad, détenteur de Free, s’est fait une joie d’annoncer la nouvelle lors d’une conférence de presse. Il a alors fustigé ses concurrents historiques – Orange, SFR et ­Bouygues Telecom –, dénonçant les prix exorbitants qu’ils avaient pratiqués durant des années. Les consommateurs ont-ils, comme l’affirme Xavier Niel, été pris pour des pigeons et Free est-il vraiment le défenseur du pouvoir d’achat ainsi qu’il le prétend ?

Des forfaits appels et SMS à des prix imbattables

Free propose désormais deux forfaits sans téléphone fourni et sans engagement, c’est-à-dire que vous pouvez quitter l’opérateur quand bon vous semble. Le premier, destiné aux petits utilisateurs, revient à 2 € par mois pour 1 h de communications et 60 SMS. Il est gratuit pour les abonnés de la Freebox, à hauteur d’un abonnement par box. À ce jour, très peu de forfaits “voix et SMS” coûtent moins de 10 €. Les marques low cost des trois opérateurs historiques – Sosh pour Orange, Red pour SFR et B&You pour Bouygues Telecom – ont ajouté à leur grille tarifaire (prix relevés le 19.1.12) des abonnements mensuels, sans engagement, qui passent sous cette barre symbolique – 9,90 € pour Sosh et Red ; 9,99 € pour B&You –, comprenant 2 h de communications et les SMS-MMS en illimité. Les opérateurs virtuels qui “louent” les réseaux des grands opérateurs (MVNO, voir LPP n° 354) ont, eux aussi, ajusté leurs prix à ces offres sans engagement. Ainsi, Prixtel facture 5 € par mois 45 min de communications seules (pas de SMS) ; Auchan Telecom propose un abonnement à 7,74 € comprenant 1 h de communications et 500 SMS, et un autre de 2 h de communications et SMS illimités à 9,99 € (offre promotionnelle valable jusqu’au 29.2.12). Seulement, ces abonnements n’incluent aucune offre “data” – à peine 20 Mo pour B&You. Vous ne pouvez donc pas accéder à l’internet mobile.

L’internet mobile à haut débit sans compter

Là encore, Free distance ses concurrents. Le forfait combinant appels, SMS et MMS illimités ainsi que l’internet mobile à haut débit – jusqu’à 3 Go mensuels, au-delà le débit est réduit – revient à 19,99 € par mois ; les abonnés de la Freebox ne paient que 15,99 € par mois, à hauteur d’un abonnement par box. Il vous permet également d’appeler gratuitement les DOM et 40 destinations en Europe vers un fixe, et de téléphoner aux États-Unis, au Canada, en Alaska et à Hawaï vers un fixe et un mobile.
Seul Bouygues Telecom, avec B&You, réussit à s’aligner sur cette offre et pratique une politique d’appel vers l’international aussi généreuse, si ce n’est que les communications illimitées sont bloquées à 199 correspondants différents. Sosh et Red restent au-dessus : pour 24,90 €, vous avez un accès internet limité à 1 Go par mois (blocage complet si dépassement). Les opérateurs virtuels ont également du mal à suivre : pour 18,90 € par mois, Zero Forfait et SIM+ proposent des appels en illimité (jusqu’à 100 correspondants différents) et des SMS-MMS illimités, mais l’internet reste limité à 500 Mo, au-delà le débit est réduit. Cela dit, cette limitation n’est pas forcément une barrière, tout dépend de l’usage que vous faites de votre smartphone (voir l’encadré p. 20).

Des appels de l’étranger pas toujours avantageux

En étudiant d’un peu plus près son offre à 19,99 € par mois, on s’aperçoit que Free n’est pas le mieux placé en ce qui concerne la tarification des communications émises de l’étranger vers la France. Lors de sa présentation, Xavier Niel a pris l’exemple d’un appel émis des États-Unis vers la France : Free le facture 0,50 € la minute, alors qu’il revient à 1,18 € la minute avec un forfait Sosh, à 1,20 € la minute avec Red et à 2,30 € la minute avec B&You. Free est donc loin devant, mais ce n’est pas vrai pour toutes les destinations, car chez cet opérateur la minute tarifée est indivisible – toute minute entamée est due dans son intégralité. Chez la concurrence, les communications de l’étranger (hors Europe) vers la France sont facturées à la seconde, après une première minute indivisible. Prenons le cas d’un appel d’une durée de 4 min et 37 secondes émis de la Tunisie vers la France. Free facturera cette communication environ 14,50 €, alors qu’elle coûtera un peu plus de 4,60 € avec B&You et 5,54 € avec Red. Une sacrée différence au final ! Bref, si vous prenez un forfait Free, vous êtes gagnant, à condition de ne pas voyager trop souvent à l’étranger.

Benoit Henri


Mots-clés :

ABONNEMENT , OPERATEUR , PRIX , TELEPHONE MOBILE




Outils pratiques :
Papiers à conserver

Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier